Le plan chinois pour une "civilisation écologique" peut-il sauver notre planète ? L'environnementaliste et sinologue américaine Judith Shapiro n'en est pas si sûre. Son nouveau livre se lit comme un avertissement contre l'éco-autoritarisme.
...

Le plan chinois pour une "civilisation écologique" peut-il sauver notre planète ? L'environnementaliste et sinologue américaine Judith Shapiro n'en est pas si sûre. Son nouveau livre se lit comme un avertissement contre l'éco-autoritarisme.Verviers, Pepinster, Zhengzhou, Mumbai, Sardaigne, Sibérie, Californie. Les inondations et les feux de forêt dominent l'actualité, la crise climatique est là et maintenant. Le monde a les yeux tournés vers la Chine : si nous voulons sauver notre planète de nouveaux incendies et inondations, ce pays doit apporter une contribution significative. La Chine est responsable de plus d'un quart de l'ensemble des gaz à effet de serre, soit plus que tous les pays de l'OCDE réunis.Dans l'accord de Paris sur le climat (2015), Pékin a déclaré que ses émissions de CO2 atteindraient un pic d'ici 2030. Cette promesse a été suivie, il y a deux ans, d'une promesse de neutralité climatique d'ici 2060. Quels projets le président Xi Jinping dévoilera-t-il lors de la conférence des Nations unies sur le climat qui se tiendra à Glasgow cet automne ? Son pays est dans une position curieuse : il est autant le plus grand pollueur que le principal producteur d'énergie renouvelable. À elle seule, la Chine a installé la moitié des 280 gigawatts de nouvelle énergie verte d'ici 2020. Elle a construit un cinquième de plus de parcs éoliens que le reste du monde réuni et produit désormais 80 % de tous les panneaux solaires.Mais son énorme soif d'énergie a également entraîné une augmentation de la production de charbon, ce qui a fait grimper davantage les émissions de CO2. "En septembre 2019, le North-South Coal Express est entré en service, une ligne ferroviaire qui relie désormais les mines de Mongolie intérieure aux usines du Jiangxi", explique Judith Shapiro, experte environnementale et sinologue américaine. "Alors que le reste du monde a réduit sa capacité de huit gigawatts, la Chine en a ajouté cinq fois plus. Et il n'y a pas de fin en vue : 247 gigawatts sont encore en cours de développement, soit six fois la capacité de l'Allemagne."Depuis près d'un demi-siècle, Judith Shapiro se rend régulièrement en Chine. Elle a écrit son premier livre, Son of the Revolution, en 1983. Elle y fait le portrait de la famille de son mari de l'époque, Liang Heng, pendant la turbulente Révolution culturelle (1966-1976). Depuis les années 1990, elle concentre ses recherches sur la relation entre les citoyens, l'État et la nature. De la guerre de Mao contre le bas-monde à la civilisation écologique envisagée par Xi Jinping, en passant par les défis posés par l'industrialisation rapide à partir de 1979. Elle a vu comment Pékin a pris l'initiative en matière d'environnement et de climat ces dernières années. Lors de la conférence des Nations unies sur le climat qui s'est tenue à Copenhague en 2009, la Chine était encore le défenseur obstructionniste du droit au développement économique et à l'industrialisation, mais au sommet de Lima, cinq ans plus tard, tout était différent. Désormais, le changement climatique et les défis écologiques sont considérés comme des menaces mondiales partagées. Shapiro explique ce changement de cap par un désir chinois de statut international et par une nécessité sociale. Les dirigeants communistes sont bien conscients des dangers politiques que représentent les sécheresses, l'érosion généralisée des sols et la pollution massive de l'air et de l'eau.Dans son nouveau livre, China Goes Green, pour lequel la professeure américaine a collaboré avec le sociologue chinois Li Yifei, elle se penche sur la question de savoir si un système autoritaire peut s'attaquer aux problèmes environnementaux urgents de manière plus adéquate qu'une démocratie qui se perd parfois dans l'indécision. Shapiro : "C'est l'un des débats les plus importants de notre époque. Il est grand temps, beaucoup veulent des solutions radicales. Même les personnes qui attachent une grande importance aux idées éthiquement libérales et au respect des droits de l'homme se demandent si un autocrate éclairé, dirigé par la science, n'est pas nécessaire pour protéger la terre des abus de l'homme. Et donc : si la Chine, avec sa "civilisation écologique" inscrite dans la constitution du Parti communiste chinois depuis 2012, peut être le nouveau guide d'un monde en détresse écologique.Vous argumentez que non. Judith Shapiro : Notre étude indique qu'il y a de nombreux aspects admirables dans la détermination du parti communiste. Le ministère de l'Écologie et de l'Environnement, créé en 2018, dispose de beaucoup plus d'argent, de personnel et de pouvoirs que les précédentes institutions étatiques de conservation de l'environnement