Les autorités iraniennes ont fait état du décès de trois personnes infectées par le nouveau coronavirus, portant le bilan de la maladie en Iran à 15 morts, a indiqué l'agence officielle Irna.Deux des personnes décédées étaient des femmes âgées de la province centrale de Markazi et la troisième habitait la province d'Alborz dans le nord du pays, a précisé Irna.

Au Japon

Un quatrième passager du paquebot de croisière Diamond Princess est décédé, ont rapporté mardi les médias japonais, le gouvernement annonçant de nouvelles mesures de lutte contre la propagation du coronavirus.

Un passager de plus de 80 ans est mort alors que près de 700 personnes sorties de ce bateau, à quai dans le port de Yokohoma (sud de Tokyo), ont été déclarées positives au nouveau coronavirus et hospitalisées au Japon.

D'après le site du quotidien Yomiuri Shimbun, il avait contracté ce virus, mais on ne sait pas cependant avec certitude si c'est la cause de son décès. Le ministère de la Santé, contacté par l'AFP, n'était pas en mesure de confirmer ce cas dans l'immédiat.

Quelque 3.700 personnes (passagers et membres d'équipage) se trouvaient à bord du Diamond Princess lorsque la croisière a tourné court après qu'un des voyageurs, débarqué à Hong Kong, a été confirmé positif. Le bateau a été mis en quarantaine le 5 février et des centaines de cas y ont été repérés les jours suivants.

Confirmés positifs ultérieurement

Désormais, les passagers sont sortis du Diamond Princess. Outre ceux hospitalisés, ils sont soit rentrés dans leur pays (pour une nouvelle quarantaine), soit à leur domicile ou dans un hôtel au Japon (si leur test était négatif) ou placés dans un centre d'accueil s'ils ont été en contact avec une personne testée positive.

Plusieurs étrangers rentrés chez eux après un test négatif lorsqu'ils étaient sur le bateau ont finalement été confirmés positifs ultérieurement.

L'épidémie atteint un "plateau" en Chine

L'épidémie de pneumonie virale a atteint un "plateau" en Chine mais le monde reste menacé de pandémie, a averti l'OMS, alimentant une nouvelle journée de panique sur les marchés financiers.

Avec cinq nouveaux pays touchés et une brusque hausse des bilans en Iran, en Corée du Sud et en Italie, la journée de lundi a été rude pour les Bourses mondiales, Wall Street essuyant sa plus forte chute depuis plus de deux ans.

Alors que plus de 2.000 cas de contamination, dont plus de 30 mortels, ont désormais été enregistrés hors de Chine, la journée de mardi ne s'annonce pas meilleure, Tokyo ayant déjà perdu 3,3% sur la séance.

En Chine, le bilan humain s'avérait cependant moins dramatique. Le pays a enregistré 71 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures, le chiffre le plus bas depuis près de trois semaines. Le nombre quotidien de nouvelles contaminations est en revanche reparti à la hausse à 508 contre 409 la veille, même s'il reste très inférieur aux chiffres enregistrés il y a encore une semaine.

Se concentrer sur l'endiguement

Pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la situation en Chine est globalement en voie d'amélioration.

Selon l'agence spécialisée de l'ONU, l'épidémie a connu un "pic" puis un "plateau" entre le 23 janvier et le 2 février, soit juste après la mise en quarantaine de Wuhan et ses 11 millions d'habitants.

Son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, n'en a pas moins averti que le monde restait menacé de pandémie, à savoir une épidémie d'ampleur internationale.

"Nous devons nous concentrer sur l'endiguement (de l'épidémie), tout en faisant tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie", a-t-il déclaré lundi à Genève.

Les autorités iraniennes ont fait état du décès de trois personnes infectées par le nouveau coronavirus, portant le bilan de la maladie en Iran à 15 morts, a indiqué l'agence officielle Irna.Deux des personnes décédées étaient des femmes âgées de la province centrale de Markazi et la troisième habitait la province d'Alborz dans le nord du pays, a précisé Irna.Un quatrième passager du paquebot de croisière Diamond Princess est décédé, ont rapporté mardi les médias japonais, le gouvernement annonçant de nouvelles mesures de lutte contre la propagation du coronavirus.Un passager de plus de 80 ans est mort alors que près de 700 personnes sorties de ce bateau, à quai dans le port de Yokohoma (sud de Tokyo), ont été déclarées positives au nouveau coronavirus et hospitalisées au Japon.D'après le site du quotidien Yomiuri Shimbun, il avait contracté ce virus, mais on ne sait pas cependant avec certitude si c'est la cause de son décès. Le ministère de la Santé, contacté par l'AFP, n'était pas en mesure de confirmer ce cas dans l'immédiat.Quelque 3.700 personnes (passagers et membres d'équipage) se trouvaient à bord du Diamond Princess lorsque la croisière a tourné court après qu'un des voyageurs, débarqué à Hong Kong, a été confirmé positif. Le bateau a été mis en quarantaine le 5 février et des centaines de cas y ont été repérés les jours suivants.Désormais, les passagers sont sortis du Diamond Princess. Outre ceux hospitalisés, ils sont soit rentrés dans leur pays (pour une nouvelle quarantaine), soit à leur domicile ou dans un hôtel au Japon (si leur test était négatif) ou placés dans un centre d'accueil s'ils ont été en contact avec une personne testée positive.Plusieurs étrangers rentrés chez eux après un test négatif lorsqu'ils étaient sur le bateau ont finalement été confirmés positifs ultérieurement.L'épidémie de pneumonie virale a atteint un "plateau" en Chine mais le monde reste menacé de pandémie, a averti l'OMS, alimentant une nouvelle journée de panique sur les marchés financiers.Avec cinq nouveaux pays touchés et une brusque hausse des bilans en Iran, en Corée du Sud et en Italie, la journée de lundi a été rude pour les Bourses mondiales, Wall Street essuyant sa plus forte chute depuis plus de deux ans.Alors que plus de 2.000 cas de contamination, dont plus de 30 mortels, ont désormais été enregistrés hors de Chine, la journée de mardi ne s'annonce pas meilleure, Tokyo ayant déjà perdu 3,3% sur la séance.En Chine, le bilan humain s'avérait cependant moins dramatique. Le pays a enregistré 71 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures, le chiffre le plus bas depuis près de trois semaines. Le nombre quotidien de nouvelles contaminations est en revanche reparti à la hausse à 508 contre 409 la veille, même s'il reste très inférieur aux chiffres enregistrés il y a encore une semaine.Pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la situation en Chine est globalement en voie d'amélioration. Selon l'agence spécialisée de l'ONU, l'épidémie a connu un "pic" puis un "plateau" entre le 23 janvier et le 2 février, soit juste après la mise en quarantaine de Wuhan et ses 11 millions d'habitants. Son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, n'en a pas moins averti que le monde restait menacé de pandémie, à savoir une épidémie d'ampleur internationale."Nous devons nous concentrer sur l'endiguement (de l'épidémie), tout en faisant tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie", a-t-il déclaré lundi à Genève.