C'était des "Ursula" par-ci, des "Ursula" par là. Dites, Charles, elle n'a pas de titre (présidente de la Commission européenne) ni de nom (von der Leyen), cette dame que vous avez laissé humilier par Erdogan? "Processus classique d'invisibilisation des femmes", commente Sylvie Lausberg, présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique (CFFB) qui, durant tout le week-end dernie...

C'était des "Ursula" par-ci, des "Ursula" par là. Dites, Charles, elle n'a pas de titre (présidente de la Commission européenne) ni de nom (von der Leyen), cette dame que vous avez laissé humilier par Erdogan? "Processus classique d'invisibilisation des femmes", commente Sylvie Lausberg, présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique (CFFB) qui, durant tout le week-end dernier, a relayé sur sa boucle WhatsApp #DROITSdesFemmes un projet de lettre à Charles Michel, avec copie à Ursula von der Leyen. La collecte de signatures (12 000) a été arrêtée volontairement le 13 avril à midi. L'auteure en est Marie-Anne Delahaut, une geek de la première heure, Namuroise, directrice de recherche à l'Institut Jules Destrée, présidente de Millennia 2025, une fondation internationale d'utilité publique, membre du CFFB, lequel a diffusé son texte via le Centre européen du conseil international des femmes et le Lobby européen des femmes. La lettre à Charles Michel décrypte avec style une triple erreur: diplomatique (Ursula von der Leyen est son égale), à l'encontre de l'Union européenne (qui peine à s'affirmer face au despotisme d'Erdogan) et contre les droits humains et particulièrement ceux des femmes, déjà diminués par le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul. Tout d'un coup, c'est la société civile qui s'est mise à signer frénétiquement, hommes et femmes confondus, "quelque chose de puissant", observe Marie-Anne Delahaut. Sa fondation Millennia 2025 soutient le leadership économique des femmes par le biais de l'innovation technologique, reçue à ce titre à l'Unesco et à ONU Femmes. La Namuroise ne s'attendait pas à une telle mobilisation: "On a été au feu." Il est encore question d'un flash mob "chaises" à Bruxelles, devant le Conseil européen, sur le modèle du #iomisiedo ("je suis assis") de Florence, manifeste muet contre la goujaterie.