Suite au coronavirus, les lacunes de notre société se dessinent encore plus. La répartition inégale des richesses en est un bon exemple : les personnes à faibles revenus sont plus susceptibles de contracter le covid-19 et d'en mourir. Les personnes moins qualifiées travaillent moins facilement à domicile et risquent davantage de perdre leur emploi. En même temps, des calculs récents révèlent qu'en 2026 Jeff Bezos, le propriétaire américain d'Amazon, deviendrait le premier trillionnaire sur Terre.
...

Suite au coronavirus, les lacunes de notre société se dessinent encore plus. La répartition inégale des richesses en est un bon exemple : les personnes à faibles revenus sont plus susceptibles de contracter le covid-19 et d'en mourir. Les personnes moins qualifiées travaillent moins facilement à domicile et risquent davantage de perdre leur emploi. En même temps, des calculs récents révèlent qu'en 2026 Jeff Bezos, le propriétaire américain d'Amazon, deviendrait le premier trillionnaire sur Terre.Pour Milanovic, l'épidémie de coronavirus touche à la fois les parties les plus pauvres et les plus riches de la population. "Mais ceux qui sont moins bien lotis sont beaucoup plus touchés. Lesdits travailleurs essentiels en première ligne sont plus exposés au risque d'infection et sont généralement moins bien payés. Ceux qui sont en mesure de travailler à domicile ont généralement un revenu plus élevé et plus de possibilités de se rendre à un autre endroit ou dans une seconde résidence ".Dans quelle mesure la crise du coronavirus va-t-elle exacerber ces inégalités ?Il n'y a pas encore suffisamment de données pour estimer les effets avec précision. Lors de la crise financière et économique de 2008, presque tout le monde a vu ses revenus diminuer. Mais comme la crise actuelle est plus profonde qu'il y a dix ans, l'impact sur les revenus sera beaucoup plus important, voire désastreux, pour les personnes à faibles revenus. Quelqu'un qui voit son salaire baisser de 1 500 à 1 000 euros ressent bien plus les effets que quelqu'un qui perçoit un revenu mensuel plus élevé. Heureusement, les gouvernements de l'Union européenne et, dans une moindre mesure, des États-Unis ont réalisé que l'aide sociale et les revenus de remplacement peuvent atténuer ce coup. En conséquence, le nombre de personnes en situation de pauvreté absolue reste relativement limité et le pouvoir d'achat est suffisant pour les secteurs de l'économie qui fonctionnent encore.Qu'en est-il des dépenses publiques si la crise se poursuit ou s'il y a une deuxième vague ?Au fond, cette pandémie est en train de bouleverser tout le système. En général, les gouvernements apportent une aide sociale et attendent en échange que les gens cherchent un nouvel emploi. Mais pour l'instant, les gouvernements dépensent de l'argent pour garder les gens chez eux et endiguer la propagation du virus. À long terme, cette situation ne peut être maintenue : sans production, toutes les formes de revenus se perdent et les gouvernements ne peuvent pas continuer à étirer leurs dépenses. J'ai très peur de ce qui arrivera ensuite aux moins fortunés. Le véritable danger de la pandémie est un effondrement social total. Avec toutes ses conséquences politiques, car cette facture ne se fera que lorsque la crise sera sous contrôle.De nombreux éléments indiquent que les guerres et les pandémies réduisent les inégalités. Ce ne sera pas le cas cette fois-ci ?On ne peut pas se contenter de traduire les fléaux et les guerres du passé en situation actuelle. Lors de l'épidémie de peste au XIVe siècle, il y a eu tellement de morts que les travailleurs se sont raréfiés. Cela a amélioré la position du travail par rapport au capital, ce qui a réduit l'inégalité. Mais probablement - heureusement - cette crise causera beaucoup moins de morts et ne changera guère la position de négociation du travail par rapport au capital. L'économiste français Thomas Piketty, en revanche, a montré que pendant la Première Guerre mondiale, la richesse des riches a été détruite, réduisant ainsi les inégalités d'une autre manière. Ce n'est pas non plus le cas aujourd'hui.L'inégalité est également une conséquence des choix politiques. Que peuvent faire les responsables politiques pour limiter au maximum le nombre de perdants de la crise du coronavirus?Tout d'abord, ils doivent maîtriser la pandémie le plus rapidement possible. S'ils ne réussissent pas, ou s'il y a une seconde vague, le gouvernement devra faire un choix entre la puissance du virus et le redémarrage de notre économie. Ce n'est que si les revenus des classes inférieures et moyennes sont garantis autant que possible que l'inégalité restera relativement limitée.Ne devrions-nous pas penser aux économies réalisées au cours des dernières décennies dans des secteurs qui s'avèrent cruciaux pour notre société ?Absolument. La pandémie du coronavirus montre une fois de plus les limites des politiques néolibérales de ces quarante dernières années. Il est quelque peu ironique que l'Allemagne soit louée pour ses excellents soins de santé. L'année dernière encore, les autorités ont recommandé un exercice d'efficacité et une réduction du nombre de lits en soins intensifs. Et c'est précisément l'essentiel: nous ne devons pas fonder nos soins de santé uniquement sur une efficacité excessive, comme le