Interrogée sur cette question - légitime - lors de son point de presse quotidien, Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, a esquivé.

Mais a pris soin d'ajouter: "Je ne peux pas dire qu'il nous manque sur Twitter".

"Vous aurez peut-être du mal à le croire, mais nous passons peu de temps à penser ou à parler du président Trump, de l'ex-président Trump pour être très claire", a-t-elle répondu.

"Je pense que c'est une question qu'il faudrait plutôt poser aux élus républicains du Congrès", a-t-elle ajouté, évoquant les pressions longtemps exercées, par tweets interposés, par l'ancien président sur tel ou tel élu de son propre camp.

Joe Biden est-il favorable au maintien de la suspension de son prédécesseur?

"C'est une décision prise par Twitter", a-t-elle simplement répondu.

Twitter, qui fut, en campagne et au pouvoir, le principal outil de communication de Donald Trump, a suspendu de façon permanente le compte @realDonaldTrump, deux jours après l'assaut de ses partisans, le 6 janvier, contre le Capitole.

Le célèbre réseau à l'oiseau bleu a par ailleurs entrepris de purger ses services des utilisateurs relayant des théories du complot sur le soi-disant trucage de l'élection américaine.

La décision visant Donald Trump a suscité de vives critiques, parmi ses sympathisants bien sûr, mais aussi de la part de certains dirigeants ou d'ONG qui s'inquiètent de la puissance accumulée par les réseaux sociaux, sans aucun contrôle extérieur.

Interrogée sur cette question - légitime - lors de son point de presse quotidien, Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, a esquivé. Mais a pris soin d'ajouter: "Je ne peux pas dire qu'il nous manque sur Twitter"."Vous aurez peut-être du mal à le croire, mais nous passons peu de temps à penser ou à parler du président Trump, de l'ex-président Trump pour être très claire", a-t-elle répondu."Je pense que c'est une question qu'il faudrait plutôt poser aux élus républicains du Congrès", a-t-elle ajouté, évoquant les pressions longtemps exercées, par tweets interposés, par l'ancien président sur tel ou tel élu de son propre camp.Joe Biden est-il favorable au maintien de la suspension de son prédécesseur?"C'est une décision prise par Twitter", a-t-elle simplement répondu.Twitter, qui fut, en campagne et au pouvoir, le principal outil de communication de Donald Trump, a suspendu de façon permanente le compte @realDonaldTrump, deux jours après l'assaut de ses partisans, le 6 janvier, contre le Capitole.Le célèbre réseau à l'oiseau bleu a par ailleurs entrepris de purger ses services des utilisateurs relayant des théories du complot sur le soi-disant trucage de l'élection américaine.La décision visant Donald Trump a suscité de vives critiques, parmi ses sympathisants bien sûr, mais aussi de la part de certains dirigeants ou d'ONG qui s'inquiètent de la puissance accumulée par les réseaux sociaux, sans aucun contrôle extérieur.