Au lendemain d'une intervention du chef du gouvernement qui n'a pas réussi à éteindre la polémique, le puissant et controversé conseiller s'est longuement expliqué devant la presse, sans

exprimer de regrets.

Face à des journalistes réunis dans les jardins de Downing street, le cerveau de la campagne du référendum de 2016 qui a abouti au Brexit a expliqué qu'il n'avait ni "proposé" si

"envisagé" de démissionner, en dépit de la foule d'appels en ce sens, y compris au sein de la majorité conservatrice.

Chronologie précise du déroulé des faits à l'appui, il a expliqué avoir choisi de se rendre avec sa femme et leur fils de quatre ans chez ses parents à Durham, à 400 km au nord-est de

Londres, alors qu'il craignait avoir contracté le Covid-19, pour des raisons de garde d'enfant. La famille a séjourné dans un bâtiment de la propriété familiale.

Il a cependant reconnu qu'il n'avait pas discuté de ce déplacement avec le Premier ministre, qui venait d'être testé positif au Covid-19, une "erreur", a-t-il dit, la seule qu'il ait concédée. "Je ne pense pas qu'il y ait une règle pour moi et une règle pour la population", a-t-il affirmé.

Boris Johnson avait volé à son secours la veille, affirmant que Dominic Cummings avait agi de "façon responsable, légale et avec honnêteté". Mais malgré son intervention, nombre de députés

conservateurs ont continué à demander le départ du conseiller.

Au lendemain d'une intervention du chef du gouvernement qui n'a pas réussi à éteindre la polémique, le puissant et controversé conseiller s'est longuement expliqué devant la presse, sans

exprimer de regrets.

Face à des journalistes réunis dans les jardins de Downing street, le cerveau de la campagne du référendum de 2016 qui a abouti au Brexit a expliqué qu'il n'avait ni "proposé" si

"envisagé" de démissionner, en dépit de la foule d'appels en ce sens, y compris au sein de la majorité conservatrice.

Chronologie précise du déroulé des faits à l'appui, il a expliqué avoir choisi de se rendre avec sa femme et leur fils de quatre ans chez ses parents à Durham, à 400 km au nord-est de

Londres, alors qu'il craignait avoir contracté le Covid-19, pour des raisons de garde d'enfant. La famille a séjourné dans un bâtiment de la propriété familiale.

Il a cependant reconnu qu'il n'avait pas discuté de ce déplacement avec le Premier ministre, qui venait d'être testé positif au Covid-19, une "erreur", a-t-il dit, la seule qu'il ait concédée. "Je ne pense pas qu'il y ait une règle pour moi et une règle pour la population", a-t-il affirmé.

Boris Johnson avait volé à son secours la veille, affirmant que Dominic Cummings avait agi de "façon responsable, légale et avec honnêteté". Mais malgré son intervention, nombre de députés conservateurs ont continué à demander le départ du conseiller.

Au lendemain d'une intervention du chef du gouvernement qui n'a pas réussi à éteindre la polémique, le puissant et controversé conseiller s'est longuement expliqué devant la presse, sans exprimer de regrets. Face à des journalistes réunis dans les jardins de Downing street, le cerveau de la campagne du référendum de 2016 qui a abouti au Brexit a expliqué qu'il n'avait ni "proposé" si "envisagé" de démissionner, en dépit de la foule d'appels en ce sens, y compris au sein de la majorité conservatrice. Chronologie précise du déroulé des faits à l'appui, il a expliqué avoir choisi de se rendre avec sa femme et leur fils de quatre ans chez ses parents à Durham, à 400 km au nord-est de Londres, alors qu'il craignait avoir contracté le Covid-19, pour des raisons de garde d'enfant. La famille a séjourné dans un bâtiment de la propriété familiale. Il a cependant reconnu qu'il n'avait pas discuté de ce déplacement avec le Premier ministre, qui venait d'être testé positif au Covid-19, une "erreur", a-t-il dit, la seule qu'il ait concédée. "Je ne pense pas qu'il y ait une règle pour moi et une règle pour la population", a-t-il affirmé. Boris Johnson avait volé à son secours la veille, affirmant que Dominic Cummings avait agi de "façon responsable, légale et avec honnêteté". Mais malgré son intervention, nombre de députés conservateurs ont continué à demander le départ du conseiller.Au lendemain d'une intervention du chef du gouvernement qui n'a pas réussi à éteindre la polémique, le puissant et controversé conseiller s'est longuement expliqué devant la presse, sans exprimer de regrets. Face à des journalistes réunis dans les jardins de Downing street, le cerveau de la campagne du référendum de 2016 qui a abouti au Brexit a expliqué qu'il n'avait ni "proposé" si "envisagé" de démissionner, en dépit de la foule d'appels en ce sens, y compris au sein de la majorité conservatrice. Chronologie précise du déroulé des faits à l'appui, il a expliqué avoir choisi de se rendre avec sa femme et leur fils de quatre ans chez ses parents à Durham, à 400 km au nord-est de Londres, alors qu'il craignait avoir contracté le Covid-19, pour des raisons de garde d'enfant. La famille a séjourné dans un bâtiment de la propriété familiale. Il a cependant reconnu qu'il n'avait pas discuté de ce déplacement avec le Premier ministre, qui venait d'être testé positif au Covid-19, une "erreur", a-t-il dit, la seule qu'il ait concédée. "Je ne pense pas qu'il y ait une règle pour moi et une règle pour la population", a-t-il affirmé. Boris Johnson avait volé à son secours la veille, affirmant que Dominic Cummings avait agi de "façon responsable, légale et avec honnêteté". Mais malgré son intervention, nombre de députés conservateurs ont continué à demander le départ du conseiller.