La France, où 130 cas ont été recensés depuis fin janvier, a enregistré son troisième décès depuis le début de l'épidémie, une personne résidant dans la même ville du nord de la France (Crépy-en-Valois) qu'une précédente victime. Le préfet de l'Oise, principal foyer de propagation du virus en France, a été placé à l'isolement dimanche "par précaution", après avoir côtoyé le maire de Crépy-en-Valois testé positif au coronavirus.

En Allemagne, où 157 cas ont été confirmés, le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer a refusé dimanche - sourire aux lèvres - une poignée de main à la chancelière Angela Merkel.

L'Union européenne a relevé son évaluation du risque à "modéré à élevé", avec un dernier bilan de 2.100 cas confirmés dans 18 pays membres. Sans compter le dernier décès en France, l'UE comptabilisait en fin de matinée sur son territoire 38 décès, dont 35 en Italie.

Les ministres de la Santé de l'UE ont été convoqués pour une réunion extraordinaire vendredi à Bruxelles.

En Chine, où le virus est apparu fin 2019, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2.912 morts et dans le monde à plus de 3.000.

Les 202 nouveaux cas signalés lundi en Chine continentale constituent toutefois la plus faible augmentation quotidienne depuis fin janvier. Si l'épidémie de Covid-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes visent plus de 50 millions de personnes, elle continue de s'aggraver dans plusieurs pays.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué lundi qu'il y avait eu en 24 heures près de neuf fois plus de nouveaux cas signalés ailleurs dans le monde qu'en Chine.

En Italie, pays le plus touché en Europe, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à près de 1.700. Un second cas a été signalé lundi en Egypte, pays qui avait annoncé mi-février le premier cas sur le continent africain. L'Italie a franchi lundi la barre des 50 morts, avec 52 décès de personnes contaminées par le nouveau coronavirus, soit 18 de plus que la veille, a annoncé le chef de la Protection civile Angelo Borrelli.

Il s'agissait à chaque fois de personnes âgées ou déjà atteintes de pathologies graves, a précisé M. Borrelli, qui a aussi annoncé une nouvelle forte hausse des cas de contamination, à 2.036 (contre 1.694 dimanche soir).

Un deuxième décès a également été annoncé aux Etats-Unis où 21 cas ont été recensés, auxquels s'ajoutent 47 malades rapatriés de l'étranger. Plusieurs patients diagnostiqués ces derniers jours n'avaient aucun lien connu avec un foyer de l'épidémie, ce qui laisse à penser que la maladie commence à se propager sur le sol américain, encore très épargné.

Quant à la Corée du Sud, deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé lundi près de 600 cas supplémentaires et huit nouveaux décès, pour un total de plus de 4.300 contaminations, dont 26 mortels. Le leader du mouvement religieux lié à la moitié des cas de coronavirus en Corée du Sud a présenté ses excuses pour la responsabilité de son organisation dans la propagation de l'épidémie.

L'Italie a franchi lundi la barre des 50 morts.

La Thaïlande, qui a enregistré 43 cas de contamination, a fait état lundi de son premier décès, un Thaïlandais de 35 ans qui souffrait également de la dengue. L'Iran, l'un des pays les plus touchés, a rejeté lundi une proposition d'aide des Etats-Unis, conditionnée à la demande express de Téhéran. Paris, Berlin et Londres, par ailleurs co-signataires de l'accord sur le nucléaire iranien, ont annoncé qu'ils allaient fournir au pays un soutien matériel et financier.

De premiers cas ont aussi été recensés lundi au Sénégal, en Tunisie et en Arabie Saoudite.

Un Français qui a séjourné en France en février avant de revenir au Sénégal constitue le deuxième cas confirmé en Afrique subsaharienne après le Nigeria, qui concernait un Italien lui aussi de retour de son pays. Le patient, un homme marié et père de deux enfants qui vit au Sénégal depuis plus de deux ans avec sa famille, a séjourné en France la deuxième quinzaine de février à Nîmes (sud) et dans une station de ski non-précisée de la région Auvergne-Rhône-Alpes (sud-est), a dit le ministre.

