Un rapport des renseignements américains, publié par sa responsable Avril Haines, indique que la menace principale pour la démocratie américaine vient de l'intérieur. Le document revient également largement sur l'influence de la Russie. Il constate notamment que Moscou a cherché à injecter des informations trompeuses sur Joe Biden dans la campagne présidentielle par l'intermédiaire de fonctionnaires et d'autres proches de Donald Trump.
...

Un rapport des renseignements américains, publié par sa responsable Avril Haines, indique que la menace principale pour la démocratie américaine vient de l'intérieur. Le document revient également largement sur l'influence de la Russie. Il constate notamment que Moscou a cherché à injecter des informations trompeuses sur Joe Biden dans la campagne présidentielle par l'intermédiaire de fonctionnaires et d'autres proches de Donald Trump.Les experts du renseignement ont en outre confirmé que, pour la deuxième élection consécutive, les acolytes de l'ancien président ont utilisé à plusieurs reprises, sciemment ou non, des informations erronées produites par les espions russes pour tenter de remporter l'élection, précise CNN.La dernière évaluation du renseignement n'est pas seulement un exemple isolé de preuves à charge contre la Russie et de ses efforts pour créer le chaos aux États-Unis. Concernant la "collusion" présumée entre les pro-Trump et la Russie, il existe maintenant de multiples rapports et évaluations du renseignement, avec pour but final le dénigrement du système démocratique américain. Le renseignement américain est aussi en train de mener un examen de différents autres faits dont les Etats-Unis ont déjà ouvertement soupçonné à la Russie, dont une récente cyberattaque géante et le versement de primes à des talibans pour qu'ils tuent des soldats américains en Afghanistan.Pour résumer, les ingérences électorales de la Russie dans les élections américaines, déjà évoquées en 2016, se seraient reproduites en 2020. Lors d'un entretien télévisé, l'actuel président n'y est pas allé de main morte envers Vladimir lors d'un entretien télévisé. Interrogé par un journaliste de la chaine ABC qui lui demande s'il estime que le président de la Russie "est un tueur", Joe Biden a acquiescé: "Oui, je le pense". "Vous verrez bientôt le prix qu'il va payer", a-t-il ajouté. Contrairement à Donald Trump, le président démocrate affiche une grande fermeté à l'égard de son homologue russe. "Nous avons eu une longue conversation. Je lui ai dit: Je vous connais et vous me connaissez, si j'en viens à la conclusion que vous avez fait cela, soyez prêt" pour les conséquences, a-t-il rapporté, sans préciser s'il faisait là allusion aux ingérences citées dans le rapport des renseignements américains ou à d'autres faits, comme l'empoisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny puis son incarcération.La réaction de la Russie ne s'est pas fait attendre. "C'est de l'hystérie due à de l'impuissance. Poutine est notre président et une attaque contre lui, c'est une attaque contre notre pays", a écrit sur son compte Telegram Viatcheslav Volodine, le président de la chambre basse du Parlement et proche du président russe. "Avec ses déclarations, Biden a insulté les citoyens de notre pays", a ajouté celui qui fut le numéro 2 l'administration présidentielle russe entre 2011 et 2016.La Russie a aussi dénoncé les accusations d'ingérence électorales. Ce rapport est incorrect, tout à fait sans fondement et sans preuves", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "La Russie ne s'est pas ingérée dans les élections précédentes" de 2016 ayant abouti à la victoire de Donald Trump "et elle ne s'est pas ingérée dans les élections de 2020" remportées par Joe Biden, a-t-il assuré. Selon lui, ce rapport est un "prétexte pour remettre à l'ordre du jour la question de nouvelles sanctions" contre la Russie.Le renseignement américain est aussi en train de mener un examen de différents autres faits dont les Etats-Unis ont déjà ouvertement soupçonné à la Russie, dont une récente cyberattaque géante et le versement de primes à des talibans pour qu'ils tuent des soldats américains en Afghanistan.