créées depuis 1998. Désormais, les entreprises polluantes peuvent effectivement être fermées. Les ONG de défense de l'environnement ont déjà gagné plusieurs procès, et un certain nombre de fonctionnaires ont été licenciés, condamnés à des amendes ou même à des peines de prison. Il est également important de noter que, depuis 2011, les promotions et les primes des fonctionnaires ne dépendent plus seulement de la croissance économique et de la stabilité sociale, mais aussi de leurs efforts pour protéger l'environnement.En même temps, il y a beaucoup à craindre. La répression et la surveillance technologique utilisées à des fins environnementales doivent également accroître le contrôle de l'État sur ses citoyens. Non seulement les libertés sont réduites, mais les succès ne sont souvent pas ce qu'ils semblent être.Que voulez-vous dire?L'État utilise l'écologie comme un nouveau type de capital politique, destiné à la durabilité et à la résilience autoritaires. Dans le processus, certaines choses, comme la qualité de l'air, se sont améliorées. Mais d'autres, comme la déforestation et la désertification, ont empiré. L'écologie est le moyen, l'autoritarisme la fin.Le gouvernement chinois tente souvent d'atteindre ses objectifs écologiques par le biais de campagnes. Vous pensez que c'est une mauvaise idée.Les campagnes politiques ont toujours été un outil politique populaire, même quand elles étaient organisées dans la base de guérilla de Yan'an, dans les années 30. Parfois, elles concernent les choses les plus folles. Lors de l'exposition universelle de Shanghai en 2010, une campagne a été menée contre le port du pyjama dans la rue et le séchage du linge à l'extérieur.Certaines campagnes connaissent un succès relatif, telles que la "guerre contre la pollution" lancée par le Premier ministre Li Keqiang en 2014. En 2017, la concentration de particules, qui provoquent des maladies pulmonaires, était inférieure d'un tiers à celle enregistrée quatre ans plus tôt.Le problème est que dans le contexte d'une "guerre", on a tendance à prendre des mesures urgentes et globales, sans aucune nuance. Il n'y a ni transparence ni responsabilité, on n'obtient que des effets à court terme et, dans certains cas, les responsables locaux font preuve d'un excès de zèle. De plus, il y a peu de possibilités de se défendre, et il n'y a pas de distinction entre les grands et les petits pollueurs. Par exemple, les personnes qui brûlaient des offrandes pour les morts - une tradition séculaire - étaient tout autant victimes de la guerre contre la pollution que les entreprises cancérigènes.Cependant, les campagnes sont bénéfiques pour l'État : elles durent aussi longtemps et sont aussi intenses que le gouvernement le souhaite. Le contrôle est total et, de plus, ils présentent le gouvernement central sous un jour favorable. Le centre est censé être impartial et non corrompu, la faute en revient aux fonctionnaires locaux.Le gouvernement utilise aussi souvent des cibles.Les fonctionnaires sont personnellement jugés s'ils ne garantissent pas "au moins 80 % de jours de bonne qualité de l'air", "70 % d'eaux de surface propres" ou "pas plus de 5 % d'eaux souterraines de très mauvaise qualité". C'est arbitraire, on tombe dans le dogmatisme.Les objectifs sont clairs.Les conséquences aussi. Regardez ce qui s'est passé en juin 2019 lors de la récolte des céréales à Shangcai, un district pauvre du Henan. Une station de surveillance de la qualité de l'air venait d'y être ouverte, transmettant des données en temps réel au ministère à Pékin. Craignant que les brins de paille tourbillonnants lors d'une récolte mécanisée ne donnent une impression de pollution, le gouvernement local a ordonné aux agriculteurs de rentrer le grain manuellement, ce qui n'a réussi qu'en partie. L'affaire a été médiatisée, le gouvernement provincial a critiqué les fonctionnaires impliqués, et la récolte par machine a été à nouveau autorisée. Seulement, à ce moment-là, la plupart des céréales étaient pourries.Lors des conférences que Li et moi avons données en Chine, nous avons été frappés de constater que la politique environnementale est considérée comme une simple affaire de chiffres et de scientifiques, de microbiologistes, de chimistes et de toxicologues. On n'a pas conscience que les défis écologiques résultent de choix politiques, avec des gagnants et des perdants, et que toute réussite est en partie déterminée par la conscience environnementale et la participation volontaire des citoyens. Sinon, il y aura des comportements évasifs, des fonctionnaires corrompus et globalement, de la poudre aux yeux.De nombreux citadins se considèrent comme soucieux de l'environnement. Les étudiants suivent leurs émissions de CO2 sur leur smartphone. S'ils paient avec une application et ne se déplacent pas en taxi mais en métro, ils reçoivent des points bonus, avec lesquels ils peuvent adopter un vrai