Rentré le 26 février au Sénégal, il a consulté, avec une fièvre de 39 degrés, un mal de gorge et des maux de tête. La structure médicale qui l'a reçu a contacté la cellule d'alerte sénégalaise mise en place contre le coronavirus. En dehors du Sénégal et du Nigeria, les seuls concernés à ce jour en Afrique subsaharienne, quelques cas ont été enregistrés dans le nord du continent, en Algérie et en Egypte.

En Arabie Saoudite, le ministère de la Santé a confirmé lundi un premier cas, une personne testée positive après son retour d'Iran. L'homme infecté est actuellement "isolé à l'hôpital" et avait fait escale à Bahreïn, a indiqué le ministère dans un communiqué relayé par l'agence de presse officielle SPA. L'Arabie saoudite était le seul pays du Golfe à n'avoir annoncé jusqu'ici aucun cas de nouveau coronavirus sur son sol. Le premier contaminé en Tunisie concerne un quadragénaire ayant contracté la maladie en Italie et revenu par la mer.

Premiers cas confirmés au Portugal

Le Portugal a détecté ses deux premiers cas de contagion par le nouveau coronavirus, a annoncé lundi la Direction Générale de la Santé portugaise (DGS).

"Le deuxième cas d'infection par le nouveau coronavirus est confirmé", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la DGS.

Ce deuxième cas, concernant un homme de 33 ans hospitalisé dimanche à Porto (nord) et dans un état "stable", était jusqu'alors en attente d'une contre-analyse de confirmation après un premier test positif.

La contamination de ce deuxième patient serait liée à un voyage dans la région de Valence, dans l'est de l'Espagne, où des cas ont été enregistrés.

Dans la matinée, la ministre portugaise de la Santé Marta Temido avait tenu une conférence de presse afin d'annoncer le premier cas confirmé du nouveau coronavirus chez un homme de 60 ans ayant voyagé dans le nord de l'Italie et également hospitalisé à Porto.

Le gouvernement portugais a par ailleurs décidé d'élargir aux vols en provenance d'Italie les mesures de prévention appliquées jusqu'ici aux personnes arrivant dans le pays depuis la Chine.

Dimanche, les autorités sanitaires portugaises avaient annoncé que le célèbre écrivain chilien Luis Sepulveda, qui réside dans le nord de l'Espagne et s'était rendu récemment à Porto, avait contracté le nouveau coronavirus.

