"L'hystérésis, vous connaissez ?", demande Peter Praet. Ce terme vient du grec et signifie "être à la traîne". En physique, c'est un concept commun. Par exemple, si vous poussez sur quelque chose, il cédera, mais si vous le lâchez, se remettra-t-il complètement en place ? Dans le cas contraire, on parle d'hystérésis. En économie, nous savons aussi ceci : si vous supprimez la cause d'une crise, allez-vous ensuite revenir à la normale ? Pas toujours. Concrètement, plus la crise du coronavirus dure, plus les dégâts seront importants et plus il faudra du temps pour revenir à la normale. C'est pourquoi c'est un tel désastre que la vaccination soit si lente en Europe : l'hystérésis !".
...

"L'hystérésis, vous connaissez ?", demande Peter Praet. Ce terme vient du grec et signifie "être à la traîne". En physique, c'est un concept commun. Par exemple, si vous poussez sur quelque chose, il cédera, mais si vous le lâchez, se remettra-t-il complètement en place ? Dans le cas contraire, on parle d'hystérésis. En économie, nous savons aussi ceci : si vous supprimez la cause d'une crise, allez-vous ensuite revenir à la normale ? Pas toujours. Concrètement, plus la crise du coronavirus dure, plus les dégâts seront importants et plus il faudra du temps pour revenir à la normale. C'est pourquoi c'est un tel désastre que la vaccination soit si lente en Europe : l'hystérésis !".Si l'argent est si bon marché aujourd'hui, si vous pouvez emprunter à presque 0% et que vous ne percevez pratiquement aucun intérêt sur votre compte d'épargne, c'est à cause de Peter Praet. Économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE) de 2012 à 2019, il a été l'architecte de la politique monétaire menée par le président de la BCE, Mario Draghi - et désormais poursuivie par sa successeure Christine Lagarde. Quand la crise financière de 2008 a plongé l'économie mondiale dans un profond marasme, la BCE a cherché à utiliser cette approche pour remettre l'économie sur les rails. L'intention n'était pas de maintenir les taux d'intérêt à un niveau aussi bas pendant si longtemps", explique Praet. "Il s'agissait d'une mesure exceptionnelle prise en réponse à des circonstances exceptionnelles. Cependant, la politique d'urgence de la BCE est en place depuis plus de dix ans."Comment se fait-il que les taux d'intérêt soient encore si bas aujourd'hui ?Parce que les chocs se sont succédé. Après la crise financière est venue la crise de l'euro, lorsque la Grèce et d'autres pays d'Europe du Sud ont menacé de ne pas pouvoir rembourser leurs dettes. S'en est suivi le protectionnisme, avec le président Donald Trump et son "make America great again", qui a paralysé le commerce mondial. Juste avant que je prenne ma retraite de la BCE, en 2019, il semblait que l'économie avait enfin repris son cours normal. J'ai alors proposé de mettre fin progressivement à la politique de la BCE, ce qui a été approuvé. Mais ensuite, la crise du coronavirus a éclaté et nous a plongés dans une autre crise économique, de sorte que la BCE a dû maintenir les taux d'intérêt à un niveau bas.La politique de taux d'intérêt bas n'a pas relancé l'économie. Était-ce la bonne politique ?L'objectif de la BCE était de porter l'inflation, c'est-à-dire l'augmentation du coût de la vie, à un peu moins de 2 %, afin que l'on puisse parler d'une croissance économique saine. Et je dois admettre que nous n'y sommes pas parvenus au cours de la dernière décennie. Mais si la BCE n'avait rien fait, la situation aurait été bien pire. Nous aurions eu une déflation, une baisse générale des prix, et nous nous serions retrouvés dans une crise économique bien plus grave. Je pense donc que la BCE a fait le bon choix en soutenant l'économie par sa politique de taux d'intérêt bas. Et ce, à un moment où les gouvernements ne font pas assez pour inverser la tendance de la crise économique.Les critiques à l'égard de l'Europe s'intensifient à nouveau parce que la vaccination contre le corona y est très lente par rapport aux États-Unis et au Royaume-Uni.Si chaque pays avait acheté son vaccin individuellement, la situation serait probablement pire, mais l'Europe aurait dû faire beaucoup mieux. Le président français Emmanuel Macron a dit un jour que nous étions en guerre contre le coronavirus. Eh bien, il faut alors déployer des ressources comme dans une guerre et prendre des décisions. La façon dont l'Europe a géré la pénurie de masques au début de la crise du coronavirus est surréaliste, n'est-ce pas ? En tant que gouvernement, il vous suffit d'ordonner aux entreprises de produire des masques. Point. Tout comme l'Europe aurait dû veiller à ce que nous ayons un maximum de vaccins le plus tôt possible. Point. Mais non, l'Europe négocie et négocie encore, si bien qu'il faudra attendre longtemps avant que nous soyons tous vaccinés. La perception de nombreux citoyens est que l'Europe a échoué. Espérons qu'au cours des deux prochains mois, nous assisterons à un certain rattrapage.Contrairement aux crises