Aux anges après sa victoire, importante au point que les médias l'ont annoncée alors que seuls quelques milliers de voix étaient déjà comptées, Trump s'est fixé quelques nouveaux objectifs. "Décrochons une grande victoire dans le Nevada et au Super Tuesday". Ce mardi, les républicains organisent leur caucus au Nevada et le mardi 1er mars, on votera dans douze états. Trump caracole en tête des sondages dans le Nevada, tout comme dans la plupart des états du Super Tuesday.
...

Aux anges après sa victoire, importante au point que les médias l'ont annoncée alors que seuls quelques milliers de voix étaient déjà comptées, Trump s'est fixé quelques nouveaux objectifs. "Décrochons une grande victoire dans le Nevada et au Super Tuesday". Ce mardi, les républicains organisent leur caucus au Nevada et le mardi 1er mars, on votera dans douze états. Trump caracole en tête des sondages dans le Nevada, tout comme dans la plupart des états du Super Tuesday. D'après une loi des primaires, la victoire entraîne aussi un bonus : les politiques qui gagnent dans un état montent dans les sondages. Jamais encore dans l'histoire du parti républicain, un candidat a gagné les primaires dans le New Hampshire et en Caroline du Sud sans remporter la nomination. Reste à voir si après le Super Tuesday, Trump verra encore quelqu'un dans le rétroviseur. Comme il vit sur le fil du rasoir, les choses peuvent très mal tourner. Mais la semaine avant les primaires en Caroline du Sud, il a commis beaucoup d'"erreurs", il a critiqué la guerre en Irak, il a traité l'ancien président Bush de menteur, il a fait l'éloge de Planned Parenthood, il a baratiné sur les soins de santé, il s'est bagarré avec le pape, etc. Tout cela ne lui a pas porté préjudice pour ces primaires. Bien au contraire.Peut-être que la presse sortira quelque chose qui lui fera du tort. Peut-être qu'il en aura assez de mener sa campagne. Peut-être qu'il adoptera une position qui fait vraiment peur aux gens. Mais pour l'instant, les choses s'annoncent vraiment bien pour Trump. Une victoire sur presque toute la ligne D'après les analyses électorales, Trump a gagné parmi toutes les catégories d'électeurs, hormis auprès des citoyens hautement qualifiés où Rubio avait une légère avance. Mais il a remporté les suffrages des électeurs évangélistes, des progressistes ou des modérés, des militaires, et ce dans les villes et à la campagne. Il a gagné avec une belle avance parmi les électeurs en colère, parmi les républicains et les indépendants et il a remporté le plus de voix parmi les républicains déçus de leur parti. Par ailleurs, plus de 50% des républicains qui votent sont en colère contre leur parti. En outre, il y a eu une affluence record, probablement influencée par Trump.Les analystes formulent quelques objections au sujet du regroupement de l'opposition. Trump n'a obtenu "que" 32,5% des voix en Caroline du Sud alors que Jeb Bush jette l'éponge. Il a obtenu un piteux résultat de 7,8% en Caroline du Sud, mais si ses électeurs et ses bailleurs de fonds conjuguent leurs forces avec Marco Rubio, ils se rapprocheront de Trump. Reste à voir aussi si les grands financiers du parti, les frères Koch et Sheldon Adelson par exemple, uniront leurs finances au bénéfice de Rubio par exemple. Trump a déjà écarté ses analyses. "Ce qu'ils ne comprennent pas, c'est que quand des candidats abandonnent, je ramasserai leurs voix aussi". Outre Trump, il reste quatre candidats républicains. Marco Rubio a terminé deuxième avec 22,5% des voix, Ted Cruz était troisième avec 22,3%. John Kasich a fini derrière Bush avec 7,6% et Ben Carson a eu 7,2% des voix. Rubio et Cruz se sont tous les deux proclamés gagnants. Rubio a déclaré qu'à présent la lutte s'articulait autour de trois candidats, et qu'il sortirait vainqueur. Il s'est présenté comme le candidat de la diversité et de la chance raisonnable d'une meilleure existence. La joie de Rubio, qui a terminé cinquième dans le New Hampshire, était compréhensible. Cependant, le conservateur Cruz qui, vu les 65% d'électeurs évangéliques, avait espéré un meilleur résultat a fait comme si son score était inespéré. Il a déclaré qu'il était le seul à pouvoir battre Trump. Un collaborateur a déclaré plus tard que Cruz aurait fait mieux s'il y avait eu plus d'enclaves conservatrices dans l'état.