arbre. Celui-ci sera planté par Ant Forest, une filiale d'Alibaba. Ils reçoivent ensuite un certificat contenant le profil de l'arbre et des informations sur son état de santé.Planter des arbres est une forme populaire d'action écologique ; Deng Xiaoping en était déjà un grand défenseur. En 1984, il a introduit une loi exigeant que chaque Chinois âgé de 11 ans ou plus plante trois à cinq arbres par an. Ce sont généralement les écoles, les organisations de femmes, les entreprises publiques ou les fonctionnaires qui s'en chargent. Les élèves qui acquièrent plus de trois arbres grâce à leurs points bonus peuvent demander un certificat qui les dispense de cette obligation.L'activisme environnemental a commencé par la plantation d'arbres. Liang Congjie, qui a fondé la première organisation en 1994, m'a dit que c'était une bonne activité, on n'a presque jamais d'ennuis. 400 millions de Chinois plantent désormais des arbres chaque année ; selon les chiffres du gouvernement, ils n'étaient pas moins de 70,5 milliards entre 1981 et 2018. C'est beaucoup, non, quand on sait que la planète entière ne compte que 3000 milliards d'arbres ?Si la reforestation est si vigoureuse, comment expliquer que le désert chinois s'étende chaque année de 10 000 kilomètres carrés et qu'il y ait aujourd'hui quatre fois plus de tempêtes de sable que dans les années 1970?Des études indiquent que seuls 5 à 34 % des arbres plantés survivent. Une fois l'obligation remplie, ils ne sont plus pris en charge. De plus, les espèces à croissance rapide telles que les peupliers, les pins rouges ou les acacias sont privilégiées. Une monoculture totale, relativement bon marché mais réellement nuisible à l'environnement. La nappe phréatique s'enfonce, l'érosion du sol s'accentue. Mais sur papier, ça a l'air bien.Vous considérez les tentatives d'"ajustement écologique" du comportement des citoyens comme une atteinte à la liberté individuelle.En juin 2018, le ministère de l'Écologie et de l'Environnement et la Commission centrale de surveillance des progrès culturels et éthiques ont publié un nouveau document contenant des règles de conduite. Par exemple, la climatisation ne doit pas être inférieure à 26 degrés à partir de maintenant et les espèces menacées ne doivent pas figurer au menu. Elle a été suivie en octobre 2019 par le plan d'action pour un mode de vie écologique, qui doit être mis en oeuvre dans toute la société d'ici 2022. Les deux documents font référence à des changements obligatoires de comportement. Les feux d'artifice seront dorénavant interdits, tout comme les barbecues dans de nombreux endroits. Je ne crois pas que cela augmentera la conscience environnementale des citoyens. Et regardez la politique des déchets urbains mise en place à Shanghai depuis juillet 2019 : c'est contre-productif.Une ville de plusieurs millions d'habitants qui produit 26 000 tonnes de déchets par jour n'est-elle pas obligée de mener une politique stricte ?Je ne suis pas sûre que les citoyens occidentaux soient préparés à un tel régime. Vous pouvez désormais vous débarrasser de vos déchets uniquement à deux moments précis, le matin et le soir. Ils doivent être triés en quatre catégories - sous la supervision d'inspecteurs qui délivrent des amendes. La répartition n'est pas très logique : les os de poulet sont des déchets "humides", les os de porc sont "secs". L'internet recommande donc de trier comme un porc. Les déchets sont "humides" si le porc les considère comme comestibles, "secs" dans le cas contraire. Avec les déchets "dangereux", vous pouvez tuer un cochon, avec les déchets "recyclables", vous pouvez gagner de l'argent pour acheter encore plus de cochons.Si vous obligez des personnes fatiguées et travaillant dur à se précipiter chez elles parce que les poubelles seront bientôt fermées, vous créez une hostilité à l'égard des questions environnementales. Ou bien on répond avec "l'arme des faibles" : les citoyens apportent les déchets au bureau, les jettent par la fenêtre de la voiture, etc.Le système de quatre couleurs permet de recycler davantage. Cela se faisait déjà auparavant, par une armée de migrants ruraux informels, qui triaient et vendaient du papier, de l'étain, du verre, du bois et des meubles. Dans l'ensemble de la Chine urbaine, cela représente un emploi pour 3 à 5 millions de personnes. Ils sont efficaces, car ils sont payés pour ce qu'ils collectent. Mais suite à cette nouvelle politique, des milliers de personnes ont perdu leur emploi. Il n'y a eu aucune négociation avec eux, et encore moins une compensation.Cela montre également à quel point les avantages environnementaux concernent la classe moyenne urbaine, tandis que les campagnes et les migrants ruraux restent à l'écart. En déplaçant les désavantages et la charge sociale principalement vers les moins nantis, vous perpétuez l'inégalité sociale. Il en va de même avec les réglementations environnementales pour les