Ils ont fait construire il y a dix ans, une clé sur porte très classique, sobre et sans prétention. Mais depuis, la famille s'est agrandie. Et les goûts ont changé. Alors, ils ont décidé de lui donner un petit coup de jeune. D'offrir un look plus contemporain à cette maison qui ressemblait à tant d'autres...
...

Ils ont fait construire il y a dix ans, une clé sur porte très classique, sobre et sans prétention. Mais depuis, la famille s'est agrandie. Et les goûts ont changé. Alors, ils ont décidé de lui donner un petit coup de jeune. D'offrir un look plus contemporain à cette maison qui ressemblait à tant d'autres... Pour cela, ils ont contacté le bureau d'architecture de Pierre Hebbelinck. L'architecte a hésité avant de relever le défi. En cause : la connotation négative que reflète ce genre de constructions. Et s'il a accepté, c'est parce qu'il savait que le projet ne se limitait pas à concevoir un simple agrandissement. Mais à travailler aussi sur l'aspect global de la maison : intégrer de l'acier au projet. Car le propriétaire travaille dans ce domaine et souhaitait participer à la construction. Essentiellement pour des raisons économiques, mais aussi pour montrer son savoir-faire. Le parti pris : envelopper la maison d'une couverture d'ardoises, en lui donnant relief et nouveau visage. Comme une enveloppe qui cache son aspect et son contenu, mais qui conserve sa volumétrie. Pour y parvenir, les architectes ont choisi de conserver le centre actuel de la maison. Ils ont placé l'extension sur une façade latérale, tout en modifiant la façade arrière. En plan, cela donne un rectangle dont on a déformé un angle. Les espaces en ont été transformés, mais le volume initial reste encore présent. Aujourd'hui, les anciennes façades sont toujours présentes. Mais elles sont intérieures, protégées par cette seconde peau qui les enveloppe. Parfois très proches, parfois plus éloignées des limites initiales de la maison, les nouvelles parois créent des respirations, des zones de circulation ou de dégagement. La maison a donc été " élargie ". Et pour relier anciennes et nouvelles façades au niveau des portes, on a placé des trémies en acier Corten, dont la particularité est la finition rouillée. De grands entonnoirs utilisés dans le monde industriel, conçus par l'entreprise du propriétaire, qui aspirent les visiteurs à l'intérieur, comme des meurtrières inversées. Elles génèrent des espaces où vie privée et publique se confondent. Autre touche qui personnalise la maison : le percement des trémies. Des formes qui semblent aléatoires mais particulièrement réfléchies. Comme des £uvres d'art qui habillent la maison. Architecte : Atelier d'architecture Pierre Hebbelinck (04 226 53 26 - www.pierrehebbelinck.net). Collaboratrice : Margarida Serrao. léa bierlin