Cette découverte, près de l'ancien pensionnat St Eugene à Cranbrook, en Colombie-Britannique, province la plus à l'ouest du Canada, annoncée dans un communiqué par la communauté autochtone de Lower Kootenay, fait suite à la détection de 751 tombes la semaine dernière à Marieval, en Saskatchewan (ouest), et des restes de 215 écoliers à Kamloops en Colombie-Britannique fin mai.

La communauté de Lower Kootenay dit avoir mené les recherches en 2020 et localisé ces tombes à l'aide de géo-radars, près de cet ancien pensionnat géré entre 1912 et les années 1970 par l'Eglise catholique, au nom de l'Etat canadien.

"Certains des restes ont été enterrés dans des tombes à environ 3 à 4 pieds de profondeur", soit 90 à 120 centimètres, a précisé la communauté autochtone Lower Kootenay, de la Première nation Ktunaxa.

"Tous les enfants autochtones âgés de 7 à 15 ans devaient, selon la loi, aller dans des pensionnats autochtones où nombre d'entre eux ont reçu des traitements cruels et parfois mortels", détaille le communiqué.

Cette nouvelle découverte vient raviver le traumatisme vécu par quelque 150.000 enfants amérindiens, métis et inuits, coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture, et enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays.

Nombre d'entre eux ont été soumis à des mauvais traitements ou à des abus sexuels, et plus de 4.000 y ont trouvé la mort, selon une commission d'enquête qui avait conclu à un véritable "génocide culturel" de la part du Canada.

Cette découverte, près de l'ancien pensionnat St Eugene à Cranbrook, en Colombie-Britannique, province la plus à l'ouest du Canada, annoncée dans un communiqué par la communauté autochtone de Lower Kootenay, fait suite à la détection de 751 tombes la semaine dernière à Marieval, en Saskatchewan (ouest), et des restes de 215 écoliers à Kamloops en Colombie-Britannique fin mai.La communauté de Lower Kootenay dit avoir mené les recherches en 2020 et localisé ces tombes à l'aide de géo-radars, près de cet ancien pensionnat géré entre 1912 et les années 1970 par l'Eglise catholique, au nom de l'Etat canadien."Certains des restes ont été enterrés dans des tombes à environ 3 à 4 pieds de profondeur", soit 90 à 120 centimètres, a précisé la communauté autochtone Lower Kootenay, de la Première nation Ktunaxa."Tous les enfants autochtones âgés de 7 à 15 ans devaient, selon la loi, aller dans des pensionnats autochtones où nombre d'entre eux ont reçu des traitements cruels et parfois mortels", détaille le communiqué.Cette nouvelle découverte vient raviver le traumatisme vécu par quelque 150.000 enfants amérindiens, métis et inuits, coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture, et enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays.Nombre d'entre eux ont été soumis à des mauvais traitements ou à des abus sexuels, et plus de 4.000 y ont trouvé la mort, selon une commission d'enquête qui avait conclu à un véritable "génocide culturel" de la part du Canada.