Depuis la prise de pouvoir violente par les talibans extrémistes, l'Afghanistan est le théâtre d'un scénario cauchemardesque. Malgré vingt ans d'aide occidentale, le chaos et l'instabilité menacent à nouveau. Depuis le début de l'année, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), pas moins de 570 482 citoyens ont fui leur foyer. Ce nombre s'ajoute aux 2,9 millions d'Afghans qui avaient déjà quitté leur foyer. Pour l'instant, seule une fraction d'entre eux semble avoir effectivement quitté le pays. Selon le HCR, plusieurs milliers d'Afghans ont traversé les frontières vers l'Iran, le Pakistan et le Tadjikistan.
...

Depuis la prise de pouvoir violente par les talibans extrémistes, l'Afghanistan est le théâtre d'un scénario cauchemardesque. Malgré vingt ans d'aide occidentale, le chaos et l'instabilité menacent à nouveau. Depuis le début de l'année, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), pas moins de 570 482 citoyens ont fui leur foyer. Ce nombre s'ajoute aux 2,9 millions d'Afghans qui avaient déjà quitté leur foyer. Pour l'instant, seule une fraction d'entre eux semble avoir effectivement quitté le pays. Selon le HCR, plusieurs milliers d'Afghans ont traversé les frontières vers l'Iran, le Pakistan et le Tadjikistan.En outre, le covid frappe sans pitié en Afghanistan, et la sécheresse prolongée risque de détruire les cultures. Selon le secrétaire des Nations unies, António Guterres, environ la moitié de la population afghane a besoin d'une aide humanitaire. Pourtant, il semble peu probable que l'Europe doive bientôt accueillir d'énormes nombres de réfugiés. Aujourd'hui, la grande majorité des réfugiés afghans sont accueillis en Iran et au Pakistan, qui abritent ensemble plus de 2,2 millions d'Afghans. Liza Schuster, qui étudie les réfugiés afghans depuis deux décennies, doute que beaucoup d'Afghans fassent la traversée vers l'Europe. "La plupart des Afghans choisissent l'Iran et le Pakistan, parce qu'ils parlent la langue et peuvent y travailler", explique Schuster. "Généralement, il n'y a pas beaucoup d'Afghans qui se rendent en Europe. Ils savent bien qu'il n'est pas facile de se rendre en Europe et qu'ils n'y sont pas vraiment les bienvenus".Le malaise européen n'en est pas moins grand pour autant. Même lorsque début août, de nouvelles villes afghanes tombent aux mains des talibans, six États membres européens, dont la Belgique, envoient une lettre à la Commission européenne où ils soulignent que les Afghans qui n'ont pas besoin de protection doivent quand même être renvoyés. Mi-août, Karl Nehammer, le ministre autrichien de l'Intérieur, va encore plus loin. Il propose la création de "centres de déportation" dans les pays voisins, afin que l'Europe puisse encore renvoyer des Afghans. Le Premier ministre néerlandais démissionnaire, Mark Rutte, exprime sans ambages son ambition de faire venir "le moins d'Afghans possible" en Europe. Armin Laschet, tête de liste du parti chrétien-démocrate CDU en Allemagne, prévient que "2015 ne doit pas se répéter" et que "les erreurs commises dans la gestion de la guerre civile syrienne" ne doivent pas être répétées. Le président français Emmanuel Macron souligne que son pays a le droit de se défendre contre une éventuelle "vague de migrants".Etait-ce simplement parce que Laschet, Macron et, étant donné les difficiles négociations de coalition aux Pays-Bas, peut-être aussi Rutte étaient en mode campagne et voulaient couvrir leur flanc droit ? Ou la stratégie européenne consiste-t-elle simplement à diminuer un maximum le nombre d'Afghans ? Il est clair que le traumatisme de 2015 s'est emparé de la salle des machines européenne. Plus d'un million de migrants avaient alors tenté de rejoindre l'Europe. Pendant des mois, les États membres de l'UE ont tenté de se refiler la patate