"Je suis contre de telles menaces", a déclaré Mme Merkel dans une interview à la radio allemande Deutsche Welle (DW).

"Nous tenons pour absolument inadéquate toute forme de solution militaire et nous sommes pour des efforts diplomatiques", a-t-elle ajouté. "En ce qui concerne la Corée du Nord, je tiens toute autre option comme non fondée. Et c'est pourquoi il y a sur ce point un désaccord clair avec le président américain", a déclaré Mme Merkel.

Le dossier nord-coréen "nous concerne aussi. Et c'est pourquoi je suis prête -- et le ministre des Affaires étrangères (le social-démocrate Sigmar Gabriel) est prêt -- à prendre mes responsabilités", a-t-elle ajouté.

Donald Trump s'est servi de son premier discours devant l'Assemblée générale de l'ONU mardi pour lancer un avertissement belliqueux à Pyongyang, qui vient de mener son sixième essai nucléaire et de tirer un missile sur une distance inédite, au-dessus du Japon.

"Les Etats-Unis sont très forts et patients, mais s'ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n'aurons d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord", a prévenu le président américain, qui a aussi menacé de remettre en cause l'accord nucléaire signé en 2015 par les grandes puissances avec l'Iran.

Mme Merkel est pour sa part favorable à une solution diplomatique pour mettre fin au programme nucléaire d'armement de la Corée du Nord, calquée par exemple sur les pourparlers avec l'Iran qui avaient abouti à l'accord de 2015.

Shinzo Abe soutient la politique US

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a affirmé mercredi devant l'Assemblée générale des Nations unies "soutenir la politique américaine" dans la région qui affirme que "toutes les options sont sur la table" pour ramener Pyongyang à la raison.

"La gravité de la menace est sans précédent" et c'est devenu "un sujet urgent" à traiter, a affirmé le dirigeant japonais, dont le pays a été récemment survolé deux fois par des missiles de la Corée du Nord qui a procédé aussi à un essai nucléaire d'une puissance inégalée dans le pays.

"Je suis contre de telles menaces", a déclaré Mme Merkel dans une interview à la radio allemande Deutsche Welle (DW). "Nous tenons pour absolument inadéquate toute forme de solution militaire et nous sommes pour des efforts diplomatiques", a-t-elle ajouté. "En ce qui concerne la Corée du Nord, je tiens toute autre option comme non fondée. Et c'est pourquoi il y a sur ce point un désaccord clair avec le président américain", a déclaré Mme Merkel. Le dossier nord-coréen "nous concerne aussi. Et c'est pourquoi je suis prête -- et le ministre des Affaires étrangères (le social-démocrate Sigmar Gabriel) est prêt -- à prendre mes responsabilités", a-t-elle ajouté. Donald Trump s'est servi de son premier discours devant l'Assemblée générale de l'ONU mardi pour lancer un avertissement belliqueux à Pyongyang, qui vient de mener son sixième essai nucléaire et de tirer un missile sur une distance inédite, au-dessus du Japon. "Les Etats-Unis sont très forts et patients, mais s'ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n'aurons d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord", a prévenu le président américain, qui a aussi menacé de remettre en cause l'accord nucléaire signé en 2015 par les grandes puissances avec l'Iran. Mme Merkel est pour sa part favorable à une solution diplomatique pour mettre fin au programme nucléaire d'armement de la Corée du Nord, calquée par exemple sur les pourparlers avec l'Iran qui avaient abouti à l'accord de 2015. Shinzo Abe soutient la politique US Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a affirmé mercredi devant l'Assemblée générale des Nations unies "soutenir la politique américaine" dans la région qui affirme que "toutes les options sont sur la table" pour ramener Pyongyang à la raison."La gravité de la menace est sans précédent" et c'est devenu "un sujet urgent" à traiter, a affirmé le dirigeant japonais, dont le pays a été récemment survolé deux fois par des missiles de la Corée du Nord qui a procédé aussi à un essai nucléaire d'une puissance inégalée dans le pays.