Bien que le mouvement "Black Lives Matter" ait annulé une manifestation prévue samedi après-midi à Londres, plusieurs centaines de militants antiracisme se sont rassemblées à Hyde Park avant de se diriger vers le centre-ville, selon l'AFP. La police britannique les a alors priés de se disperser pour éviter les risques d'affrontements avec des militants d'extrême droite.

L'association contre le racisme "Hope Not hate" avait prévenu que plusieurs groupes de supporters de clubs de football comptaient participer, ainsi que des membres de mouvements d'extrême droite comme Britain First.

Des affrontements ont tout de même éclaté dans l'après-midi entre la police et des manifestants liés à l'extrême droite affirmant vouloir "protéger" des monuments d'actes de vandalisme de la part de militants antiracisme.

Reuters
© Reuters

Suite à de violents affrontements à Trafalgar Square, les manifestants de "Black Lives Matter" et certains contre-manifestants ont traversé la Tamise en direction de la gare de Waterloo, raconte le Daily Mail. Lors de ces affrontements, l'un des manifestants d'extrême droite a été durement frappé par certains manifestants, avant que d'autres n'interviennent pour le protéger et le sortir de la foule. Parmi ces bons samaritains, Patrick Hutchinson portera l'homme blessé sur son épaule. Décrivant la scène qui a donné lieu à cette image, il a déclaré à la BBC que ça se serait mal terminé sans leur intervention.

Patrick Hutchinson a raconté qu'il était avec ses amis lorsque l'un d'entre eux a vu une altercation en haut des escaliers du Southbank Centre, près de la gare de Waterloo. "Le type s'est retrouvé par terre et ces types [faisant signe à ses amis] se sont précipités pour l'empêcher de se faire piétiner", a déclaré Patrick Hutchinson, coach sportif.

"Ce faisant, ils ont créé une barrière autour de lui, et j'ai été le dernier à entrer. Je l'ai pris comme un sac et je l'ai fait sortir avec les gars autour de moi, me protégeant et protégeant ce type de toute autre punition".

"Je n'ai pensé à rien, j'ai juste vu un être humain sur le sol. Cela ne se serait pas bien terminé si nous n'étions pas intervenus"

Selon lui, certaines personnes essayaient toujours de frapper l'homme blessé alors qu'ils quittaient les lieux. "Je n'ai pensé à rien, j'ai juste vu un être humain sur le sol. Cela ne se serait pas bien terminé si nous n'étions pas intervenus", a déclaré Patrick Hutchinson. "Je n'avais rien d'autre en tête que de le mettre à l'abri." Il a ajouté : "Nous avons fait ce que nous devions faire. Nous avons empêché que quelqu'un soit tué".

"Nous avons fait ce que nous devions faire. Nous avons empêché que quelqu'un soit tué".

null, Reuters
null © Reuters

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes du monde après le décès de l'Afro-Américain George Floyd. Dans une interview à Chanel 4 News, Patrick Hutchinson a déclaré que George Floyd "serait vivant aujourd'hui" si les autres policiers étaient intervenus - comme lui et ses amis l'ont fait samedi.

Pierre Noah était l'un de ceux qui ont aidé Patrick Hutchinson lors de l'affrontement entre les manifestants. Il a déclaré à la BBC : "Je suis en train de sauver deux vies là. Je sauve l'homme qui est sur le point d'être piétiné et frappé. Et je sauve ces jeunes garçons qui le frappent en leur évitant une condamnation à vie."

"Je suis en train de sauver deux vies là. Je sauve l'homme qui est sur le point d'être piétiné et frappé. Et je sauve ces jeunes garçons qui le frappent en leur évitant une condamnation à vie."

Bien que le mouvement "Black Lives Matter" ait annulé une manifestation prévue samedi après-midi à Londres, plusieurs centaines de militants antiracisme se sont rassemblées à Hyde Park avant de se diriger vers le centre-ville, selon l'AFP. La police britannique les a alors priés de se disperser pour éviter les risques d'affrontements avec des militants d'extrême droite.L'association contre le racisme "Hope Not hate" avait prévenu que plusieurs groupes de supporters de clubs de football comptaient participer, ainsi que des membres de mouvements d'extrême droite comme Britain First. Des affrontements ont tout de même éclaté dans l'après-midi entre la police et des manifestants liés à l'extrême droite affirmant vouloir "protéger" des monuments d'actes de vandalisme de la part de militants antiracisme.Suite à de violents affrontements à Trafalgar Square, les manifestants de "Black Lives Matter" et certains contre-manifestants ont traversé la Tamise en direction de la gare de Waterloo, raconte le Daily Mail. Lors de ces affrontements, l'un des manifestants d'extrême droite a été durement frappé par certains manifestants, avant que d'autres n'interviennent pour le protéger et le sortir de la foule. Parmi ces bons samaritains, Patrick Hutchinson portera l'homme blessé sur son épaule. Décrivant la scène qui a donné lieu à cette image, il a déclaré à la BBC que ça se serait mal terminé sans leur intervention.Patrick Hutchinson a raconté qu'il était avec ses amis lorsque l'un d'entre eux a vu une altercation en haut des escaliers du Southbank Centre, près de la gare de Waterloo. "Le type s'est retrouvé par terre et ces types [faisant signe à ses amis] se sont précipités pour l'empêcher de se faire piétiner", a déclaré Patrick Hutchinson, coach sportif."Ce faisant, ils ont créé une barrière autour de lui, et j'ai été le dernier à entrer. Je l'ai pris comme un sac et je l'ai fait sortir avec les gars autour de moi, me protégeant et protégeant ce type de toute autre punition".Selon lui, certaines personnes essayaient toujours de frapper l'homme blessé alors qu'ils quittaient les lieux. "Je n'ai pensé à rien, j'ai juste vu un être humain sur le sol. Cela ne se serait pas bien terminé si nous n'étions pas intervenus", a déclaré Patrick Hutchinson. "Je n'avais rien d'autre en tête que de le mettre à l'abri." Il a ajouté : "Nous avons fait ce que nous devions faire. Nous avons empêché que quelqu'un soit tué".Des milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes du monde après le décès de l'Afro-Américain George Floyd. Dans une interview à Chanel 4 News, Patrick Hutchinson a déclaré que George Floyd "serait vivant aujourd'hui" si les autres policiers étaient intervenus - comme lui et ses amis l'ont fait samedi.Pierre Noah était l'un de ceux qui ont aidé Patrick Hutchinson lors de l'affrontement entre les manifestants. Il a déclaré à la BBC : "Je suis en train de sauver deux vies là. Je sauve l'homme qui est sur le point d'être piétiné et frappé. Et je sauve ces jeunes garçons qui le frappent en leur évitant une condamnation à vie."