chaude et Bruxelles s'est avérée incapable de mettre en place un système global. Partout en Europe, le chaos stimulait l'extrême droite européenne. C'est un scénario qu'ils veulent absolument éviter cette fois-ci.Accueil dans la région Le 1er septembre, moins de 24 heures après la fin des évacuations de Kaboul, les ministres de l'intérieur européens se sont réunis pour discuter de la situation en Afghanistan. Bien qu'ils aient exprimé le désir d'accorder un soutien financier plus important aux organisations internationales qui viennent en aide aux réfugiés, dans la déclaration qu'ils ont faite par la suite, les ministres semblent principalement préoccupés par ... l'immigration clandestine. Selon le même texte, l'UE souhaite coopérer avec les pays voisins de l'Afghanistan afin de renforcer la protection de leurs frontières et de lutter contre la traite des êtres humains. De cette façon, il devrait y avoir une "réponse contrôlée et ordonnée" pour éviter les "mouvements migratoires illégaux incontrôlés et à grande échelle du passé". Des "campagnes d'information ciblées" seront organisées contre les passeurs afin d'empêcher les migrants d'entreprendre cette dangereuse traversée.Cette focalisation sur l'immigration clandestine est tout à fait remarquable. Suite à la prise du pouvoir par les Talibans, à la détérioration de la situation sécuritaire et de la menace d'une catastrophe humanitaire, les Afghans ont plus de chances d'être reconnus comme réfugiés. "Ce genre de situation est littéralement ce pour quoi la Convention sur les réfugiés a été inventée", déclare Sergio Carrera, qui suit la politique migratoire européenne au Centre for European Policy Studies (CEPS). Les dirigeants européens tentent de le présenter comme un problème de migration illégale, alors que les Afghans qui fuient aujourd'hui la violence des talibans ont le droit de demander une protection. En les présentant comme des migrants potentiellement illégaux, vous les criminalisez d'une manière qui va à l'encontre du droit international.Il y a seulement un an, la Commission européenne présentait son nouveau pacte sur l'asile et les migrations. La Commission y formulait l'ambition d'établir "un système de gestion des migrations prévisible et fiable". Pourtant, le Pacte repose presque entièrement sur la bonne volonté et la solidarité des États membres. À l'aube de son premier anniversaire, il ne semble pas être question d'un système rationalisé. Le Pacte européen part de l'hypothèse erronée que la grande majorité des migrants qui atteignent l'Europe ne sont pas de 'vrais' réfugiés", déclare Carrera. Il se réfère aux statistiques d'Eurostat sur les demandes d'asile. Celles-ci montrent que l'année dernière, 40,7 % des demandes d'asile en Europe ont reçu une réponse positive. Après appel, ce chiffre est passé à 53,9 %. Et pourtant, le pacte porte essentiellement sur les moyens de renvoyer plus rapidement les migrants et de fermer les frontières", soupire Carrera. "Il repose sur l'idée que vous éloignez les réfugiés si vous pouvez les empêcher de demander l'asile ici. Le problème est que les pays de l'UE ne veulent tout simplement pas accueillir de réfugiés."Afin d'éviter qu'un grand nombre de réfugiés n'atteignent l'Europe, les dirigeants européens, de gauche comme de droite, adhèrent depuis plusieurs années à l'idée d'un accueil dans la région. C'est une philosophie qui existe depuis les années 1980. L'accueil dans la région serait moins cher car les coûts d'assistance y sont moins élevés. Il est plus efficace pour les personnes concernées (car elles ne sont pas si loin de chez elles) et les différences culturelles sont moindres, ce qui augmente les chances de travailler et de s'intégrer. Mais l'accueil dans la région permet surtout d'éviter que les demandeurs d'asile qui ont épuisé