Le suspect, âgé de 44 ans et non trentenaire comme annoncé précédemment, a fait part aux policiers de son hostilité vis-à-vis de la politique migratoire de la candidate.

L'auteur a été maîtrisé par un policier en civil qui se trouvait là par hasard. L'attaque, commise samedi matin, à la veille du scrutin, a été perpétrée à l'aide d'un couteau de 20 cm devant le stand du CDU, qui soutient Mme Reker. Outre la candidate, qui est échevine des Affaires sociales de la ville, quatre de ses collaborateurs ont été blessés. Mme Reker a été touchée au cou et opérée dans la foulée, mais ses jours n'ont pas été mis en danger. La chancelière Angela Merkel s'est dite choquée par les faits.

Rassemblement à Cologne après l'attaque au couteau contre une candidate

Responsables politiques régionaux et habitants de Cologne (ouest de l'Allemagne) se sont réunis samedi soir devant l'hôtel de Ville de la cité rhénane après l'attaque au couteau dont a été victime une candidate à la mairie, acte sans doute lié à la politique d'ouverture aux réfugiés de l'Allemagne.

"La chaîne humaine (que nous formons) est un signe que nous sommes solidaires", a lancé la dirigeante social-démocrate de la région de Cologne, la Rhénanie du nord-Westphalie, Hannelore Kraft, selon des images de la télévision allemande. "La démocratie est une grande conquête que nous voulons défendre", a-t-elle ajouté, citée par les médias allemands.

"Nous sommes ici en tant que démocrates pour envoyer un signal face à cet acte abominable", a-t-elle ajouté. A ses côtés se trouvaient notamment le responsable régional de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), Armin Laschet, et d'autres élus régionaux de tous bords politiques, dont les Verts et les Libéraux du FDP.

Le suspect, âgé de 44 ans et non trentenaire comme annoncé précédemment, a fait part aux policiers de son hostilité vis-à-vis de la politique migratoire de la candidate.L'auteur a été maîtrisé par un policier en civil qui se trouvait là par hasard. L'attaque, commise samedi matin, à la veille du scrutin, a été perpétrée à l'aide d'un couteau de 20 cm devant le stand du CDU, qui soutient Mme Reker. Outre la candidate, qui est échevine des Affaires sociales de la ville, quatre de ses collaborateurs ont été blessés. Mme Reker a été touchée au cou et opérée dans la foulée, mais ses jours n'ont pas été mis en danger. La chancelière Angela Merkel s'est dite choquée par les faits.Responsables politiques régionaux et habitants de Cologne (ouest de l'Allemagne) se sont réunis samedi soir devant l'hôtel de Ville de la cité rhénane après l'attaque au couteau dont a été victime une candidate à la mairie, acte sans doute lié à la politique d'ouverture aux réfugiés de l'Allemagne."La chaîne humaine (que nous formons) est un signe que nous sommes solidaires", a lancé la dirigeante social-démocrate de la région de Cologne, la Rhénanie du nord-Westphalie, Hannelore Kraft, selon des images de la télévision allemande. "La démocratie est une grande conquête que nous voulons défendre", a-t-elle ajouté, citée par les médias allemands. "Nous sommes ici en tant que démocrates pour envoyer un signal face à cet acte abominable", a-t-elle ajouté. A ses côtés se trouvaient notamment le responsable régional de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), Armin Laschet, et d'autres élus régionaux de tous bords politiques, dont les Verts et les Libéraux du FDP.