Les Etats-Unis ont déployé 800 instructeurs en Afghanistan, de l'armée de terre et des marines, pour faire la jonction "avant l'arrivée des Européens", a affirmé Robert Gates, le secrétaire américain à la Défense, à l'issue d'une réunion de deux jours avec ses homologues des 28 pays de l'Alliance atlantique.

Ces hommes seront "redéployés" cet automne, a dit M. Gates, laissant entendre que leur place devrait être reprise par des militaires européens. Il a notamment visé les pays européens "qui n'ont pas de capacité de combat" en Afghanistan, les appelant à combler le trou.

M. Rasmussen, secrétaire général de l'OTAN, a chiffré le déficit en instructeurs à 450 hommes - un chiffre constant depuis des mois -, mais s'est dit confiant que les pays alliés et les "partenaires" de l'OTAN feront des promesses au cours des prochaines semaines et des mois à venir. Il a assuré que l'armée afghane, inexistante voici neuf ans, faisait désormais "du bon travail" et se battait contre l'insurrection des talibans.

L'OTAN a toutefois reconnu n'enregistrer que des "progrès mesurés" en Afghanistan en raison de la résistance des talibans à la force internationale d'assistance à la sécurité dans le sud du pays où les insurgés sont bien implantés.

LeVif.be avec Belga

Les Etats-Unis ont déployé 800 instructeurs en Afghanistan, de l'armée de terre et des marines, pour faire la jonction "avant l'arrivée des Européens", a affirmé Robert Gates, le secrétaire américain à la Défense, à l'issue d'une réunion de deux jours avec ses homologues des 28 pays de l'Alliance atlantique. Ces hommes seront "redéployés" cet automne, a dit M. Gates, laissant entendre que leur place devrait être reprise par des militaires européens. Il a notamment visé les pays européens "qui n'ont pas de capacité de combat" en Afghanistan, les appelant à combler le trou. M. Rasmussen, secrétaire général de l'OTAN, a chiffré le déficit en instructeurs à 450 hommes - un chiffre constant depuis des mois -, mais s'est dit confiant que les pays alliés et les "partenaires" de l'OTAN feront des promesses au cours des prochaines semaines et des mois à venir. Il a assuré que l'armée afghane, inexistante voici neuf ans, faisait désormais "du bon travail" et se battait contre l'insurrection des talibans. L'OTAN a toutefois reconnu n'enregistrer que des "progrès mesurés" en Afghanistan en raison de la résistance des talibans à la force internationale d'assistance à la sécurité dans le sud du pays où les insurgés sont bien implantés. LeVif.be avec Belga