En mars de l'année dernière, le sismologue Thomas Lecocq, de l'Observatoire royal, a découvert que la terre était devenue soudainement plus silencieuse. Normalement, les véhicules en mouvement et les machines industrielles provoquent des vibrations sismiques, mais en raison des mesures de confinement destinées à endiguer la pandémie de coronavirus, celles-ci se sont fortement réduites. Lecocq a annoncé que pour 2020, " les appareils de mesure séismique avaient enregistré une baisse de bruit de 50%". Jamais auparavant une telle baisse n'avait été observée. Et quand les vaccins auront fait leur travail ? Qu'en sera-t-il lorsque tout le monde pourra enfin de nouveau faire la fête et danser ?
...

En mars de l'année dernière, le sismologue Thomas Lecocq, de l'Observatoire royal, a découvert que la terre était devenue soudainement plus silencieuse. Normalement, les véhicules en mouvement et les machines industrielles provoquent des vibrations sismiques, mais en raison des mesures de confinement destinées à endiguer la pandémie de coronavirus, celles-ci se sont fortement réduites. Lecocq a annoncé que pour 2020, " les appareils de mesure séismique avaient enregistré une baisse de bruit de 50%". Jamais auparavant une telle baisse n'avait été observée. Et quand les vaccins auront fait leur travail ? Qu'en sera-t-il lorsque tout le monde pourra enfin de nouveau faire la fête et danser ?On peut dire la même chose de notre économie : l'année dernière, elle s'est contractée de plus de 6 %, la plus forte baisse depuis la Seconde Guerre mondiale. Des secteurs entiers tels que l'horeca et l'événementiel ont fermé, l'argent ne pouvait plus circuler. Les dépenses des ménages ont été inférieures de près de 9 % à celles de l'année précédente, les entreprises ont investi 8 % de moins et le gouvernement près de 5 % de moins. L'épargne a augmenté d'un montant record de 40 milliards d'euros. Que se passera-t-il lorsque nous aurons maîtrisé la pandémie et que l'économie sera libérée de son coma artificiel ?Les économistes s'attendent à ce que surtout les ménages recommencent à dépenser, après avoir été contraints d'épargner par les mesures de coronavirus. Par conséquent, l'économie reprendra plus rapidement. En tout cas, les entrepreneurs ont un bon point de vue sur la question. Selon l'enquête mensuelle de la Banque Nationale, jamais, au cours des dix dernières années, ils n'ont vu un avenir aussi radieux qu'aujourd'hui.On dit de plus en plus souvent que nous sommes à la veille d'une nouvelle période comme les années folles.Cette période euphorique qui a suivi la fin de la grippe espagnole juste après la Première Guerre mondiale. Entre 1921 et 1929, c'est la reconstruction et la prospérité, l'économie repart, les premiers cinémas ouvrent dans notre pays et on lance de nouveaux produits de consommation tels que le grille-pain, l'aspirateur et la machine à laver grâce à l'arrivée de l'électricité. Les flapper girls jettent leurs corsets, se coupent les cheveux et dansent le Charleston en talons hauts. Ce n'est pas un hasard si ces années ont vu la naissance de marques de luxe telles que Gucci (1921), Jaguar (1922) et Hugo Boss (1924). Allons-nous bientôt revivre les années folles ? Est-ce possible ?Boîtes de nuit bondées "Things Will Get Better. Seriously." Paul Krugman, le célèbre prix Nobel d'économie américain, est très clair dans sa lettre du Nouvel An - publiée dans le New York Times le 1er janvier. Il en est fermement convaincu : "Quelque part en 2021, les choses iront mieux. Et il y a de bonnes raisons de croire qu'une fois que les bonnes nouvelles commenceront à tomber, l'amélioration de notre condition sera beaucoup plus rapide et durera beaucoup plus longtemps que ce que beaucoup de gens attendent".L'économiste Paul De Grauwe (London School of Economics) partage son avis : "De nombreux ménages n'ont pas vu leurs revenus baisser pendant la pandémie. Leur épargne accumulée entraînera une décharge et un boom de la consommation. Les nombreuses entreprises qui avaient suspendu leurs plans d'investissement