Voici les principaux enjeux.

A quoi le cessez-le-feu doit mettre fin?

L'affrontement meurtrier a pris racine fin avril dans le quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville sainte occupé depuis 1967, lorsque des milliers de Palestiniens ont manifesté pour soutenir des familles menacées d'expulsion au profit de colons israéliens.

Des heurts ont éclaté à Jérusalem, notamment sur l'emblématique esplanade des Mosquées entre des Palestiniens et les forces israéliennes, ainsi qu'en Cisjordanie occupée, faisant des centaines de blessés.

Le 10 mai, le Hamas tire par "solidarité" avec ce soulèvement des centaines de roquettes sur Israël, y compris vers Tel-Aviv et Jérusalem.

En représailles, l'armée israélienne enclenche une vaste opération de frappes aériennes et terrestres sur la bande de Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien depuis près de 15 ans. Les centaines de bombardements israéliens ont fait au moins 243 morts palestiniens, dont 66 enfants et des combattants, selon les autorités de santé du Hamas à Gaza. Plus de 1.900 Palestiniens ont été blessés, dont 560 enfants, selon ces sources. Et 1.447 habitations ont été touchées, selon le Hamas.

En Israël, les quelque 4.300 roquettes tirées en onze jours ont fait 12 morts --y compris un enfant, une adolescente et un soldat--, d'après la police. Selon le Magen David Adom, équivalent israélien de la Croix-Rouge, 357 Israéliens ont été blessés.

Qui a gagné?

Les deux parties ont été promptes à revendiquer la "victoire" dans cet affrontement, le quatrième entre le Hamas et Israël, après ceux de 2008, 2012 et 2014.

"C'est l'euphorie de la victoire", a lancé Khalil Al Hayya, numéro deux du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, devant des manifestants en liesse après l'annonce vendredi de la trêve négociée sous médiation égyptienne.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a lui qualifié de "succès exceptionnel" l'offensive menée par l'armée contre l'enclave palestinienne, évoquant l'élimination de "plus de 200 terroristes", dont "25 commandants du Hamas". "Le public ne sait pas tout et le Hamas non plus d'ailleurs mais l'ensemble de nos réalisations sera dévoilé avec le temps", a-t-il promis, après avoir martelé à la veille du cessez-le-feu que le Hamas avait été ramené "des années en arrière".

Pour Hugh Lovatt, analyste au Conseil européen pour les relations internationales, le Hamas --marginalisé par la communauté internationale-- a gagné une crédibilité "dans la défense des droits des Palestiniens, en particulier sur Jérusalem", a-t-il dit à l'AFP.

Israël fait lui valoir auprès de sa population "une réduction des capacités militaires du Hamas, censée apporter une nouvelle période de répit".

Mais selon M. Lovatt, le "grand gagnant" de cette confrontation est M. Netanyahu alors que celui-ci est menacé de devoir quitter le poste qu'il occupe depuis 2009 faute de réussir à mettre sur pied une coalition tenable, malgré quatre tentatives en deux ans.

Et maintenant?

La priorité de la communauté internationale est désormais d'apporter une réponse à la crise humanitaire qui menace la bande de Gaza, un territoire minuscule où vivent dans la pénurie 2 millions d'habitants. La reconstruction à long terme de Gaza et de ses infrastructures déjà précaires est également au centre des discussions.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a annoncé une enveloppe de 500 millions de dollars (environ 409 millions d'euros) pour participer à cet effort.

Le Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (CERF) a lui annoncé le passage de ses premiers convois d'aide humanitaire dès vendredi vers Gaza et le déblocage de quelque 15 millions d'euros d'aide d'urgence.

Concernant le blocus, appliqué après la prise de pouvoir du Hamas en 2007 dans la bande de Gaza, Fabrizio Carboni, directeur régional pour le Proche et le Moyen-Orient du Comité international de la Croix-Rouge estime que cette question "fera partie d'un règlement politique et d'une discussion plus larges".

Les Etats-Unis et l'Union européenne ne peuvent s'engager dans des discussions directes avec le Hamas, qu'ils ont désigné comme organisation "terroriste".

