Des émotions dans un shaker. Des casseroles, des cuillères et des cocottes pataugeaient bruyamment dans un chaud bouillon de têtes, de jambes, d'épaules, de mains et de bouches gueulantes. Lorsque se tut le grand vacarme métallique, que le dernier calicot fut enroulé, l'ultime pancarte rangée, l'écho des slogans trémula longtemps encore dans la nuit. La manifestation des grands-mères s'acheva sur un ultime : " Ramenez nos enfants ! (1) " La bande des mamies claqua deux bises sur les joues de Bertrand, le seul homme à exiger avec elles, jour après jour, avec un féroce enthousiasme paternel, le retour des mômes belges piégés ...