vont également investir davantage. Une forte reprise économique est donc probable. Mais je n'oserais pas dire que ce seront les années folles."Le sociologue et médecin américain Nicholas Christakis (Université de Yale) ose. L'année dernière, il a publié le livre Apollo's Arrow sur l'impact des virus. De nombreuses personnes pensent que les actions de notre gouvernement ralentissent l'économie, écrit-il, "mais ce n'est pas vrai. Le virus ralentit l'économie. Autrefois, les économies s'effondraient quand il y avait des fléaux. Et elles n'avaient pas de gouvernement qui disait : 'Fermez les écoles et les restaurants'". Christakis voit une différence majeure entre le coronavirus et les épidémies précédentes : "Nous sommes la première génération à avoir été confrontée à une telle menace et à avoir pu réagir en temps réel et à développer un vaccin immédiatement." Il parle de "miracle ".Il ne doute pas qu'une fois le coronavirus contenu, il y aura un mouvement de rattrapage comme dans le passé. Ce faisant, Christakis cite Agnolo di Tura, un cordonnier et collecteur d'impôts qui écrit en 1348 : "Et quand la peste s'est calmée, tous ceux qui ont survécu se sont adonné aux plaisirs : moines, prêtres, nonnes, laïcs et femmes : ils s'amusaient sous, et personne ne se souciait de dépenser de l'argent et de jouer. Et chacun s'imaginait riche parce qu'il avait échappé au pire et retrouvé le monde, et personne ne savait comment se permettre de ne rien faire".Selon Christakis, nous connaîtrons bientôt un renouveau semblable à celui que nous avons connu après la grippe espagnole : la solitude et la quarantaine feront place à des boîtes de nuit bondées et à une vie sociale animée. Les gens rechercheront continuellement des interactions sociales, ce qui entraînera une débauche sexuelle. Il prédit des années de créativité, d'expérimentation en tous genres et d'épanouissement des arts. L'économie reprendra et la prospérité augmentera rapidement."La grande incertitude dans ce scénario optimiste est le moment où la libération se produit", déclare De Grauwe. "Cela ne se produira que s'il y a une confiance dominante dans le fait que c'est vraiment terminé. Tant qu'il y aura une incertitude à ce sujet, par exemple parce que de nouveaux variants apparaissent et rendent les vaccinations moins efficaces, il n'y aura pas de véritable libération. Et alors le renouveau risque de s'essouffler."L'économiste américain et prix Nobel Joseph Stiglitz (Université de Columbia) partage son avis : "La pandémie ne sera maîtrisée que lorsqu'elle le sera partout, et la récession économique ne sera terminée que lorsqu'il y aura une forte reprise mondiale". Les pays riches ont acheté la grande majorité des stocks de vaccins pour cette année, dans l'espoir de sauver un maximum de vies et de rouvrir rapidement l'économie. La crainte est que, dans l'intervalle, des souches résistantes aux vaccins n'apparaissent ailleurs dans le monde, ce qui mettrait un frein à la reprise économique.Christakis ne croit pas non plus que la reprise soit immédiate. Nous avons encore quelques vagues d'infection à endurer ; ce n'est que début de 2022 que nous atteindrons l'immunité de groupe qui éradiquera la pandémie "et ce serait miraculeusement rapide". Selon lui, elle sera suivie d'une phase de transition d'environ deux ans, une période qui a également été nécessaire après les crises précédentes pour réparer les dommages économiques et se remettre du choc psychologique. Et puis, à l'approche de 2024, le moment sera enfin venu : nous revivrons les années folles, prédit Christakis sur base de modèles historiques et de données économiques.140 signes La question n'est pas seulement de savoir quand cette reprise aura lieu, mais quelle sera son ampleur. La reprise après la crise financière qui nous a frappés en 2008 a été très lente. On a perdu une décennie. "Cependant, la crise de 2020 est très différente, dit Krugman, parce qu'en moyenne les gens épargnent comme des fous et sortiront de la pandémie avec plus d'argent qu'avant". En outre, les