Une partie des activistes voulait pénétrer dans le domaine militaire en franchissant la clôture tandis que d'autres se sont enchaînés à la porte d'entrée du domaine. "Les pilotes belges doivent s'entraîner du 15 au 24 octobre au déploiement d'armes nucléaires. Action pour la Paix et Vredesactie veulent empêcher la préparation de crimes de guerre. Les dix-sept activistes sont à nouveau libres", indique Roel Stynen, porte-parole de Vredesactie. Selon Vredesactie, la préparation à l'emploi et l'emploi lui-même d'armes nucléaires sont une violation du droit humanitaire international. "La participation à cet exercice correspond à une préparation active à l'emploi d'armes nucléaires et donc à des crimes de guerre. Il est également évident que le stockage d'armes nucléaires à Kleine-Brogel fait partie intégrante d'une telle préparation. Des mouvements belges pour la paix tels Vredesactie, Pax Christi Vlaanderen, Vrede, CNAPD, Action pour la Paix et MIR-IRG, s'étaient déjà rendus le 9 octobre à la police afin de porter plainte contre cet exercice", a ajouté Roel Stynen. (VIM)

Une partie des activistes voulait pénétrer dans le domaine militaire en franchissant la clôture tandis que d'autres se sont enchaînés à la porte d'entrée du domaine. "Les pilotes belges doivent s'entraîner du 15 au 24 octobre au déploiement d'armes nucléaires. Action pour la Paix et Vredesactie veulent empêcher la préparation de crimes de guerre. Les dix-sept activistes sont à nouveau libres", indique Roel Stynen, porte-parole de Vredesactie. Selon Vredesactie, la préparation à l'emploi et l'emploi lui-même d'armes nucléaires sont une violation du droit humanitaire international. "La participation à cet exercice correspond à une préparation active à l'emploi d'armes nucléaires et donc à des crimes de guerre. Il est également évident que le stockage d'armes nucléaires à Kleine-Brogel fait partie intégrante d'une telle préparation. Des mouvements belges pour la paix tels Vredesactie, Pax Christi Vlaanderen, Vrede, CNAPD, Action pour la Paix et MIR-IRG, s'étaient déjà rendus le 9 octobre à la police afin de porter plainte contre cet exercice", a ajouté Roel Stynen. (VIM)