Sous le titre Grace Kelly. Portrait d'une princesse en artiste, Stéphane Loisy se livre, près de quarante ans après sa tragique disparition, à une bio-hagiographie de l'actrice américaine. Incarnation de l'élégance et de la beauté chez Hi...

Sous le titre Grace Kelly. Portrait d'une princesse en artiste, Stéphane Loisy se livre, près de quarante ans après sa tragique disparition, à une bio-hagiographie de l'actrice américaine. Incarnation de l'élégance et de la beauté chez Hitchcock ( Fenêtre sur cour notamment) et d'autres (Ford pour Mogambo, Zinneman pour Le Train sifflera trois fois...), celle qui aurait fêté son 90e anniversaire en novembre dernier troquera, en 1956 et après cinq ans de carrière à peine, son destin de star hollywoodienne - consacré par un Oscar pour Country Girl -, pour celui de princesse monégasque. Un parcours embrassé avec le zèle de l'admirateur dévot, vantant le farouche souci d'indépendance de l'actrice ayant veillé " à ne jamais s'inféoder à Hollywood tout en respectant les règles de la méritocratie ", ou célébrant la créatrice qu'elle n'aura jamais cessé d'être une fois installée sur le Rocher. En quoi l'auteur voit une forme d'accomplissement : " Rejoignant la normalité d'une existence heureuse, elle échappera à la malédiction d'Hollywood qui broie ses créations et goûtera - avec une délicieuse démesure - aux bonheurs de l'existence. " Une vie d'exception, en tout état de cause...