"J'attends de l'entreprise qu'elle livre les 400 millions de doses comme convenu", a insisté la chef de l'exécutif européen sur Twitter, alors qu'AstraZeneca subit depuis plusieurs jours les foudres des dirigeants européens en raison d'importants retards de production.

Les pays de l'UE étaient rivés sur la décision de l'EMA, se demandant si elle allait ou non suivre l'exemple de la commission de vaccination allemande, qui a déconseillé jeudi ce vaccin pour les plus de 65 ans, évoquant des données "insuffisantes".

"L'EMA a recommandé l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca (...) chez les personnes à partir de 18 ans", a déclaré dans un communiqué le régulateur européen, basé à Amsterdam. L'EMA a indiqué qu'il n'y avait "pas encore assez de résultats chez les participants" de plus de 55 ans pour calculer l'efficacité du vaccin sur ce groupe, mais qu'"une protection était attendue" car une réponse immunitaire a été identifiée.

"Comme il existe des informations fiables sur la sécurité" pour les plus de 55 ans, "les experts scientifiques de l'EMA ont estimé que le vaccin pouvait être utilisé chez les personnes âgées", a expliqué l'agence. "Plus d'informations sont attendues des études en cours, qui incluent une proportion plus élevée de participants âgés", a-t-elle ajouté.

Le vaccin développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford est le troisième à obtenir le feu vert de l'EMA après ceux de Pfizer/BioNTech le 21 décembre et de Moderna le 6 janvier.

AstraZeneca promet un "accès large et équitable"

Le groupe pharmaceutique AstraZeneca a salué le feu vert donné par le régulateur européen à son vaccin contre le Covid-19 et assuré travailler à "un accès large et équitable" au produit, en pleines tensions avec l'UE sur le calendrier de livraisons.

"La recommandation (de l'EMA) souligne la valeur du vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19, qui est non seulement sûr et bien toléré mais aussi facile à administrer et, c'est important, protège totalement contre les formes sévères de la maladie et les hospitalisations", s'est félicité le directeur général Pascal Soriot dans un communiqué du groupe. Le laboratoire dit travailler "avec les gouvernements, organisations internationales et collaborateurs dans le monde entier pour assurer un accès large et équitable au vaccin, sans profit le temps de la pandémie".

Attendu avec impatience

Le déploiement du vaccin AstraZeneca/Oxford est attendu avec impatience par les Etats membres: il présente l'avantage d'être moins cher à produire que ses rivaux, tout étant plus facile à stocker et transporter. Une limite d'âge pour l'accès au vaccin aurait contraint la plupart des gouvernements européens à réexaminer leur stratégie axée sur la vaccination prioritaire des plus âgés. AstraZeneca avait précédemment défendu l'efficacité de son vaccin pour toutes les tranches d'âge, aux côtés du Royaume-Uni, où il a déjà été largement utilisé sur des personnes âgées.

La décision de l'EMA intervient alors que le groupe pharmaceutique suédo-britannique subit depuis plusieurs jours les foudres des dirigeants européens, après avoir expliqué ne pouvoir livrer qu'"un quart" des doses initialement promises à l'UE au premier trimestre. L'Union européenne a publié vendredi le contrat signé l'an dernier avec AstraZeneca pour précommander son vaccin, dans le but de rappeler les engagements pris par le laboratoire.

AstraZeneca a officiellement demandé le 12 janvier une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour son vaccin dans les 27 Etats membres de l'UE, ainsi que dans les pays de l'Espace économique européen (EEE), à savoir l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège. Le vaccin était soumis depuis octobre à un "examen continu", qui permet à l'EMA d'examiner les données de sécurité et d'efficacité des vaccins au fur et à mesure de leur parution.

Dans une communication séparée vendredi, l'EMA a déclaré qu'elle n'avait trouvé aucun lien entre le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 et des cas signalés de décès chez des personnes âgées après une première injection.

"J'attends de l'entreprise qu'elle livre les 400 millions de doses comme convenu", a insisté la chef de l'exécutif européen sur Twitter, alors qu'AstraZeneca subit depuis plusieurs jours les foudres des dirigeants européens en raison d'importants retards de production.Les pays de l'UE étaient rivés sur la décision de l'EMA, se demandant si elle allait ou non suivre l'exemple de la commission de vaccination allemande, qui a déconseillé jeudi ce vaccin pour les plus de 65 ans, évoquant des données "insuffisantes". "L'EMA a recommandé l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca (...) chez les personnes à partir de 18 ans", a déclaré dans un communiqué le régulateur européen, basé à Amsterdam. L'EMA a indiqué qu'il n'y avait "pas encore assez de résultats chez les participants" de plus de 55 ans pour calculer l'efficacité du vaccin sur ce groupe, mais qu'"une protection était attendue" car une réponse immunitaire a été identifiée."Comme il existe des informations fiables sur la sécurité" pour les plus de 55 ans, "les experts scientifiques de l'EMA ont estimé que le vaccin pouvait être utilisé chez les personnes âgées", a expliqué l'agence. "Plus d'informations sont attendues des études en cours, qui incluent une proportion plus élevée de participants âgés", a-t-elle ajouté. Le vaccin développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford est le troisième à obtenir le feu vert de l'EMA après ceux de Pfizer/BioNTech le 21 décembre et de Moderna le 6 janvier.Le déploiement du vaccin AstraZeneca/Oxford est attendu avec impatience par les Etats membres: il présente l'avantage d'être moins cher à produire que ses rivaux, tout étant plus facile à stocker et transporter. Une limite d'âge pour l'accès au vaccin aurait contraint la plupart des gouvernements européens à réexaminer leur stratégie axée sur la vaccination prioritaire des plus âgés. AstraZeneca avait précédemment défendu l'efficacité de son vaccin pour toutes les tranches d'âge, aux côtés du Royaume-Uni, où il a déjà été largement utilisé sur des personnes âgées.La décision de l'EMA intervient alors que le groupe pharmaceutique suédo-britannique subit depuis plusieurs jours les foudres des dirigeants européens, après avoir expliqué ne pouvoir livrer qu'"un quart" des doses initialement promises à l'UE au premier trimestre. L'Union européenne a publié vendredi le contrat signé l'an dernier avec AstraZeneca pour précommander son vaccin, dans le but de rappeler les engagements pris par le laboratoire.AstraZeneca a officiellement demandé le 12 janvier une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour son vaccin dans les 27 Etats membres de l'UE, ainsi que dans les pays de l'Espace économique européen (EEE), à savoir l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège. Le vaccin était soumis depuis octobre à un "examen continu", qui permet à l'EMA d'examiner les données de sécurité et d'efficacité des vaccins au fur et à mesure de leur parution.Dans une communication séparée vendredi, l'EMA a déclaré qu'elle n'avait trouvé aucun lien entre le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 et des cas signalés de décès chez des personnes âgées après une première injection.