toutes les voies de recours ne restent en Europe. Les renvoyer est en effet extrêmement difficile.Extorsion Pour stimuler cet accueil dans la région, l'Europe vise de nouveaux accords migratoires. Actuellement, il existe déjà des pactes avec des pays comme la Turquie, la Libye, le Maroc et le Niger. L'accord UE-Turquie de 2016 est considéré comme un modèle pour de nouveaux accords. La Turquie promet d'arrêter et de reprendre les migrants qui tentent la traversée vers l'Europe. En échange, l'Europe a promis, en plus de certains engagements diplomatiques, d'investir 6 milliards d'euros dans les ONG locales pour aider les réfugiés à trouver une éducation et un logement. Fait remarquable, cet accord sur la Turquie n'a aucune valeur juridique : il s'agit littéralement d'un communiqué de presse. Par conséquent, la Turquie peut cesser de se conformer aux conditions à tout moment. Cela rend également l'ensemble de l'opération extrêmement peu transparente", déclare Carrera. "Il est pratiquement impossible de vérifier si la Turquie traite les réfugiés conformément aux règles."D'un point de vue pragmatique - cynique - l'accord avec la Turquie fonctionne merveilleusement bien. Le nombre de migrants atteignant la Grèce et le nombre de décès par noyade a considérablement diminué par rapport à 2015. Grâce à l'argent européen, des centaines de milliers de jeunes Syriens ont reçu une éducation. Les conditions de vie se sont effectivement améliorées pour une proportion importante de réfugiés. Mais en même temps, des accords comme celui avec la Turquie posent d'énormes problèmes. "En transférant notre responsabilité à des pays tiers, nous nous rendons extrêmement vulnérables", souligne Carrera. "Cela nous rend dépendants de la politique intérieure de ces pays. Nous donnons aux dirigeants autoritaires une occasion unique de faire pression sur nous et de nous extorquer". En Turquie, l'accord a déjà renforcé la ligne autoritaire du régime. La plupart des ONG qui ont reçu de l'argent européen étaient liées à des ministères turcs ou à des gouvernements locaux", explique Emre Eren Korkmaz, chercheur en migration à l'université d'Oxford. "Aucun dirigeant européen n'ose encore dénoncer l'érosion de l'État de droit en Turquie, car il craint que le président Recep Tayyip Erdogan n'ouvre les frontières."Une extension de l'accord avec la Turquie pour les réfugiés afghans, à laquelle le secrétaire d'État belge à l'asile et à la migration Sammy Mahdi (CD&V) a déjà fait allusion, semble également peu probable. "L'accord sur les migrations conclu avec l'UE est soumis à une forte pression en Turquie", avertit Korkmaz. "Lorsque cet accord a été conclu, il n'y avait pas de sentiment anti-réfugiés en Turquie. Presque tout le monde supposait que ces réfugiés retourneraient en Syrie une fois la guerre terminée. Aujourd'hui, il est clair que les guerres ne prendront pas fin immédiatement. La Turquie est l'un des pays les plus polarisés au monde, mais les ultranationalistes, les islamistes, les kémalistes, les socialistes et les nationalistes kurdes sont tous d'accord sur un point : il y a trop de réfugiés."Peu d'enthousiasme Dans le reste de la région, il sera difficile pour l'Union européenne de trouver des partenaires. Le Pakistan et l'Iran accueillent déjà plus de 2,2 millions de réfugiés et ne sont pas des partenaires faciles à aborder pour l'Europe. Le Pakistan entretient de bonnes relations avec les talibans et a été fortement critiqué ces dernières années pour l'ampleur de ses violations des droits de l'homme, mais ces dernières semaines, il a régulièrement reçu des visites de pontes européens. L'Iran, où l'économie est en perte de vitesse et où le coronavirus fait des ravages, n'a probablement pas l'ambition immédiate d'accueillir des réfugiés supplémentaires. Et dans les