"L'élection de Joe Biden comme président des Etats-Unis ne signifie pas que nous n'ayons plus de problèmes dans le monde, mais nous pouvons oeuvrer avec un nouvel élan à leur résolution", a déclaré à la presse la chancelière allemande, qui entretenait des relations très difficiles avec le prédécesseur de M. Biden à la Maison Blanche, Donald Trump, sceptique face aux forums multilatéraux comme le G7. "Et je trouve très bien que nous soyons devenus plus concrets lors de cette réunion du G7", a ajouté Mme Merkel en référence aux décisions sur la lutte contre la pandémie de Covid-19 ou les actions contre le réchauffement climatique.

La chancelière a rencontré Joe Biden en tête-à-tête en Cornouailles lors de la réunion des dirigeants des pays les plus riches de la planète et a été invitée à se rendre pour une visite officielle à la Maison Blanche le 15 juillet. Si la réunion en Grande-Bretagne constituait le premier sommet du G7 pour Joe Biden en tant que chef d'Etat, elle était la dernière du genre pour Angela Merkel, qui a prévu de quitter ses fonctions à l'issue d'élections législatives dans son pays fin septembre.

Interrogée par la presse pour savoir si elle avait reçu des cadeaux de ses homologues, elle a répondu en souriant par la négative : "J'ai reçu seulement de bons voeux, pas de présents".

"L'élection de Joe Biden comme président des Etats-Unis ne signifie pas que nous n'ayons plus de problèmes dans le monde, mais nous pouvons oeuvrer avec un nouvel élan à leur résolution", a déclaré à la presse la chancelière allemande, qui entretenait des relations très difficiles avec le prédécesseur de M. Biden à la Maison Blanche, Donald Trump, sceptique face aux forums multilatéraux comme le G7. "Et je trouve très bien que nous soyons devenus plus concrets lors de cette réunion du G7", a ajouté Mme Merkel en référence aux décisions sur la lutte contre la pandémie de Covid-19 ou les actions contre le réchauffement climatique.La chancelière a rencontré Joe Biden en tête-à-tête en Cornouailles lors de la réunion des dirigeants des pays les plus riches de la planète et a été invitée à se rendre pour une visite officielle à la Maison Blanche le 15 juillet. Si la réunion en Grande-Bretagne constituait le premier sommet du G7 pour Joe Biden en tant que chef d'Etat, elle était la dernière du genre pour Angela Merkel, qui a prévu de quitter ses fonctions à l'issue d'élections législatives dans son pays fin septembre.Interrogée par la presse pour savoir si elle avait reçu des cadeaux de ses homologues, elle a répondu en souriant par la négative : "J'ai reçu seulement de bons voeux, pas de présents".