Kleine-Brogel: les 17 activistes interpellés administrativement sont à nouveau libres

(Belga) Les dix-sept activistes de l’organisation « Action pour la paix » (Vredesactie) interpellés administrativement lundi matin pour avoir tenté de pénétrer sur la base militaire de Kleine-Brogel, sont à nouveau libres. Ils ont pu disposer après que la police a pris note de leurs noms. Les militants voulaient empêcher le départ de F16 belges stationnés sur cette base et qui doivent participer à un exercice de l’OTAN sur la base aérienne allemande de Büchel.

Une partie des activistes voulait pénétrer dans le domaine militaire en franchissant la clôture tandis que d’autres se sont enchaînés à la porte d’entrée du domaine. « Les pilotes belges doivent s’entraîner du 15 au 24 octobre au déploiement d’armes nucléaires. Action pour la Paix et Vredesactie veulent empêcher la préparation de crimes de guerre. Les dix-sept activistes sont à nouveau libres », indique Roel Stynen, porte-parole de Vredesactie. Selon Vredesactie, la préparation à l’emploi et l’emploi lui-même d’armes nucléaires sont une violation du droit humanitaire international. « La participation à cet exercice correspond à une préparation active à l’emploi d’armes nucléaires et donc à des crimes de guerre. Il est également évident que le stockage d’armes nucléaires à Kleine-Brogel fait partie intégrante d’une telle préparation. Des mouvements belges pour la paix tels Vredesactie, Pax Christi Vlaanderen, Vrede, CNAPD, Action pour la Paix et MIR-IRG, s’étaient déjà rendus le 9 octobre à la police afin de porter plainte contre cet exercice », a ajouté Roel Stynen. (VIM)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content