La guerre au Yémen a débuté en 2011 et le conflit s'enlise depuis sans voir l'esquisse d'une sortie de crise. Il s'agit de la pire crise humanitaire au monde : 17 millions de personnes, dont de nombreux enfants, manquent d'eau potable et de nourriture. Les épidémies se multiplient et les soins sont quasiment inexistants, même pour les rescapés du champ de bataille.

La guerre au Yémen se déroule loin des regards occidentaux et sans contrôle international. Les hôpitaux et les écoles sont détruits. Les infrastructures sanitaires et les réseaux d'approvisionnement en nourriture sont pratiquement à l'arrêt.

"C'est une volonté de l'Arabie saoudite qu'aucune information ne sorte de ce pays", affirme le journaliste de Brut. Il s'agit du pays le plus inaccessible au monde pour les journalistes actuellement. Il est donc très difficile de savoir combien de personnes sont mortes et ont été blessées.

Le reportage revient sur le rôle de la France. Le pays vend en effet des armes à deux pays impliqués dans le conflit : l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le gouvernement a pourtant toujours nié que ses armes aient été utilisées au Yémen. Sauf que depuis, le média en ligne Disclose a révélé un document confidentiel remis au président de la République qui prouve que l'armement français est bien utilisé dans le conflit. Le gouvernement avait donc connaissance du fait que des armes françaises étaient utilisées contre des civils. Ce qu'il avait pourtant nié. "Nous avons donc un gouvernement qui couvre une guerre sale au Yémen", affirme le journaliste de Disclose interrogé par Brut.

Aujourd'hui, les journalistes de Disclose font l'objet d'une enquête de la DGSI, le service de renseignement intérieur qui gère habituellement les actes de terrorisme.