Alors que le Royaume-Uni et le Portugal ont entamé leur plan de déconfinement progressif, plusieurs pays européens ont quant à eux mis en place de nouvelles mesures de restriction, par peur de voir émerger une troisième vague dans une Union européenne à la traîne sur les vaccinations.
...

Alors que le Royaume-Uni et le Portugal ont entamé leur plan de déconfinement progressif, plusieurs pays européens ont quant à eux mis en place de nouvelles mesures de restriction, par peur de voir émerger une troisième vague dans une Union européenne à la traîne sur les vaccinations.La propagation de nouveaux variants met certains États en émoi. En Italie, notamment, tous les indicateurs sont dans le rouge. "Au cours de la dernière semaine, 150 175 nouvelles contaminations ont été enregistrées contre 130 816 la semaine précédente, soit une augmentation de presque 15%", a déploré le Premier ministre italien Mario Draghi lors d'une conférence de presse donnée vendredi dernier. "Plus d'un an après le début de la crise sanitaire, nous nous retrouvons malheureusement face à une nouvelle vague de contagions." Le taux d'incidence serait ainsi passé de 194,87 cas pour 100 000 habitants, sur la période du 22 au 28 février, à 225,64 cas entre le 1er et le 7 mars, rapporte le quotidien national La Repubblica. Et le taux de reproduction (Rt) des cas a grimpé jusqu'à 1,16, signe que l'épidémie repart de plus belle. Le taux d'occupation des unités de soins intensifs a, quant à lui, dépassé la semaine dernière le seuil critique de 31%, contre 26% la semaine précédente.L'Italie, premier pays d'Europe à recenser 100 000 morts liés au covid, se reconfine donc dès aujourd'hui pour endiguer cette poussée des contaminations. Le nord du pays sera notamment soumis à un confinement strict, quand la plupart des autres régions voient les mesures de restriction renforcées.Les régions avec plus de 250 nouveaux cas par semaine pour 100 000 habitants passeront automatiquement en "zone rouge" et devront adopter de nouvelles mesures sanitaires plus drastiques, telles que la fermeture des écoles et universités, ainsi que des bars et des restaurants sauf pour la vente de plats à emporter et les livraisons. Les déplacements seront eux aussi limités : plus question de sortir de chez soi, sauf en cas d'urgences professionnelles et médicales, et pour aller faire ses courses.Pour les "zones orange", les établissements scolaires restent ouverts et les déplacements sont autorisés, mais uniquement dans sa commune. Les bars et restaurants sont fermés, sauf pour la vente de plats à emporter et les livraisons.Seule la Sardaigne échappe à ces restrictions, puisque la zone est classée en "zone blanche". Cela signifie donc que les habitants doivent uniquement respecter le port du masque et les règles de distanciation.Les autorités allemandes craignent un nouveau pic de contaminations mi-avril. Dans un récent bulletin de l'évolution épidémiologique du pays, l'Institut Robert Koch (RKI) a en effet annoncé que la propagation du variant britannique en Allemagne pourrait faire bondir le taux d'incidence entre 200 et 500 d'ici la mi-avril.Face à cette menace, le gouvernement a pris la décision de prolonger ses mesures de restrictions jusque fin mars : fermeture des bars, restaurants, lieux culturels et sportifs ou encore des magasins jugés non essentiels. Et si certaines mesures ont déjà été partiellement levées - les écoles et garderies ont rouvert depuis la fin février et les autorités ont relâché un peu la pression concernant les contacts entre personnes - l'Allemagne a néanmoins décidé d'enclencher son système de "freinage d'urgence", qui permet de rétablir les restrictions qui ont été allégées si le nombre de cas dépasse 100 pour 100.000 habitants pendant trois jours consécutifs.Angela Merkel et les dirigeants des 16 Etats-régions doivent faire un point d'étape et négocier d'éventuelles nouvelles mesures le 22 mars.En Espagne, l'heure est toujours au couvre-feu, débutant à 22 ou à 23 heures en fonction des régions. À l'occasion des fêtes de Pâques, le gouvernement a décidé de limiter les déplacements, afin de freiner la circulation du virus.Ainsi, les déplacements d'une région à l'autre seront limités à l'essentiel. Il ne sera pas non plus possible d'organiser des réunions à domicile et les tablées seront limitées à 4 personnes à l'intérieur des bars et restaurants et six personnes en terrasse. Les processions et les grands rassemblements religieux traditionnels seront également suspendus.Après deux mois d'un confinement généralisé pour faire face à une violente troisième vague de l'épidémie de covid, le gouvernement portugais a prévu un déverrouillage progressif et différencié selon les secteurs d'activité.La première étape de son plan de levée des mesures contre le covid démarre ce lundi, avec la réouverture des crèches, des écoles primaires et de certains commerces non essentiels comme les librairies, les salons de coiffure ou les bibliothèques.Deux semaines plus tard, ce sera au tour des collèges, des terrasses des cafés et des restaurants, ainsi que des monuments et musées.Les lycées, les universités, les théâtres et les salles de restaurant, dans la limite de quatre personnes par table, rouvriront à la mi-avril, tandis que les grands évènements seront autorisés à partir du 3 mai, avec quelques restrictions.Le confinement - c'est-à-dire l'obligation de rester chez soi sauf pour les achats de produits de première nécessité et quelques autres dérogations -, le télétravail et les limitations de circulation entre communes les week-end sont maintenus jusqu'à Pâques, le 4 avril.Lundi 8 mars, les écoles rouvraient dans le pays pour les élèves âgés de 5 à 11 ans. Une première grande étape attendue dans le déconfinement progressif du Royaume Uni. Un plan de déconfinement décidé après que le taux de reproduction du virus soit redescendu en dessous de 1.Autres assouplissements prévus : le 29 mars, des rencontres entre plusieurs foyers seront autorisées en extérieur. Les magasins jugés non essentiels pourront rouvrir leurs portes à partir du 12 avril, ainsi que les musées et les librairies. Les restaurants et les pubs pourront également rouvrir, mais uniquement pour servir en terrasse. En revanche, les hôtels devront attendre le 17 mai pour accueillir des clients. À ce moment-là, les restaurants pourront aussi accueillir leurs clients en intérieur. Toutes les restrictions devraient être levées le 21 juin.Avec AFP