"C'est celui qui le dit qui l'est", a lâché, en souriant, M. Poutine selon des propos retransmis à la télévision russe. "Ce n'est pas juste une expression enfantine, une blague. Le sens est profond, et psychologique. Nous voyons toujours en l'autre nos propres caractéristiques", a-t-il estimé.

M. Poutine, qui a aussi dit souhaiter "une bonne santé, sans ironie aucune" au président Biden, a ensuite réaffirmé que Moscou ne se laisserait pas intimider par Washington, un leitmotiv de sa diplomatie. "Nous défendrons nos propres intérêts et nous travaillerons avec (les Américains) aux conditions qui nous seront avantageuses", a-t-il ajouté.

Il s'exprimait lors d'une vidéo-conférence avec des représentants de la société civile de Crimée, péninsule ukrainienne que la Russie a annexée en 2014, point de départ de relations russo-occidentales toujours plus conflictuelles.

"C'est celui qui le dit qui l'est", a lâché, en souriant, M. Poutine selon des propos retransmis à la télévision russe. "Ce n'est pas juste une expression enfantine, une blague. Le sens est profond, et psychologique. Nous voyons toujours en l'autre nos propres caractéristiques", a-t-il estimé.M. Poutine, qui a aussi dit souhaiter "une bonne santé, sans ironie aucune" au président Biden, a ensuite réaffirmé que Moscou ne se laisserait pas intimider par Washington, un leitmotiv de sa diplomatie. "Nous défendrons nos propres intérêts et nous travaillerons avec (les Américains) aux conditions qui nous seront avantageuses", a-t-il ajouté.Il s'exprimait lors d'une vidéo-conférence avec des représentants de la société civile de Crimée, péninsule ukrainienne que la Russie a annexée en 2014, point de départ de relations russo-occidentales toujours plus conflictuelles.