Les procédures pour faux et usage de faux pass sanitaires - en place depuis lundi pour aller dans les bars, cinémas ou encore prendre certains transports - se multiplient, a fait savoir mercredi l'Assurance maladie.

Le ou les fraudeurs, selon une source proche du dossier, se sont procuré le numéro d'identification du médecin, dans des circonstances que l'enquête devra établir, et ont réussi à activer son profil sur le compte "pro" de l'Assurance Maladie, éditant des faux certificats de vaccin, aux fins sans doute de les revendre à des non-vaccinés.

Ce sont les demandes de connexion sécurisée répétées sur son téléphone portable qui ont alerté le médecin installé à Arcachon (sud-ouest), alors que le centre de vaccination local, où il officie, était fermé dimanche, selon le journal Sud Ouest.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ces dernières semaines dans des affaires de faux certificats de vaccination. Et une peine de prison ferme -qui a été aménagée en détention à domicile- a été prononcée fin juillet contre une contractuelle d'un vaccidrive qui avait généré 200 faux codes QR pour les revendre.

Lire aussi : Faux pass sanitaires en France: des médecins et pharmaciens de mèche, quelles sanctions?

Les procédures pour faux et usage de faux pass sanitaires - en place depuis lundi pour aller dans les bars, cinémas ou encore prendre certains transports - se multiplient, a fait savoir mercredi l'Assurance maladie.Le ou les fraudeurs, selon une source proche du dossier, se sont procuré le numéro d'identification du médecin, dans des circonstances que l'enquête devra établir, et ont réussi à activer son profil sur le compte "pro" de l'Assurance Maladie, éditant des faux certificats de vaccin, aux fins sans doute de les revendre à des non-vaccinés.Ce sont les demandes de connexion sécurisée répétées sur son téléphone portable qui ont alerté le médecin installé à Arcachon (sud-ouest), alors que le centre de vaccination local, où il officie, était fermé dimanche, selon le journal Sud Ouest.Plusieurs personnes ont été mises en examen ces dernières semaines dans des affaires de faux certificats de vaccination. Et une peine de prison ferme -qui a été aménagée en détention à domicile- a été prononcée fin juillet contre une contractuelle d'un vaccidrive qui avait généré 200 faux codes QR pour les revendre.Lire aussi : Faux pass sanitaires en France: des médecins et pharmaciens de mèche, quelles sanctions?