C'est ce qu'ont affirmé plusieurs ONG, par voie de communiqué, ce mardi.

Deux mois après un appel du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à un cessez-le-feu dans le monde pour mieux lutter contre la maladie, le Conseil a échoué à s'entendre sur une résolution soutenant cette initiative, reprochent dans leur texte International Rescue Committee, International Crisis Group ou encore Save the Children, qui figurent parmi les signataires.

"La paralysie du Conseil de sécurité face au Covid-19 est honteuse. Pour des millions de gens, elle est aussi incompréhensible", souligne David Miliband, chef de International Rescue Committee. Pour Rob Malley, président de International Crisis Group, "les Etats-Unis et la Chine ont traité les négociations" de la résolution "comme une opportunité de se renvoyer la responsabilité de l'origine du Covid-19" plutôt que favoriser "un appel direct à une réduction de la violence".

Antonio Guterres, Getty
Antonio Guterres © Getty

"Ni Washington, ni Pékin ne semblent avoir la capacité ou la volonté de montrer du leadership à l'ONU durant une crise mondiale", déplore-t-il. A la tête de Save the Children, Inger Ashing juge de son côté que le Conseil de sécurité "a une opportunité historique d'arrêter les combats dans le monde et de s'assurer que les travailleurs humanitaires aient un plein accès à ceux qui en ont le plus besoin".

Depuis le rejet le 8 mai par Washington d'un texte de compromis proposé par la France et la Tunisie, les négociations au Conseil de sécurité sont dans l'impasse. Les Etats-Unis refusent toute mention de l'Organisation mondiale de la Santé alors que la Chine veut une référence dans la résolution. L'appel du secrétaire général a reçu le soutien de plus de deux millions de citoyens et de 200 ONG, et individuellement de quelque 140 membres sur les 193 de l'ONU.

C'est ce qu'ont affirmé plusieurs ONG, par voie de communiqué, ce mardi. Deux mois après un appel du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à un cessez-le-feu dans le monde pour mieux lutter contre la maladie, le Conseil a échoué à s'entendre sur une résolution soutenant cette initiative, reprochent dans leur texte International Rescue Committee, International Crisis Group ou encore Save the Children, qui figurent parmi les signataires. "La paralysie du Conseil de sécurité face au Covid-19 est honteuse. Pour des millions de gens, elle est aussi incompréhensible", souligne David Miliband, chef de International Rescue Committee. Pour Rob Malley, président de International Crisis Group, "les Etats-Unis et la Chine ont traité les négociations" de la résolution "comme une opportunité de se renvoyer la responsabilité de l'origine du Covid-19" plutôt que favoriser "un appel direct à une réduction de la violence". "Ni Washington, ni Pékin ne semblent avoir la capacité ou la volonté de montrer du leadership à l'ONU durant une crise mondiale", déplore-t-il. A la tête de Save the Children, Inger Ashing juge de son côté que le Conseil de sécurité "a une opportunité historique d'arrêter les combats dans le monde et de s'assurer que les travailleurs humanitaires aient un plein accès à ceux qui en ont le plus besoin". Depuis le rejet le 8 mai par Washington d'un texte de compromis proposé par la France et la Tunisie, les négociations au Conseil de sécurité sont dans l'impasse. Les Etats-Unis refusent toute mention de l'Organisation mondiale de la Santé alors que la Chine veut une référence dans la résolution. L'appel du secrétaire général a reçu le soutien de plus de deux millions de citoyens et de 200 ONG, et individuellement de quelque 140 membres sur les 193 de l'ONU.