Comme annoncé, des soldats seront déployés en Grande-Bretagne dès lundi pour approvisionner les stations-service. Plus de 200 soldats aideront à la distribution de l'essence et du diesel. C'est notamment le cas autour de Londres et dans le sud-est de l'Angleterre, où les approvisionnements se rétablissent moins rapidement qu'ailleurs. Depuis une semaine, les Britanniques font la queue dans les stations-service. En raison d'une pénurie de chauffeurs de camions pouvant transporter du carburant, certaines stations-service étaient à sec.

Situation qui se stabilise

Les Britanniques ont commencé à accumuler du carburant en masse, ce qui a entraîné de longues files d'attente dans les stations-service. Selon le gouvernement, la situation commence maintenant à se stabiliser et les stocks dans les stations-service reviennent à la normale. Dans de grandes parties du pays, il n'y a plus de problèmes, mais dans la capitale et le sud-est, par exemple, une station-service sur cinq est toujours à sec.

> Lire à ce sujet: Michel Barnier: "Si l'on ne change rien, il y aura d'autres Brexit"

Pour Tanguy de Wilde d'Estmael, professeur en sciences politiques à l'UCLouvain interrogé par Le Vif, ce manque de chauffeurs routiers est une conséquence directe du Brexit. "Les Britanniques diront que, désormais, ils ont moins de contraintes et plus de libertés pour engager des chauffeurs, mais c'était plus facile d'en recruter quand ils étaient dans l'Union européenne."

Les pénuries ne sont toutefois pas dues uniquement au Brexit. La pandémie de Covid-19 a également entraîné des retards dans la formation des chauffeurs. "Que ce soit chez eux ou chez nous, que ce soient les permis professionnels ou privés, il y a un retard monstrueux dû à la période de confinement", confirme le politologue.

Comme annoncé, des soldats seront déployés en Grande-Bretagne dès lundi pour approvisionner les stations-service. Plus de 200 soldats aideront à la distribution de l'essence et du diesel. C'est notamment le cas autour de Londres et dans le sud-est de l'Angleterre, où les approvisionnements se rétablissent moins rapidement qu'ailleurs. Depuis une semaine, les Britanniques font la queue dans les stations-service. En raison d'une pénurie de chauffeurs de camions pouvant transporter du carburant, certaines stations-service étaient à sec.Les Britanniques ont commencé à accumuler du carburant en masse, ce qui a entraîné de longues files d'attente dans les stations-service. Selon le gouvernement, la situation commence maintenant à se stabiliser et les stocks dans les stations-service reviennent à la normale. Dans de grandes parties du pays, il n'y a plus de problèmes, mais dans la capitale et le sud-est, par exemple, une station-service sur cinq est toujours à sec. > Lire à ce sujet: Michel Barnier: "Si l'on ne change rien, il y aura d'autres Brexit"Pour Tanguy de Wilde d'Estmael, professeur en sciences politiques à l'UCLouvain interrogé par Le Vif, ce manque de chauffeurs routiers est une conséquence directe du Brexit. "Les Britanniques diront que, désormais, ils ont moins de contraintes et plus de libertés pour engager des chauffeurs, mais c'était plus facile d'en recruter quand ils étaient dans l'Union européenne."Les pénuries ne sont toutefois pas dues uniquement au Brexit. La pandémie de Covid-19 a également entraîné des retards dans la formation des chauffeurs. "Que ce soit chez eux ou chez nous, que ce soient les permis professionnels ou privés, il y a un retard monstrueux dû à la période de confinement", confirme le politologue.