Le président russe Vladimir Poutine s'est dit jeudi "convaincu" qu'un dialogue "efficace" était possible avec les Etats-Unis, dans des voeux de fin d'année à son homologue Joe Biden, quelques heures avant leur conversation téléphonique.

"Je suis convaincu (...) que nous pouvons aller de l'avant et forger un dialogue russo-américain efficace fondé sur le respect mutuel et la prise en considération des intérêts nationaux de chacun", a-t-il écrit dans un télégramme, selon le Kremlin, sur fond de crise russo-occidentale autour de l'Ukraine.

Joe Biden et Vladimir Poutine doivent s'entretenir au téléphone jeudi vers 20H30, la deuxième discussion du genre en moins d'un mois. Le président américain compte proposer, selon la Maison Blanche, une "voie diplomatique" pour sortir de la crise russo-occidentale autour de l'Ukraine. Moscou a fait connaître de son côté ses exigences, en particulier un traité bannissant toute expansion future de l'Otan, notamment à son voisin ukrainien. De premiers pourparlers entre les deux pays sont prévus le 10 janvier à Genève. Les Occidentaux accusent Moscou de préparer l'invasion de l'Ukraine, des dizaines de milliers d'hommes et quantités de matériel et d'armements étant déployés à la frontière.

Le président russe Vladimir Poutine s'est dit jeudi "convaincu" qu'un dialogue "efficace" était possible avec les Etats-Unis, dans des voeux de fin d'année à son homologue Joe Biden, quelques heures avant leur conversation téléphonique."Je suis convaincu (...) que nous pouvons aller de l'avant et forger un dialogue russo-américain efficace fondé sur le respect mutuel et la prise en considération des intérêts nationaux de chacun", a-t-il écrit dans un télégramme, selon le Kremlin, sur fond de crise russo-occidentale autour de l'Ukraine.Joe Biden et Vladimir Poutine doivent s'entretenir au téléphone jeudi vers 20H30, la deuxième discussion du genre en moins d'un mois. Le président américain compte proposer, selon la Maison Blanche, une "voie diplomatique" pour sortir de la crise russo-occidentale autour de l'Ukraine. Moscou a fait connaître de son côté ses exigences, en particulier un traité bannissant toute expansion future de l'Otan, notamment à son voisin ukrainien. De premiers pourparlers entre les deux pays sont prévus le 10 janvier à Genève. Les Occidentaux accusent Moscou de préparer l'invasion de l'Ukraine, des dizaines de milliers d'hommes et quantités de matériel et d'armements étant déployés à la frontière.