Voici les principaux enjeux.A quoi le cessez-le-feu doit mettre fin? L'affrontement meurtrier a pris racine fin avril dans le quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville sainte occupé depuis 1967, lorsque des milliers de Palestiniens ont manifesté pour soutenir des familles menacées d'expulsion au profit de colons israéliens.Des heurts ont éclaté à Jérusalem, notamment sur l'emblématique esplanade des Mosquées entre des Palestiniens et les forces israéliennes, ainsi qu'en Cisjordanie occupée, faisant des centaines de blessés.Le 10 mai, le Hamas tire par "solidarité" avec ce soulèvement des centaines de roquettes sur Israël, y compris vers Tel-Aviv et Jérusalem. En représailles, l'armée israélienne enclenche une vaste opération de frappes aériennes et terrestres sur la bande de Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien depuis près de 15 ans. Les centaines de bombardements israéliens ont fait au moins 243 morts palestiniens, dont 66 enfants et des combattants, selon les autorités de santé du Hamas à Gaza. Plus de 1.900 Palestiniens ont été blessés, dont 560 enfants, selon ces sources. Et 1.447 habitations ont été touchées, selon le Hamas. En Israël, les quelque 4.300 roquettes tirées en onze jours ont fait 12 morts --y compris un enfant, une adolescente et un soldat--, d'après la police. Selon le Magen David Adom, équivalent israélien de la Croix-Rouge, 357 Israéliens ont été blessés.Qui a gagné?Les deux parties ont été promptes à revendiquer la "victoire" dans cet affrontement, le quatrième entre le Hamas et Israël, après ceux de 2008, 2012 et 2014."C'est l'euphorie de la victoire", a lancé Khalil Al Hayya, numéro deux du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, devant des manifestants en liesse après l'annonce vendredi de la trêve négociée sous médiation égyptienne. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a lui qualifié de "succès exceptionnel" l'offensive menée par l'armée contre l'enclave palestinienne, évoquant l'élimination de "plus de 200 terroristes", dont "25 commandants du Hamas". "Le public ne sait pas tout et le Hamas non plus d'ailleurs mais l'ensemble de nos réalisations sera dévoilé avec le temps", a-t-il promis, après avoir martelé à la veille du cessez-le-feu que le Hamas avait été ramené "des années en arrière".Pour Hugh Lovatt, analyste au Conseil européen pour les relations internationales, le Hamas --marginalisé par la communauté internationale-- a gagné une crédibilité "dans la défense des droits des Palestiniens, en particulier sur Jérusalem", a-t-il dit à l'AFP. Israël fait lui valoir auprès de sa population "une réduction des capacités militaires du Hamas, censée apporter une nouvelle période de répit".Mais selon M. Lovatt, le "grand gagnant" de cette confrontation est M. Netanyahu alors que celui-ci est menacé de devoir quitter le poste qu'il occupe depuis 2009 faute de réussir à mettre sur pied une coalition tenable, malgré quatre tentatives en deux ans.Et maintenant?La priorité de la communauté internationale est désormais d'apporter une réponse à la crise humanitaire qui menace la bande de Gaza, un territoire minuscule où vivent dans la pénurie 2 millions d'habitants. La reconstruction à long terme de Gaza et de ses infrastructures déjà précaires est également au centre des discussions. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a annoncé une enveloppe de 500 millions de dollars (environ 409 millions d'euros) pour participer à cet effort. Le Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (CERF) a lui annoncé le passage de ses premiers convois d'aide humanitaire dès vendredi vers Gaza et le déblocage de quelque 15 millions d'euros d'aide d'urgence. Concernant le blocus, appliqué après la prise de pouvoir du Hamas en 2007 dans la bande de Gaza, Fabrizio Carboni, directeur régional pour le Proche et le Moyen-Orient du Comité international de la Croix-Rouge estime que cette question "fera partie d'un règlement politique et d'une discussion plus larges".Les Etats-Unis et l'Union européenne ne peuvent s'engager dans des discussions directes avec le Hamas, qu'ils ont désigné comme organisation "terroriste".