font les entreprises privées. En temps normal, il faut une surcapacité inefficace qui peut être utilisée en temps de crise. La surcapacité n'est pas un poids mort sur laquelle on peut épargner aveuglément.Est-ce payable à long terme ? Je ne préconise pas des dépenses illimitées ou de mauvaises structures organisationnelles. Regardez les États-Unis : bien qu'ils dépensent deux fois plus d'argent pour les soins de santé que dans d'autres pays prospères, leur système est un véritable gâchis. Cela me rappelle un peu les entreprises d'État en Union soviétique qui fabriquaient des produits d'une valeur inférieure aux matières premières dont elles se servaient.L'équilibre a changé au cours des dernières décennies, nous ne devons pas économiser aveuglément sur nos secteurs cruciaux. Il me semble que pendant cette crise, de plus en plus de personnes commencent à réaliser que les soins de santé, l'éducation et les infrastructures ne devraient pas être basés sur des principes purement monétaires et financiers. C'est pourquoi j'attends également des forces politiques de gauche qu'elles sortent renforcées de cette crise.Une des propositions de gauche est un impôt unique sur les grandes fortunes qui peut être réparti dans le temps. Après la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne a introduit avec succès un système similaire. Une bonne idée ?C'est une idée très précieuse, tant qu'un tel impôt sur la fortune reste proportionnel. Le problème est que beaucoup de gens se crispent lorsqu'ils entendent de telles propositions. Les hommes politiques devraient donc justifier plus clairement de telles mesures comme une sorte de contrat social dont les riches bénéficient également en fin de compte. Ils peuvent ainsi empêcher les gens de transférer rapidement l'argent vers un endroit où le régime fiscal est plus favorable.Quels effets le coronavirus aura-t-il sur l'inégalité mondiale ?Il est probable qu'elle diminue encore, comme cela s'est produit après la crise financière et économique. Tant la Chine que les pays occidentaux riches sont durement touchés économiquement par la pandémie du coronavirus. Mais pour les pays occidentaux riches, cela signifie une croissance négative de quelques pour cent, alors que la Chine pourra encore compter sur une croissance modeste. Dans le cas le plus extrême, la Chine pourrait gagner dix points de pourcentage par an sur l'Occident. Les deux blocs se rapprocheront donc l'un de l'autre, et nous nous attendons à ce que l'inégalité mondiale continue à diminuer. Plus la crise durera en Occident, plus la Chine sera proche de l'Occident. En fait, certaines régions urbaines de Chine ont déjà des niveaux de revenus supérieurs à ceux des pays les plus pauvres de l'Union européenne, comme la Roumanie et la Bulgarie. Nous ne sommes donc plus si éloignés l'un de l'autre.En Chine, nous constatons à la fois des échecs et des succès. Aux États-Unis, nous constatons surtout des échecs. Cela affectera-t-il la façon dont nous envisagerons les deux systèmes politiques dans dix ans ?C'est difficile à prévoir. La concurrence entre les modèles américain et chinois sera sans doute aussi une bataille pour l'historiographie. La Chine fait maintenant tout ce qu'elle peut pour montrer au reste du monde la version réussie de l'histoire. Mais ce ne sera pas une tâche facile, car le pays porte une grande responsabilité dans cette crise mondiale. Vous ne pouvez pas, par exemple, reprocher à la République démocratique du Congo de ne pas avoir maîtrisé l'épidémie de virus Ebola. Les gouvernements de ces pays n'ont pratiquement aucun moyen de prévenir et de combattre une épidémie.Hormis la pandémie de coronavirus, le réchauffement climatique est toujours présent. Cela aussi devrait accroître les inégalités.Je soupçonne que cette transition écologique sera reléguée au second plan pendant un certain temps, maintenant que tous les yeux sont tournés vers la lutte contre la pandémie et ses conséquences. Le chômage et l'économie sont, pour l'instant, des problèmes beaucoup plus concrets que le changement climatique. Je ne pense pas qu'il soit facile pour les politiciens de justifier le fait que le climat va coûter beaucoup d'argent, maintenant que beaucoup de gens éprouvent des difficultés.La crise du coronavirus révèle à quel point nous sommes parfois dépendants d'autres pays. Pourrait-elle stimuler l'anti-globalisme ? D'une certaine manière, ce mouvement se poursuit depuis un certain temps en raison de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Cela se reflète également dans l'Union européenne, qui se rend de plus en plus compte que la dépendance vis-à-vis de quelques autres pays peut être dangereuse pour sa propre autonomie. En France, Emmanuel Macron suit même cette tendance depuis un certain temps : bien que dans ses discours il se montre un fervent partisan de la mondialisation et de l'Union européenne, le président français prend plus d'une fois des mesures protectionnistes. Je pense que le coronavirus va renforcer cette tendance, maintenant qu'il est devenu évident pour tout le monde que le commerce mondial n'offre aucune garantie en temps de crise. Même si cela aura des répercussions sur notre prospérité, car il est plus avantageux de faire fabriquer des produits et des services par une main-d'oeuvre étrangère bon marché.