banques centrales continueront à maintenir des taux d'intérêt extrêmement bas au cours des prochaines années, ce qui encouragera les ménages, les entreprises et les gouvernements à consommer et à investir. Et il y a les plans de relance aux États-Unis et en Europe qui injectent des quantités massives d'argent dans l'économie. Tout cela va entraîner la reprise.De nombreuses voix qui font l'autorité dans le monde économique pensent qu'il y a "de bonnes raisons de croire qu'une décennie de forte croissance et d'exubérance sociale nous attend", comme l'écrit Martin Sandbu, commentateur pour le journal économique Financial Times. Il estime qu'il est tout à fait possible que nous soyons à la veille d'un "boom qui n'a lieu qu'une fois par siècle".Sandbu voit les années folles revenir, non seulement sur le plan économique mais aussi sur le plan social : "Suite au coronavirus, nous ne pouvions plus manger ensemble, boire ensemble, nous divertir et partir en vacances ensemble. Après les vaccins, nous pourrons à nouveau faire la fête. Et mon Dieu, nous en aurons des raisons de faire la fête. Nul besoin d'être économiste pour ça. En tant qu'être humain, on comprend l'envie de freiner et de se retrouver, après une année passée à s'enfermer chez soi et à éviter tout contact".Gatsby le Magnifique De nombreux économistes sont plus prudents. Le professeur d'histoire économique de Louvain, Erik Buyst, souligne que les années folles sont un mythe : "Les années folles étaient surtout l'apanage de quelques privilégiés, même si les classes moyennes en ont cueilli quelques fruits. Cependant, il n'y a pas eu d'années folles pour les groupes à faibles revenus et les agriculteurs." Aux États-Unis, l'inégalité était grande à l'époque, comme le décrit F. Scott Fitzgerald dans son roman de 1925, Gatsby le Magnifique : le millionnaire Jay Gatsby affiche sa richesse lors de fêtes décadentes, dans un contexte de pauvreté amère. Mais avant même que les classes inférieures aient pu profiter de la prospérité, la Grande Dépression de 1929 a éclaté.L'économiste Robert Reich, secrétaire au Travail sous Bill Clinton, a fait savoir par courrier électronique qu'il ne voyait pas de raison d'être très euphorique : "Bien sûr, les 20 % les plus riches de la population n'ont pas pu dépenser beaucoup d'économies en restaurants, voyages, etc. pendant la période corona. Mais je suis prudent quant à l'avenir. De nombreuses personnes sont sans emploi depuis un an ou plus. Elles sont très endettées et souvent en retard pour le paiement de leur hypothèque, de leur loyer, etc. Il ne sera pas facile de les aider à retrouver un emploi".Certains craignent que les inégalités entre les pays pauvres et les pays riches se creusent après la pandémie. Martin Wolf, un autre commentateur du Financial Times, écrit que "selon le Fonds monétaire international (FMI), les économies développées et la Chine sortiront de la crise largement indemnes sur le plan économique, tandis que les pays émergents et en développement subiront un coup dur et prolongé. Mais n'oubliez pas que les deux tiers de l'humanité vivent dans ces derniers pays".Les inégalités se sont creusées pendant la pandémie de coronavirus et se poursuivront après. Reich : "Les riches se sont remarquablement bien portés pendant la crise du coronavirus. Les milliardaires américains et les PDG de grandes entreprises ont vu leur fortune augmenter de façon spectaculaire. Mais de nombreuses personnes à faibles revenus ont perdu leur emploi et ont dû puiser dans leurs économies. Pour elles, il sera difficile de revenir à la situation d'avant l'épidémie".Et ce n'était pas seulement le cas aux États-Unis. "Ici aussi, les personnes peu qualifiées ont été les principales victimes économiques de la crise du coronavirus", confirme Buyst. "Je crains qu'elles ne profitent également moins de la reprise. Tous les emplois non qualifiés ne disparaîtront pas, les serveurs, par exemple, seront toujours nécessaires. Mais de nombreux emplois seront automatisés. Les 'analphabètes numériques' risquent de rester sur