La France, où 130 cas ont été recensés depuis fin janvier, a enregistré son troisième décès depuis le début de l'épidémie, une personne résidant dans la même ville du nord de la France (Crépy-en-Valois) qu'une précédente victime. Le préfet de l'Oise, principal foyer de propagation du virus en France, a été placé à l'isolement dimanche "par précaution", après avoir côtoyé le maire de Crépy-en-Valois testé positif au coronavirus. En Allemagne, où 157 cas ont été confirmés, le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer a refusé dimanche - sourire aux lèvres - une poignée de main à la chancelière Angela Merkel. L'Union européenne a relevé son évaluation du risque à "modéré à élevé", avec un dernier bilan de 2.100 cas confirmés dans 18 pays membres. Sans compter le dernier décès en France, l'UE comptabilisait en fin de matinée sur son territoire 38 décès, dont 35 en Italie. Les ministres de la Santé de l'UE ont été convoqués pour une réunion extraordinaire vendredi à Bruxelles. En Chine, où le virus est apparu fin 2019, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2.912 morts et dans le monde à plus de 3.000. Les 202 nouveaux cas signalés lundi en Chine continentale constituent toutefois la plus faible augmentation quotidienne depuis fin janvier. Si l'épidémie de Covid-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes visent plus de 50 millions de personnes, elle continue de s'aggraver dans plusieurs pays. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué lundi qu'il y avait eu en 24 heures près de neuf fois plus de nouveaux cas signalés ailleurs dans le monde qu'en Chine. En Italie, pays le plus touché en Europe, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à près de 1.700. Un second cas a été signalé lundi en Egypte, pays qui avait annoncé mi-février le premier cas sur le continent africain. L'Italie a franchi lundi la barre des 50 morts, avec 52 décès de personnes contaminées par le nouveau coronavirus, soit 18 de plus que la veille, a annoncé le chef de la Protection civile Angelo Borrelli. Il s'agissait à chaque fois de personnes âgées ou déjà atteintes de pathologies graves, a précisé M. Borrelli, qui a aussi annoncé une nouvelle forte hausse des cas de contamination, à 2.036 (contre 1.694 dimanche soir).Un deuxième décès a également été annoncé aux Etats-Unis où 21 cas ont été recensés, auxquels s'ajoutent 47 malades rapatriés de l'étranger. Plusieurs patients diagnostiqués ces derniers jours n'avaient aucun lien connu avec un foyer de l'épidémie, ce qui laisse à penser que la maladie commence à se propager sur le sol américain, encore très épargné. Quant à la Corée du Sud, deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé lundi près de 600 cas supplémentaires et huit nouveaux décès, pour un total de plus de 4.300 contaminations, dont 26 mortels. Le leader du mouvement religieux lié à la moitié des cas de coronavirus en Corée du Sud a présenté ses excuses pour la responsabilité de son organisation dans la propagation de l'épidémie. La Thaïlande, qui a enregistré 43 cas de contamination, a fait état lundi de son premier décès, un Thaïlandais de 35 ans qui souffrait également de la dengue. L'Iran, l'un des pays les plus touchés, a rejeté lundi une proposition d'aide des Etats-Unis, conditionnée à la demande express de Téhéran. Paris, Berlin et Londres, par ailleurs co-signataires de l'accord sur le nucléaire iranien, ont annoncé qu'ils allaient fournir au pays un soutien matériel et financier. De premiers cas ont aussi été recensés lundi au Sénégal, en Tunisie et en Arabie Saoudite. Un Français qui a séjourné en France en février avant de revenir au Sénégal constitue le deuxième cas confirmé en Afrique subsaharienne après le Nigeria, qui concernait un Italien lui aussi de retour de son pays. Le patient, un homme marié et père de deux enfants qui vit au Sénégal depuis plus de deux ans avec sa famille, a séjourné en France la deuxième quinzaine de février à Nîmes (sud) et dans une station de ski non-précisée de la région Auvergne-Rhône-Alpes (sud-est), a dit le ministre. Rentré le 26 février au Sénégal, il a consulté, avec une fièvre de 39 degrés, un mal de gorge et des maux de tête. La structure médicale qui l'a reçu a contacté la cellule d'alerte sénégalaise mise en place contre le coronavirus. En dehors du Sénégal et du Nigeria, les seuls concernés à ce jour en Afrique subsaharienne, quelques cas ont été enregistrés dans le nord du continent, en Algérie et en Egypte. En Arabie Saoudite, le ministère de la Santé a confirmé lundi un premier cas, une personne testée positive après son retour d'Iran. L'homme infecté est actuellement "isolé à l'hôpital" et avait fait escale à Bahreïn, a indiqué le ministère dans un communiqué relayé par l'agence de presse officielle SPA. L'Arabie saoudite était le seul pays du Golfe à n'avoir annoncé jusqu'ici aucun cas de nouveau coronavirus sur son sol. Le premier contaminé en Tunisie concerne un quadragénaire ayant contracté la maladie en Italie et revenu par la mer.Le Portugal a détecté ses deux premiers cas de contagion par le nouveau coronavirus, a annoncé lundi la Direction Générale de la Santé portugaise (DGS)."Le deuxième cas d'infection par le nouveau coronavirus est confirmé", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la DGS.Ce deuxième cas, concernant un homme de 33 ans hospitalisé dimanche à Porto (nord) et dans un état "stable", était jusqu'alors en attente d'une contre-analyse de confirmation après un premier test positif.La contamination de ce deuxième patient serait liée à un voyage dans la région de Valence, dans l'est de l'Espagne, où des cas ont été enregistrés.Dans la matinée, la ministre portugaise de la Santé Marta Temido avait tenu une conférence de presse afin d'annoncer le premier cas confirmé du nouveau coronavirus chez un homme de 60 ans ayant voyagé dans le nord de l'Italie et également hospitalisé à Porto.Le gouvernement portugais a par ailleurs décidé d'élargir aux vols en provenance d'Italie les mesures de prévention appliquées jusqu'ici aux personnes arrivant dans le pays depuis la Chine.Dimanche, les autorités sanitaires portugaises avaient annoncé que le célèbre écrivain chilien Luis Sepulveda, qui réside dans le nord de l'Espagne et s'était rendu récemment à Porto, avait contracté le nouveau coronavirus.