Au nom du Benelux, le royaume a élaboré une déclaration commune à laquelle 17 pays européens ont déjà souscrit. La ministre note avec satisfaction que la Commission européenne a demandé des explications à la Hongrie avant le 30 juin sur son projet de loi qui vise à interdire les contenus "qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l'identité de genre, le changement de sexe et l'homosexualité" aux moins de 18 ans.

Le point sera évoqué au Conseil européen ce jeudi soir à Bruxelles. "La Belgique souhaite aller au bout du chemin", a souligné Mme Wilmès, en réponse à des questions de Sophie Rohonyi (DéFI) et Malik Ben Achour (PS).

Elle juge que les "protestations ne suffisent plus". "Nous n'accepterons pas que les fondamentaux européens soient bousculés. L'Europe et ses valeurs ne sont pas à la carte", a-t-elle ajouté.

Le PS a exhorté le gouvernement à porter l'affaire devant la Cour de Justice de l'UE (Luxembourg) et la Cour européenne des droits de l'homme (Strasbourg). DéFI a mis en avant le courage dont faisait preuve la Belgique au contraire d'organisations comme l'UEFA.

Au nom du Benelux, le royaume a élaboré une déclaration commune à laquelle 17 pays européens ont déjà souscrit. La ministre note avec satisfaction que la Commission européenne a demandé des explications à la Hongrie avant le 30 juin sur son projet de loi qui vise à interdire les contenus "qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l'identité de genre, le changement de sexe et l'homosexualité" aux moins de 18 ans. Le point sera évoqué au Conseil européen ce jeudi soir à Bruxelles. "La Belgique souhaite aller au bout du chemin", a souligné Mme Wilmès, en réponse à des questions de Sophie Rohonyi (DéFI) et Malik Ben Achour (PS). Elle juge que les "protestations ne suffisent plus". "Nous n'accepterons pas que les fondamentaux européens soient bousculés. L'Europe et ses valeurs ne sont pas à la carte", a-t-elle ajouté. Le PS a exhorté le gouvernement à porter l'affaire devant la Cour de Justice de l'UE (Luxembourg) et la Cour européenne des droits de l'homme (Strasbourg). DéFI a mis en avant le courage dont faisait preuve la Belgique au contraire d'organisations comme l'UEFA.