Ne prêtez que peu d'attention au duel télévisé entre Donald Trump et Joe Biden ou aux sondages nationaux. La véritable bataille pour l'élection présidentielle américaine se déroulera le 3 novembre prochain, dans une dizaine d'États. Ces États charnières, que l'on appelle aussi swing states, feront en effet pencher la balance d'un côté, ou de l'autre.
...

Ne prêtez que peu d'attention au duel télévisé entre Donald Trump et Joe Biden ou aux sondages nationaux. La véritable bataille pour l'élection présidentielle américaine se déroulera le 3 novembre prochain, dans une dizaine d'États. Ces États charnières, que l'on appelle aussi swing states, feront en effet pencher la balance d'un côté, ou de l'autre. Chaque État dispose d'un nombre déterminé de grands électeurs en fonction du nombre d'élus le représentant au Congrès américain. Ces grands électeurs issus des quatre coins du pays forment alors le "collège électoral", chargé d'élire formellement le président. On en compte 538 au total.Un grand nombre de ces grands électeurs sont issus d'une dizaine d'États charnières. C'est sur ces États - les Américains parlent de "swing states" - que se sont concentrés les derniers efforts de campagne. Un État charnière est un État au vote indécis, qui peut changer de camp, d'un scrutin à l'autre, entre les deux partis dominants et faire basculer le résultat du vote final. C'est ce qu'il s'est passé en 2016 : si Clinton avait une nette avance sur Trump dans les sondages pendant presque toute la campagne électorale, elle a fini par perdre au collège électoral. Donald Trump a en effet su faire tomber plusieurs États "bleu démocrate" dans son camp. Ce sont ces États que Joe Biden doit reconquérir à tout prix pour s'imposer.Pour l'instant, c'est Joe Biden qui est donné gagnant dans la plupart de ces États charnières :La dernière moyenne des sondages place Biden devant Trump à l'échelle nationale. Attention, rien n'est joué d'avance pour le candidat démocrate. La crise du coronavirus, les violences policières de ces derniers mois, le climat politique instable... De nombreuses données peuvent encore affecter le scrutin. Les sondages ont gravement sous-estimé les partisans de Trump en 2016. Peut-être est-ce encore le cas cette année, et peut-être surestiment-ils le soutien démocrate ? Gare aux conclusions hâtives...