Attribuées à un manque de chauffeurs routiers, elles se sont aggravées le week-end dernier sous l'effet d'achats de panique d'automobilistes inquiets, au point que le gouvernement britannique envisage de mobiliser l'armée pour combl...

Attribuées à un manque de chauffeurs routiers, elles se sont aggravées le week-end dernier sous l'effet d'achats de panique d'automobilistes inquiets, au point que le gouvernement britannique envisage de mobiliser l'armée pour combler le manque de chauffeurs routiers. La situation devient préoccupante, notamment pour les travailleurs médicaux qui doivent se déplacer pour soigner les patients. Pour Tanguy de Wilde d'Estmael, professeur en sciences politiques à l'UCLouvain, ce manque de chauffeurs routiers est une conséquence directe du Brexit. "Les Britanniques diront que, désormais, ils ont moins de contraintes et plus de libertés pour engager des chauffeurs, mais c'était plus facile d'en recruter quand ils étaient dans l'Union européenne." Les pénuries ne sont toutefois pas dues uniquement au Brexit. La pandémie de Covid-19 a également entraîné des retards dans la formation des chauffeurs. "Que ce soit chez eux ou chez nous, que ce soient les permis professionnels ou privés, il y a un retard monstrueux dû à la période de confinement", confirme le politologue.