En cause, une chute de 65% du nombre de touristes internationaux sur la période, marquée par les fermetures de frontières et les restrictions pour les voyageurs, a détaillé dans un communiqué cet organisme des Nations unies basé à Madrid.

Ce plongeon de l'activité a généré des pertes qui "multiplient par cinq celles enregistrées durant la crise économique et financière de 2009", a estimé l'OMT.

"C'est un secteur dont dépendent des millions de personnes pour gagner leur vie", a alerté le secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili, cité dans le communiqué.

Selon l'OMT, l'évolution du tourisme au mois d'août laisse prévoir "une baisse de la demande proche de 70%" pour toute l'année 2020 alors que certaines régions du monde comme l'Europe connaissent depuis cet été un rebond de l'épidémie conduisant à de nouvelles restrictions pour les voyageurs.

"Le retour au niveau de 2019 en termes d'arrivées de touristes prendra entre deux et quatre ans", a ajouté l'OMT.

En 2019, le tourisme mondial avait connu une croissance de 4% des arrivées. La France avait été la destination numéro un devant l'Espagne et les Etats-Unis.

En cause, une chute de 65% du nombre de touristes internationaux sur la période, marquée par les fermetures de frontières et les restrictions pour les voyageurs, a détaillé dans un communiqué cet organisme des Nations unies basé à Madrid. Ce plongeon de l'activité a généré des pertes qui "multiplient par cinq celles enregistrées durant la crise économique et financière de 2009", a estimé l'OMT. "C'est un secteur dont dépendent des millions de personnes pour gagner leur vie", a alerté le secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili, cité dans le communiqué. Selon l'OMT, l'évolution du tourisme au mois d'août laisse prévoir "une baisse de la demande proche de 70%" pour toute l'année 2020 alors que certaines régions du monde comme l'Europe connaissent depuis cet été un rebond de l'épidémie conduisant à de nouvelles restrictions pour les voyageurs. "Le retour au niveau de 2019 en termes d'arrivées de touristes prendra entre deux et quatre ans", a ajouté l'OMT. En 2019, le tourisme mondial avait connu une croissance de 4% des arrivées. La France avait été la destination numéro un devant l'Espagne et les Etats-Unis.