"On a été assaillis par des roquettes RPG, on a été obligés de battre en retraite", a déclaré un policier présent à la résidence de M. Gomes Junior, à Bissau, sans préciser la destination des occupants.

Le chef du gouvernement, leader du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), était surplace avant les tirs, a-t-il affirmé, mais sans pouvoir indiquer sa situation actuelle.

Des militaires occupaient les principales artères de Bissau, après qu'une dizaine d'entre eux eurent pris le contrôle de la radio nationale en début de soirée. Des sirènes d'ambulances se faisaient entendre à travers la ville, plongée dans l'obscurité après une coupure générale de courant.

Avec Belga

"On a été assaillis par des roquettes RPG, on a été obligés de battre en retraite", a déclaré un policier présent à la résidence de M. Gomes Junior, à Bissau, sans préciser la destination des occupants. Le chef du gouvernement, leader du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), était surplace avant les tirs, a-t-il affirmé, mais sans pouvoir indiquer sa situation actuelle. Des militaires occupaient les principales artères de Bissau, après qu'une dizaine d'entre eux eurent pris le contrôle de la radio nationale en début de soirée. Des sirènes d'ambulances se faisaient entendre à travers la ville, plongée dans l'obscurité après une coupure générale de courant. Avec Belga