pays d'Asie centrale, il n'y a guère d'enthousiasme à servir de camp de réfugiés pour l'Union européenne. Les pays autoritaires comme le Turkménistan ou l'Ouzbékistan voient dans les réfugiés afghans une source possible de djihadisme et de criminalité et, malgré la misère, gardent leur frontière avec l'Afghanistan bien fermée. La seule république d'Asie centrale qui semble disposée à accueillir des réfugiés est le Tadjikistan, qui a déclaré en juillet vouloir accueillir 100 000 réfugiés afghans. Les Tadjiks ont déjà donné refuge à l'ancien président afghan Ashraf Ghani et soutiennent le mouvement rebelle d'Ahmad Massoud dans la vallée du Panchir.Effets secondaires indésirables De plus, les accords de migration créent toutes sortes d'effets secondaires indésirables. Un excès d'accords, par exemple, risque de transformer l'accueil des réfugiés en une sorte de modèle de profit économique, où les pays "de la région" ne seront disposés à accueillir des réfugiés que s'ils obtiennent quelque chose en retour. Depuis 2016, le Kenya, qui a accueilli près de 500 000 réfugiés depuis la guerre civile somalienne, menace constamment de fermer ses camps de réfugiés s'il ne reçoit pas de fonds occidentaux. Même au Niger, où l'UE a conclu un accord en 2016 pour empêcher les réfugiés de quitter la Libye, l'accord migratoire a de nombreux effets secondaires indésirables. Avant l'accord, la migration était l'une des principales sources de revenus des anciens rebelles touaregs et tubus, qui se sont depuis tournés vers la contrebande de drogues et d'armes et les vols à main armée.Liza Schuster est convaincue que les plans européens vont une fois de plus se terminer par un fiasco. "La réception dans la région ne fonctionne tout simplement pas", soupire-t-elle. Cela va fondamentalement à l'encontre de la façon dont les gens sont constitués. Les dirigeants européens semblent penser que les réfugiés qui veulent venir en Europe sont des créatures passives que l'on peut déplacer à sa guise. Ce n'est pas le cas. Les migrants qui s'aventurent en Europe ressentent le besoin de se mettre en sécurité ou ont l'ambition d'y faire leur vie. Si vous les placez dans un pays où ils n'ont aucune perspective d'avenir, ils repartiront. Il ne sert à rien de les emmener dans un pays en proie à la pauvreté et d'espérer qu'ils y resteront."Sur base de ses recherches, Schuster propose une solution contre-intuitive. "Au fond, l'Europe devrait leur faciliter la tâche ", dit-elle. "Dans toutes mes recherches, il ressort presque toujours que les Afghans n'aiment pas vraiment vivre en Europe. Il est difficile d'apprendre la langue et de s'installer, et ils sont bien conscients qu'il existe une certaine hostilité à leur égard. Mais comme le voyage vers l'Europe exige un investissement considérable, beaucoup se retrouvent dans une sorte de piège à dettes : ils veulent effectivement quitter l'Europe, mais ils ne peuvent pas y retourner s'ils n'ont pas récupéré leur investissement. Lorsque votre mère a vendu ses derniers bijoux pour payer la traversée, il est humiliant de revenir en arrière et de dire que vous n'aimez pas l'Europe. Et donc ils restent malgré tout. C'est la conséquence directe de notre stratégie visant à rendre les voyages en Europe aussi difficiles que possible. S'ils n'avaient pas à investir autant, ils pourraient simplement rentrer chez eux."En fin de compte, l'Europe n'aura d'autre choix que d'accueillir des réfugiés supplémentaires, selon les experts. "L'Europe doit cesser de se bercer de l'illusion qu'elle peut simplement s'isoler du reste du monde", déclare Korkmaz. "Il est scandaleux que les dirigeants européens considèrent cela comme un problème aussi important. Pourquoi 26 États membres devraient-ils paniquer à l'arrivée de 100 000 réfugiés ? Est-ce vraiment si difficile?"