Les momies des tourbières sont datées entre 800 av. J.-C. et 200 apr. J.-C et sont pour la plupart dans un très bon état de conservation et ont été conservé de manière naturelle. Les corps ont été préservés des outrages du temps grâce à l'acidité, l'humidité et du peu d'oxygène présent dans la tourbe. Si beaucoup ont été retrouvées au Danemark, des momies datant de l'âge de fer ont également été exhumées en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Irlande précise The National Geographic. La plus célèbre d'entre elles est l'Homme de Tollund qui a été découvert en 1950 sur la péninsule de Jutland au Danemark. Dans un état de conservation surprenant puisqu'on peut encore voir sa barbe de trois jours.

Certaines momies ont également subi de graves blessures, comme la gorge tranchée. Cela pourrait laisser à penser qu'elles ont été victimes de cultes sacrificiels. D'autant plus qu'à cette époque, les traditions funéraires préconisaient plutôt l'incinération. Les dernières études pourraient cependant indiquer une nouvelle piste. Ces hommes retrouvés momifiés pourraient avoir un rôle particulier au sein de leur village. Ce n'est là qu'une supposition, car ces civilisations n'ont laissé aucune trace écrite.

"Lors de nouvelles analyses chimiques réalisées sur deux des momies des tourbières danoises, les femmes d'Huldremose et d'Haraldskær, il a été démontré qu'elles avaient parcouru de longues distances avant leur mort et que certains de leurs vêtements avaient été fabriqués à l'étranger et de facture élaborée" peut-on lire dans le National Geographic. Il semble donc que ces gens avaient beaucoup de valeur. Il n'est pas impossible non plus que ces personnes se sont rendues volontairement vers leur mort puisqu'elles se sentaient honorées d'avoir été "choisies".

Une théorie pas si farfelue lorsqu'on sait que les tourbières représentaient aussi, il y a plusieurs millénaires, un passage vers un autre monde. Par ailleurs les tourbières étaient aussi un lieu précieux, car la tourbe servait de combustible là où les arbres étaient rares. Or pour les hommes préhistoriques, "quand on prend quelque chose, on offre quelque chose en retour," toujours selon le National Geographic.

Enfin, une dernière explication pourrait être que ces personnes sont des étrangers qui auraient été déposés là parce qu'elles n'avaient pas encore été intégrées à la communauté ou bien parce qu'on ignorait quelles étaient leurs coutumes funéraires.

Malgré quelques avancées, ces momies restent donc, pour l'instant, des mystères.