Deux jours après que la Californie a déclaré l'état d'urgence sur son territoire, les magasins de vente en gros visités par l'AFP vendredi n'arrivaient pas à répondre à la demande croissante de toute une série de produits de base. "C'est la pagaille, on fait le double du chiffre de d'habitude", dit Rene, qui travaille dans un supermarché Costco à Burbank. "Aujourd'hui, c'est incontrôlable. C'est pour ça que nous n'avons plus de papier toilette, presque plus d'eau, et plus de gel pour les mains".

La Californie a jusqu'ici enregistré un décès, ce qui la place en deuxième position après l'Etat de Washington (11 morts pour l'instant). Malgré les appels des autorités à la retenue, des Californiens ont commencé à céder à la panique et à acheter en masse comme dans certaines régions d'Asie et ailleurs. "C'est la folie", a dit le directeur financier de Costco, Richard Galanti, à des analystes jeudi. Ce jour-là, la police du comté de San Bernardino, près de Los Angeles, a dû être appelée à la rescousse dans l'un des magasins de la chaîne après que des clients ont explosé de colère au vu du manque de stocks.

AFP
© AFP

Pas de ruée dans les supermarchés belges

L'épidémie de coronavirus n'a pour l'instant pas d'influence sur les comportements d'achat dans les supermarchés en Belgique, constate la fédération du commerce et des services Comeos. Seule une légère augmentation de la demande de mouchoirs en papier, de gel pour les mains et de pâtes a été enregistrée, selon un tour de table effectué quotidiennement.

Les enseignes disposent visiblement de stocks suffisants, aucun problème d'approvisionnement n'ayant été signalé, rapporte Comeos.

Rationnement

Vendredi, les acheteurs chez Costco n'avaient droit qu'à deux packs d'eau, contre quatre la veille. Beaucoup ont tenté de passer outre mais se sont vu confisquer l'eau à la caisse, ce qui a provoqué des tensions.

Un employé qui ramenait la masse de bouteilles confisquées sur les rayons était constamment arrêté par de nouveaux clients s'emparant de ce qu'ils pouvaient. "Avec la folie ici, on commence vraiment à réaliser", dit Lisa Garcia, 30 ans, qui reconnaît qu'elle est de plus en plus inquiète. "On pensait s'approvisionner en papier toilette et essuie-tout mais regardez ces rayons vides!", lance-t-elle.

AFP
© AFP

Dans un autre magasin Costco, des employés racontent comment des clients sont entrés presque en courant dès l'ouverture pour se jeter sur des produits. En milieu de journée, il ne restait plus que des bouteilles d'une onéreuse eau pétillante, au grand dam de plusieurs acheteurs.

Certains essaient malgré tout de voir le bon côté des choses. "Je suis prudent", explique Andrew, qui travaille dans les secours et préfère ne pas donner son nom de famille. L'homme pousse un chariot chargé d'eau, d'essuie-tout, de citron vert et de soda au gingembre. "Je veux être sûr que nous ayons ce qui est essentiel - du tonic, du vin, comme ça, si les choses empirent, je pourrai me faire à boire".

AFP
© AFP

"Je suis juste ici au cas où ce serait l'apocalypse", plaisante aussi Carlos Gonzalez, 35 ans. "J'imagine qu'ils ont trouvé un bon moyen de vendre beaucoup de choses".

Rixes pour du papier toilette en Australie

Une rixe pour du papier toilette dans un supermarché australien samedi a incité la police à appeler au calme à la suite des récentes violences déclenchées par des frénésie d'achats provoqués par le coronavirus dans le pays-continent. Une vidéo largement diffusée sur internet montre trois femmes dans l'allée d'une épicerie de Sydney se tirant les cheveux, criant et se battant pour un gros paquet de ce produit très recherché. L'une des femmes crie: "Je ne veux qu'un paquet!" alors que deux autres protègent un chariot rempli de plusieurs paquets de papier toilette. Deux membres du personnel sont intervenus pour mettre fin à la bagarre et la police a été appelée.

AFP
© AFP

"Ce n'est pas Mad Max. Nous n'avons pas besoin de faire ça", a déclaré un responsable de la police de Nouvelle-Galles du Sud à des journalistes, en référence à la série de films d'action post-apocalyptiques. La police a également été appelée dans un magasin de Sydney où un couteau a été dégainé lors d'une autre bagarre pour du papier toilette.

"SVP STOP! Le bon sens nous dirait que si certains individus n'achetaient pas un nombre excessif de rouleaux de papier toilette... il n'y aurait pas de problème", a tweeté samedi Brad Hazzard, ministre de la Santé de l'Etat Nouvelle-Galles du Sud, publiant une photo de rayons de magasin vides. Des chaînes de supermarchés ont commencé à rationner les ventes de papier toilette, assurant aux clients qu'il n'y avait pas de pénurie.

Deux jours après que la Californie a déclaré l'état d'urgence sur son territoire, les magasins de vente en gros visités par l'AFP vendredi n'arrivaient pas à répondre à la demande croissante de toute une série de produits de base. "C'est la pagaille, on fait le double du chiffre de d'habitude", dit Rene, qui travaille dans un supermarché Costco à Burbank. "Aujourd'hui, c'est incontrôlable. C'est pour ça que nous n'avons plus de papier toilette, presque plus d'eau, et plus de gel pour les mains".La Californie a jusqu'ici enregistré un décès, ce qui la place en deuxième position après l'Etat de Washington (11 morts pour l'instant). Malgré les appels des autorités à la retenue, des Californiens ont commencé à céder à la panique et à acheter en masse comme dans certaines régions d'Asie et ailleurs. "C'est la folie", a dit le directeur financier de Costco, Richard Galanti, à des analystes jeudi. Ce jour-là, la police du comté de San Bernardino, près de Los Angeles, a dû être appelée à la rescousse dans l'un des magasins de la chaîne après que des clients ont explosé de colère au vu du manque de stocks.Vendredi, les acheteurs chez Costco n'avaient droit qu'à deux packs d'eau, contre quatre la veille. Beaucoup ont tenté de passer outre mais se sont vu confisquer l'eau à la caisse, ce qui a provoqué des tensions.Un employé qui ramenait la masse de bouteilles confisquées sur les rayons était constamment arrêté par de nouveaux clients s'emparant de ce qu'ils pouvaient. "Avec la folie ici, on commence vraiment à réaliser", dit Lisa Garcia, 30 ans, qui reconnaît qu'elle est de plus en plus inquiète. "On pensait s'approvisionner en papier toilette et essuie-tout mais regardez ces rayons vides!", lance-t-elle.Dans un autre magasin Costco, des employés racontent comment des clients sont entrés presque en courant dès l'ouverture pour se jeter sur des produits. En milieu de journée, il ne restait plus que des bouteilles d'une onéreuse eau pétillante, au grand dam de plusieurs acheteurs.Certains essaient malgré tout de voir le bon côté des choses. "Je suis prudent", explique Andrew, qui travaille dans les secours et préfère ne pas donner son nom de famille. L'homme pousse un chariot chargé d'eau, d'essuie-tout, de citron vert et de soda au gingembre. "Je veux être sûr que nous ayons ce qui est essentiel - du tonic, du vin, comme ça, si les choses empirent, je pourrai me faire à boire"."Je suis juste ici au cas où ce serait l'apocalypse", plaisante aussi Carlos Gonzalez, 35 ans. "J'imagine qu'ils ont trouvé un bon moyen de vendre beaucoup de choses".