Le 11 août 2020, Vladimir Poutine annonce rien de moins que le salut de la patrie. Après à peine deux mois de tests humains, le gouvernement approuve le premier vaccin mondial contre le coronavirus. La propre fille de Poutine a déjà reçu le vaccin et a eu peu d'effets secondaires. Avec Spoutnik V - un nom qui fait référence à cette autre époque où la Russie surpassait l'Occident dans le domaine scientifique - la Russie allait non seulement se sauver elle-même mais aussi le monde. Très vite, le Kremlin conclut des contrats avec d'autres pays pour acheter "le meilleur vaccin du monde".
...

Le 11 août 2020, Vladimir Poutine annonce rien de moins que le salut de la patrie. Après à peine deux mois de tests humains, le gouvernement approuve le premier vaccin mondial contre le coronavirus. La propre fille de Poutine a déjà reçu le vaccin et a eu peu d'effets secondaires. Avec Spoutnik V - un nom qui fait référence à cette autre époque où la Russie surpassait l'Occident dans le domaine scientifique - la Russie allait non seulement se sauver elle-même mais aussi le monde. Très vite, le Kremlin conclut des contrats avec d'autres pays pour acheter "le meilleur vaccin du monde".Un an plus tard, il ne reste pas grand-chose de cet enthousiasme. La semaine dernière, en Russie, les records de contaminations au covid ont été battus jour après jour. Un nombre record de décès a été enregistré à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Les chiffres officiels ne représentent probablement qu'une fraction du nombre réel de morts. La majorité des nouveaux cas sont dus au variant delta particulièrement contagieux. Depuis début juin, les Moscovites doivent à nouveau travailler à domicile et les restaurants et les bars ne sont autorisés à servir que les clients qui ont été vaccinés ou qui ont été récemment infectés par le coronavirus.La qualité de Spoutnik V est incontestable Cependant, la qualité de Spoutnik V est incontestable. En mars 2021, la revue médicale renommée The Lancet a publié une étude montrant que l'efficacité de Spoutnik V est de 91 %. Le vaccin semble également fonctionner merveilleusement bien contre le nouveau variant delta. Cependant, de nombreux Russes ne veulent pas le croire. Après près de sept mois de campagne de vaccination, seuls 15,6 % de la population russe ont reçu au moins une injection. À titre de comparaison, à la fin du mois de juin, le pourcentage dans l'Union européenne était déjà de 50,6 %. La semaine dernière, le gouvernement russe a officiellement abandonné l'espoir de vacciner au moins 60 % de la population d'ici septembre. Même si les vaccins sont disponibles dans toutes les grandes villes russes depuis décembre.Sagesses populaires Une partie importante de la population russe a davantage confiance dans la sagesse populaire et les légumes marinés que dans la médecine établie. Avec l'Ukraine, la Russie est l'un des pays les plus sceptiques aux vaccins dans le monde : selon une enquête Gallup de 2018, moins de la moitié des Russes considèrent que les vaccins sont totalement sûrs. Même parmi les médecins, la méfiance est grande : un sondage réalisé en avril a révélé que près d'un médecin sur quatre refuse le vaccin Spoutnik. Étonnamment, la Russie semble être victime de ses propres campagnes de désinformation, déclare Laura Vansina, chercheuse sur la Russie à la VUB ( Vrije Universiteit Brussel). "Au cours de l'année écoulée, de nombreux fake news ont été diffusés depuis la Russie, mettant en doute l'efficacité des vaccins américains et européens. Il semble que cette désinformation, qui est destinée à l'Occident, ait également atteint la population russe."En outre, les dirigeants russes ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour accroître cette suspicion. Bien qu'il fasse la promotion du vaccin russe à chaque occasion, Poutine ne s'est pas fait vacciner avant fin mars. Aucune image de l'injection n'a été diffusée, et pendant trois mois, le Kremlin a refusé de dire avec quel vaccin le président avait été vacciné. Ce n'est que la semaine dernière, lors de l'émission télévisée annuelle au cours de laquelle les téléspectateurs peuvent poser une question au président, que Poutine a révélé qu'il avait reçu le vaccin Spoutnik. L'influent porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a lui aussi récemment admis sans ambages qu'il n'avait pas encore été vacciné. Ce n'est que la semaine dernière que Peskov a déclaré qu'il prendrait le Spoutnik Light, un boost de rappel pour ceux qui ont déjà eu le coronavirus.En un sens, la crise du coronavirus pose un problème de personnel au régime russe. Les mêmes propagandistes qui insistent sur le fait que la Russie ne combat pas en Ukraine et que les élections en Russie sont menées de manière correcte doivent maintenant faire comprendre à la population russe que le vaccin est totalement sûr. Vansina observe que le scepticisme en Russie est surtout dirigé contre les vaccins russes. "La plupart des Russes que je connais n'auraient aucun problème à se faire injecter un vaccin Pfizer ou Moderna", déclare Vansina. "Cependant, ils sont critiques contre un vaccin russe. D'une certaine manière, c'est le paradoxe du poutinisme : plus le régime poursuit un parcours nationaliste dans lequel il vante les réalisations russes, plus la population semble se méfier des produits russes.Carotte et bâton De plus, malgré les taux élevés d'infection et de mortalité, le gouvernement russe ne parvient pas à convaincre les Russes de la gravité de la situation. "Les Russes ont un seuil de douleur figuratif élevé", dit Vansina. La plupart des Russes ont vécu dans les années 90, où ils ont vu toutes leurs économies s'évaporer. Ils ont grandi avec des histoires de famines terribles et de nombres énormes de victimes dues à la Seconde Guerre mondiale. Si c'est là votre cadre de référence, un virus comme celui-ci n'est pas si terrible."Malgré la recrudescence du coronavirus, il a fallu attendre le mois de juin pour que Moscou annonce une nouvelle période de travail à domicile - les mesures telles que les masques sont à peine appliquées. Il y a les élections de la Douma en septembre, dit Vansina. "D'ici là, il est très difficile de prendre des mesures impopulaires."Afin de stimuler les taux de vaccination, le gouvernement russe - malgré son climat de plus en plus autoritaire - utilise la carotte plutôt que le bâton. Par exemple, Sergueï Sobianine, le maire de Moscou, a annoncé début juin que les Moscovites qui se font vacciner peuvent participer à une tombola où cinq voitures sont tirées au sort chaque semaine. Les autorités locales offrent de petites sommes d'argent et même des miles aériens pour inciter les gens à se faire vacciner. Le Kremlin écarte toute suggestion visant à rendre la vaccination obligatoire. Même Poutine a souligné la semaine dernière que la vaccination devait être volontaire. En même temps, il brandit également le bâton. Par exemple, tous les Russes qui travaillent pour le gouvernement ou dans le secteur des services sont obligés d'être vaccinés. Les entreprises sont mises sous pression pour vacciner au moins 60 % de leur personnel. Techniquement, il ne s'agit pas d'une vaccination obligatoire - libre à vous d'aller travailler dans un autre secteur, semble suggérer le Kremlin - mais de facto, cela fera augmenter les chiffres de la vaccination. Cependant, là aussi, il existe aussi une solution. Pour environ 20 000 roubles (environ 230 euros), vous trouverez un certificat de vaccination plus que correct sur le marché noir.