précédentes, les gouvernements agissent maintenant : ils introduisent le chômage temporaire, ils proposent des mesures de soutien, et l'Europe lance même un fonds de relance de 750 milliards d'euros.Il est très important que les gouvernements agissent, car une banque centrale ne peut pas faire grand-chose. Si la BCE baissait à nouveau le taux d'intérêt, cela ne ferait aucune différence. Ce sont les gouvernements qui doivent maintenant soutenir l'économie et ils dépensent beaucoup d'argent pour le faire. Et le fait que les taux d'intérêt soient si bas leur permet d'emprunter à bon compte. La BCE va donc maintenir les taux d'intérêt à ce niveau pendant un certain temps. Mais je suis quand même inquiet. En principe, je n'ai rien contre une augmentation de la dette publique, et si vous pouvez emprunter à bon marché maintenant pour faire de bons investissements, pourquoi pas ? Cependant, je crains que les gouvernements ne continuent à dépenser de l'argent, même lorsque ce ne sera plus nécessaire. Et qu'ils ne se comporteront donc pas intelligemment. Parce que ce n'est pas parce que l'argent est gratuit qu'il est bien dépensé.Pensez-vous que les gouvernements ne dépensent pas bien l'argent pendant la crise du coronavirus?J'ai pris connaissance des propositions que la Belgique a soumises afin d'obtenir sa part des 750 milliards du fonds d'aide européen. Il s'agit notamment de mesures pour lesquelles les ministres n'ont pas reçu de financement dans le passé et qu'ils essaient maintenant d'obtenir via l'Europe. Je suis curieux de savoir si l'Europe approuvera ce projet. La question est la suivante : l'argent sera-t-il utilisé efficacement ? Je l'espère, mais je crains que ce ne soit le cas.Donnez un exemple. Le gouvernement veut augmenter la pension minimale. C'est peut-être trop peu, mais ne devrions-nous pas travailler à une réforme majeure de notre système de retraite ? Des personnes intelligentes ont rédigé d'épais rapports à ce sujet, mais on n'agit pas assez. Et c'est le cas dans de nombreux domaines. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés étaient connus bien avant l'apparition de la pandémie de coronavirus et ils existent toujours : dans les soins de santé, l'éducation, l'administration... Vous l'avez écrit vous-même récemment: depuis des années, la Banque nationale, l'OCDE, le FMI, la Commission européenne, etc. disent que nous devons mettre en oeuvre des réformes structurelles, mais rien ne se passe. Vous ne pouvez pas résoudre tous ces problèmes en y injectant beaucoup d'argent maintenant. C'est une illusion.Les États membres sont désormais également autorisés à dépenser beaucoup d'argent, car l'Europe a fait savoir que les règles budgétaires ne comptaient plus pendant la crise du coronavirus.Les déficits et dettes importants sont inévitables, mais je continue à soutenir le pacte de stabilité et de croissance, qui limite les déficits budgétaires des États membres de l'UE à 3 % du produit intérieur brut et qui stipule que nous devons viser une dette publique ne dépassant pas 60 % du PIB. Bien sûr, la mise en oeuvre doit tenir compte des évolutions récentes, mais certains économistes veulent supprimer complètement cette possibilité. Ils pensent que ces règles sont idiotes car elles entraîneraient des coupes inutiles. Je pense qu'ils croient naïvement que les politiciens mettent automatiquement en oeuvre une politique fiscale raisonnable.L'année dernière, le déficit de la Belgique s'élevait à 10 % du PIB, tandis que la dette atteignait plus de 115 %. Tôt ou tard, il faudra payer la facture ?(hochement de tête) Les déficits et les dettes des gouvernements ont fortement augmenté partout. Une partie importante des déficits est temporaire. Lorsque le chômage temporaire disparaîtra, le déficit diminuera. Mais un certain nombre de choses, comme l'augmentation des pensions, pèseront sur le budget année après année. Et ce n'est pas tout, car la population exige de plus en plus du gouvernement. Par exemple, des salaires plus élevés pour les personnes travaillant dans le secteur des soins de santé ou de l'éducation. Et cela aussi est compréhensible. Seulement : où allons-nous continuer à trouver tout cet argent ?Dites-le nous.Tout d'abord, nous devons nous demander si les dépenses publiques ne peuvent pas être plus efficaces. Mais avec les déficits accumulés et toutes les nouvelles questions, la pression pour introduire une contribution de solidarité sera très forte. Personne ne veut en parler maintenant, et je comprends, car ils ne veulent pas inquiéter les gens, mais il ne sera probablement pas possible de faire autrement.Cette contribution solidaire sera-t-elle limitée dans le temps ?Eh bien, vous savez comment c'est. Une telle mesure est lancée à titre temporaire, mais il faut des années et des années pour qu'elle soit à nouveau abolie.En gros, un impôt sur la fortune est donc inévitable ?Je le pense, oui. Je n'aime pas cela, mais dans une situation où l'on demande toujours plus au gouvernement