"On m'a interpellé dans mon hall d'immeuble. Ils m'emmènent quelque part pour 'des explications' ", a indiqué M. Navalny sur son compte Twitter.

Alexeï Navalny entend défier le président Vladimir Poutine à la présidentielle de mars prochain. Selon la porte-parole de l'opposant, Kira Iarmych sur le même réseau social, Alexeï Navalny devait prendre le train pour se rendre à un meeting de campagne pourtant autorisé par les autorités à Nijni Novgorod, à 400 kilomètres à l'est de Moscou.

"Le vieux Poutine ne veut vraiment pas que je me pointe à Nijni Novgorod. Je sors de chez moi, on m'interpelle dans mon hall d'immeuble", a écrit l'opposant sur Instagram, accompagnant son message d'une vidéo des policiers lui demandant de "les accompagner pour une discussion". Il s'agit de la première fois que l'opposant est arrêté depuis la fin de sa détention administrative en juin.

"Le Kremlin considère mes rencontres avec les électeurs comme une énorme menace et même comme une insulte", a estimé M. Navalny sur Twitter. Le bras droit de l'opposant, Leonid Volkov, a pour sa part indiqué avoir été interpellé à Nijni Novgorod et se trouver au commissariat avec son avocat.

M. Navalny a purgé cette année deux peines de détention administrative pour avoir organisé fin mars et mi-juin des manifestations anticorruption d'ampleur dans toute la Russie, interdites par les autorités.

L'opposant a été la cible de nombreuses agressions, dont une avec un liquide vert qui a nécessité un traitement ophtalmologique en Espagne, mais également de plusieurs poursuites judiciaires visant, selon ses partisans, à entraver ses ambitions.

Son avenir politique demeure flou, la commission électorale centrale l'ayant jugé en juin inapte à se présenter contre Vladimir Poutine en mars prochain en raison d'une condamnation de justice pour détournement de fonds.

"On m'a interpellé dans mon hall d'immeuble. Ils m'emmènent quelque part pour 'des explications' ", a indiqué M. Navalny sur son compte Twitter.Alexeï Navalny entend défier le président Vladimir Poutine à la présidentielle de mars prochain. Selon la porte-parole de l'opposant, Kira Iarmych sur le même réseau social, Alexeï Navalny devait prendre le train pour se rendre à un meeting de campagne pourtant autorisé par les autorités à Nijni Novgorod, à 400 kilomètres à l'est de Moscou."Le vieux Poutine ne veut vraiment pas que je me pointe à Nijni Novgorod. Je sors de chez moi, on m'interpelle dans mon hall d'immeuble", a écrit l'opposant sur Instagram, accompagnant son message d'une vidéo des policiers lui demandant de "les accompagner pour une discussion". Il s'agit de la première fois que l'opposant est arrêté depuis la fin de sa détention administrative en juin."Le Kremlin considère mes rencontres avec les électeurs comme une énorme menace et même comme une insulte", a estimé M. Navalny sur Twitter. Le bras droit de l'opposant, Leonid Volkov, a pour sa part indiqué avoir été interpellé à Nijni Novgorod et se trouver au commissariat avec son avocat.M. Navalny a purgé cette année deux peines de détention administrative pour avoir organisé fin mars et mi-juin des manifestations anticorruption d'ampleur dans toute la Russie, interdites par les autorités.L'opposant a été la cible de nombreuses agressions, dont une avec un liquide vert qui a nécessité un traitement ophtalmologique en Espagne, mais également de plusieurs poursuites judiciaires visant, selon ses partisans, à entraver ses ambitions.Son avenir politique demeure flou, la commission électorale centrale l'ayant jugé en juin inapte à se présenter contre Vladimir Poutine en mars prochain en raison d'une condamnation de justice pour détournement de fonds.