entreprises : ce sont principalement les petites usines qui en paient le prix. Elles doivent souvent fermer leurs portes, alors que la production augmente parce que les "grandes entreprises propres" ont reçu des subventions publiques.L'aspect le plus controversé de la politique chinoise en matière d'énergie verte est la construction de barrages gigantesques. Pour marquer le centenaire du Parti communiste chinois, le deuxième plus grand barrage du monde, la centrale hydroélectrique de Baihetan, dans le sud-ouest du pays, a été inauguré fin juin.Le fait que la Banque mondiale ne finance plus de tels projets devrait donner à réfléchir, non ? La plupart des barrages chinois sont situés dans l'ouest montagneux du pays, où non seulement le débit est important, mais aussi l'activité sismique. Une hypothèse soutenue par les scientifiques occidentaux et chinois est que le poids de l'eau peut provoquer des tremblements de terre dans certaines zones de captage. Près du barrage des Trois Gorges, le nombre de tremblements de terre est passé de 25 par an avant sa mise en service à plus de 600 après. De nombreux experts estiment également que le nouveau barrage de Zipingpu a contribué au tremblement de terre de 2008 dans le Sichuan. Là-bas, 70 000 personnes sont mortes.Les projets de barrages impliquent également des réinstallations forcées à grande échelle.Ils rencontrent beaucoup d'opposition parce qu'il n'y a pas de participation du public et que la compensation semble être faible. Le gouvernement utilise l'argument du développement général ou de l'intérêt écologique et, depuis peu, celui du changement climatique. Les barrages sont présentés comme un élément essentiel des efforts déployés par la Chine pour atteindre la neutralité climatique. Mais en réalité, ils constituent une forme de privatisation néolibérale de la nature.La Chine bénéficie d'une reconnaissance internationale pour ses efforts en matière de conservation de la nature et de protection de la biodiversité. Depuis 2018, de nombreuses réserves naturelles, parcs et zones protégées ont été créés. Pourtant, vous êtes critique.Il y a deux façons de faire de la conservation de la nature, le modèle de la forteresse ou celui de la zone tampon. Dans le premier cas, une clôture est érigée autour d'une zone - comme dans les parcs américains de Yosemite ou Yellowstone - et la population est forcée de se déplacer. Il existe des droits d'entrée élevés, des bus d'excursion et des restrictions sur les activités économiques dites non approuvées. Le modèle tampon, quant à lui, consiste en un noyau protégé entouré de zones où l'implantation et l'activité humaines sont autorisées sous certaines conditions.La majorité des parcs chinois utilisent le modèle de la forteresse. Zhangjiajie, Jiuzhaigou, Huangshan, Yulong Xueshan ou Sanjiangyuan sont, avant tout, de grosses machines à fric pour ceux qui les contrôlent. Les habitants d'origine - principalement des minorités ethniques - ne sont autorisés à visiter gratuitement le parc où leurs ancêtres ont vécu il y a des centaines d'années que trois jours par an. Et encore, seulement s'il n'y a pas trop de touristes, car ils ont acheté des tickets d'entrée.Les citadins chinois adorent ces parcs.Le problème est que la combinaison de l'écotourisme et de l'ethnotourisme, si typique de l'industrie chinoise du voyage, a une tendance aux stéréotypes, voire au racisme. Il s'agit d'un marketing de l'homme et de la nature. Peu importe ce que le gouvernement prétend, il n'y a pas de gagnant-gagnant. Les guides et les vendeurs de souvenirs sont des Chinois Han, les propriétaires d'hôtels aussi. De nouveaux intérêts commerciaux remplacent les économies locales et causent également leur propre type de dommages, par exemple en réalisant de grands travaux d'infrastructure pour rendre possible le tourisme de masse.Le fil conducteur de votre livre est que l'autoritarisme est fondamentalement destructeur pour l'homme et la nature. Vous semblez dire que la planète bénéficierait de réformes démocratiques en Chine.Tout dépend de la façon dont on interprète cette démocratisation. Je suis certainement convaincue que la responsabilité, la transparence et la participation des citoyens sont fondamentales. Seul le parti communiste chinois n'est pas capable.Li et vous, êtes-vous toujours les bienvenus en Chine ?Le fait que nous publions en anglais et nous n'ambitionnons pas de traduction en chinois est un point important. En outre, nous avons essayé d'être très nuancés. Nous faisons également état des réussites, telles que la réduction et l'interdiction éventuelle des importations de déchets en Chine. En 1992, 45 % de tout le plastique usagé partait en Chine pour y être transformé ; aujourd'hui, tout ce commerce a été fermé. Comme la fermeture a été progressive, les citoyens qui en vivaient avaient le temps de trouver d'autres activités. C'est ainsi qu'il devrait toujours en être.