et où les impôts sur le revenu sont déjà très élevés, un impôt sur la fortune sera difficile à éviter. Et faut-il créer un cadastre des fortunes ? Je pense que c'est également inévitable.Quand aurons-nous digéré la crise de Corona sur le plan financier et économique ?De nombreuses personnes ne ressentent pas encore la crise parce qu'elles ont encore un emploi, sont fonctionnaires, perçoivent une pension, etc. Cependant, un écart considérable s'est creusé entre nos revenus, qui ont généralement bien résisté, et notre production, qui a été durement touchée. Quel sera le préjudice pour l'économie européenne ? Il est difficile de l'évaluer aujourd'hui, car nous ne savons pas combien de temps la crise du coronavirus durera en Europe. Aux États-Unis, le niveau du PIB sera déjà plus élevé cette année qu'avant la pandémie de coronavirus, mais en Europe, il ne le sera pas avant le deuxième trimestre de 2022 au plus tôt. Le fait que la vaccination soit un tel désastre en Europe nous coûtera beaucoup de prospérité.La crise du coronavirus est-elle la pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale ?Je ne suis pas d'accord. Oui, si vous regardez la chute du PIB, bien sûr que c'est vrai. Les dommages sociaux et psychologiques sont également énormes. Mais le préjudice économique n'est, somme toute, pas si grave, par exemple, par rapport à la crise financière, lorsque l'ensemble des transactions financières ont failli s'arrêter. Quels secteurs sont particulièrement touchés ? L'horéca, les événements, le commerce de détail. Ces secteurs sont très importants pour notre bien-être, mais pas tellement pour notre prospérité ; ils ne figurent pas parmi les secteurs les plus productifs de notre économie. Mais si la crise se poursuit, les problèmes s'étendront de plus en plus à d'autres secteurs. Les bars et les restaurants sont fermés depuis si longtemps que les brasseries et autres entreprises en amont souffrent également de plus en plus. Cette lenteur de la vaccination en Europe n'est pas seulement un problème de santé publique, les dommages causés à l'économie augmentent également de manière exponentielle. Et il faudra plus de temps pour que l'économie se redresse. Seule une accélération réussie de la vaccination peut changer ce sombre tableau.Pendant ce temps, les familles n'ont jamais autant épargné.C'est vrai, elles ne pouvaient pas dépenser leur argent parce que les magasins et l'industrie de la restauration étaient fermés et que les voyages à l'étranger étaient limités. Il n'y a jamais eu autant d'argent sur les livrets d'épargne, mais ce n'est pas un si bon investissement avec ces faibles taux d'intérêt. Et cela devient un problème social. Nous apprenons que nous devons épargner pour avoir plus tard, mais ce n'est pas le cas aujourd'hui. Le fait que les taux d'intérêt restent si bas pendant si longtemps, parfois même négatifs, signifie en fait que l'avenir vaut moins qu'aujourd'hui. C'est le symptôme d'une société chroniquement malade.Une fois le coronavirus maîtrisé, les gens vont-ils se mettre à dépenser comme jamais auparavant ? Aurons-nous à nouveau les années folles, comme au siècle dernier ?C'est possible, car l'envie des gens de pouvoir à nouveau dépenser de l'argent augmente de jour en jour.Cela fera-t-il monter les prix ? Y a-t-il un risque d'inflation ? Par exemple, lorsque les coiffeurs ont été brièvement autorisés à ouvrir, ils ont augmenté les prix.Aux États-Unis, le risque d'inflation est réel, car les 1 900 milliards de dollars que le président Joe Biden met de côté pour le soutien coronavirus sont probablement un peu trop élevés. Il est compréhensible qu'il agisse ainsi, car dans deux ans, il y aura des élections de mi-mandat, qu'il ne peut absolument pas se permettre de perdre. Il doit donc s'assurer que l'économie rebondisse maintenant, pour pouvoir s'attribuer ce mérite. En Europe, les choses n'iront pas aussi loin. Si l'inflation augmente ici, ce ne sera que temporaire. Je vois un danger différent et bien plus grand.Lequel?Après l'euphorie, la tension grandira pour savoir qui paiera la facture. Nous voudrons continuer à faire rentrer l'argent, mais en même temps, nous serons confrontés aux demandes de beaucoup de gens qui voudront des salaires plus élevés et plus de dépenses publiques. Qui sont parfois justifiées. En outre, les inégalités se sont accrues ces dernières années, non seulement entre les pays, mais aussi entre les personnes. Cela aussi provoquera des troubles. Et les factures du passé, mais aussi d'aujourd'hui et de demain doivent être payées. Qui le fera ? Dans toute l'Europe, les responsables politiques esquivent actuellement cette question, car la priorité est de maîtriser la pandémie. Toutefois, la question de savoir qui paiera les factures donnera lieu à des débats politiques passionnés et à de fortes tensions sociales. Dans la lutte contre le coronavirus, tout le monde se serrait les coudes, mais une fois cette bataille terminée, les conflits se multiplieront.