la touche dans les années à venir." La grande vague de faillites et la hausse du chômage sont encore à venir. Cela fait plus de 20 ans qu'aussi peu d'entreprises de notre pays n'ont fait faillite qu'en 2020, grâce au chômage temporaire et à toutes sortes de primes. Les experts du marché du travail ont déjà fait remarquer que les mesures étaient en fait trop bonnes, elles ont maintenu artificiellement en vie de nombreuses entreprises qui auraient fait faillite dans des circonstances normales. Ce n'était qu'un sursis d'exécution. Il est à craindre que nous soyons submergés par les faillites si l'on met fin au soutien. Avec des conséquences importantes pour le marché du travail.Martens et Dehaene Il est également possible qu'après le coronavirus, les gens conservent davantage leur épargne, au lieu de la dépenser. L'économiste américain Barry Eichengreen (Berkeley) souligne qu'une crise économique grave peut modifier le comportement des gens. Les jeunes en particulier, ou les personnes qui ont perdu leur emploi ou qui ont eu plus de difficultés à joindre les deux bouts, envisagent sérieusement une nouvelle crise par la suite. Le stress économique rend les gens plus réticents à prendre des risques, ils ne touchent donc pas à leurs économies, ce qui peut compromettre une reprise rapide et solide.La combinaison de taux d'intérêt très bas et de plans de relance gigantesques allant de pair avec toujours plus de dettes pourrait également avoir de fâcheuses conséquences, selon l'ancien secrétaire au Trésor américain Larry Summers et l'ancien économiste en chef du FMI Olivier Blanchard. Ils mettent en garde contre la hausse des prix, les bulles et une nouvelle crise financière. La Banque mondiale écrit que la pandémie de coronavirus" a exacerbé les risques associés à une vague d'accumulation de dettes mondiales qui dure depuis des décennies" et que l'économie mondiale se dirige "vers une décennie de croissance décevante". Elle parle même d'une "décennie perdue". C'est le contraire des années folles : pas d'euphorie, mais une dysphorie, un état d'esprit très sombre.Cette morosité est particulièrement vraie en Europe et en Belgique. "Avant la crise du coronavirus, notre pays était déjà confronté à des défis majeurs", déclare Hans Bevers, économiste en chef de la Banque Degroof Petercam. "Il y a eu le faible niveau d'activité, la faible croissance de la productivité, la qualité de l'éducation qui s'est relativement dégradée, la situation budgétaire qui n'est pas très bonne compte tenu du vieillissement de la population, l'écart croissant entre les régions, l'incroyable complexité du système fiscal, les problèmes du système judiciaire, l'inefficacité du système d'État, etc. La crise du coronavirus n'a fait que rendre ces défis plus urgents"."J'espère sincèrement que nous pourrons réaliser de sérieux progrès structurels, mais j'ai de gros doutes", poursuit Bevers. "La grande réforme fiscale aura-t-elle lieu en 2024 ? Aurons-nous une structure étatique efficace et transparente ? Y aura-t-il une paix sociale ? Y aura-t-il... ? Beaucoup de questions, peu de réponses pour l'instant." Le professeur Buyst est d'accord : "L'année dernière, notre déficit était de 10 %, la dette nationale a atteint 115 %. Les politiciens disent que cela va se résoudre tout seul, mais ce n'est pas le cas. Soit les impôts seront augmentés, soit les dépenses publiques seront réduites, mais dans tous les cas, cela fera mal.""Je ne pense pas que nous allons revivre les années folles", conclut Buyst. Peut-être l'économie connaîtra-t-elle une forte croissance pendant un court moment, un an tout au plus, mais après cela, nous retrouverons la faible croissance économique de ces dernières années. Non, oubliez les années folles. Nous sommes confrontés à une décennie d'assainissement, comme dans les années 80, lorsque le Premier ministre Wilfried Martens a dû réduire le déficit budgétaire, et comme dans les années 90, lorsque Jean-Luc Dehaene a fait en sorte que nous puissions introduire l'euro. Il n'y a pas de quoi s'enthousiasmer".