"Le WWF est venu à Hyderabad pour demander aux gouvernements de travailler à enrayer le déclin des ressources naturelles si précieuses, et nous avons vu quelques avancées ici", a déclaré Lasse Gustavsson, le directeur exécutif de la conservation au WWF International. "La décision de doubler les investissements pour la biodiversité des pays développés vers les pays en voie de développement d'ici 2015 - en passant de 5 à 10 milliards de dollars par an - n'est cependant pas suffisante pour réaliser les ambitieux objectifs adoptés il y a deux ans à Nagoya", selon Gwendoline Viatour du WWF-Belgique, qui faisait partie de la délégation belge sur place. Pour réaliser les objectifs d'Aichi, 200 milliards de dollars seront nécessaires d'ici 2020, soit environ le double de ce qui a été décidé samedi à Hyderabad, indique le WWF. (ANA)

"Le WWF est venu à Hyderabad pour demander aux gouvernements de travailler à enrayer le déclin des ressources naturelles si précieuses, et nous avons vu quelques avancées ici", a déclaré Lasse Gustavsson, le directeur exécutif de la conservation au WWF International. "La décision de doubler les investissements pour la biodiversité des pays développés vers les pays en voie de développement d'ici 2015 - en passant de 5 à 10 milliards de dollars par an - n'est cependant pas suffisante pour réaliser les ambitieux objectifs adoptés il y a deux ans à Nagoya", selon Gwendoline Viatour du WWF-Belgique, qui faisait partie de la délégation belge sur place. Pour réaliser les objectifs d'Aichi, 200 milliards de dollars seront nécessaires d'ici 2020, soit environ le double de ce qui a été décidé samedi à Hyderabad, indique le WWF. (ANA)