Les responsables politiques qui siégeaient au conseil d'administration de Dexia pouvaient-ils ignorer que le groupe couvrait les agissements illégaux d'une filiale spécialisée dans la création de sociétés offshore pour ses clients les plus fortunés ? Après l'indignation soulevée par cette information des journaux Le Soir, De Tijd, Knack et MO* sur la base des Panama Papers, cette question surgit inévitablement.
...