Les opérations de recherche étaient toujours en cours lundi, même si les chances de retrouver les chercheurs sont minimes, a indiqué à l'AFP la porte-parole de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), Yvonne Niego. "Il est très probable qu'ils aient coulés. Tous les signes mènent à croire qu'ils sont tombés sous la glace", a-t-elle déclaré, notant qu'au quel cas, l'environnement polaire rendrait impossible la récupération des dépouilles. Les deux Hollandais, Marc Cornelissen et Philip de Roo, menaient des recherches sur l'épaisseur des glaces depuis près d'un mois au nord du cercle Arctique. Leur mission devait durer deux mois. Ils ont disparu depuis le 29 avril, lorsqu'un message de détresse a été reçu par leur équipe aux Pays-Bas. Un avion a immédiatement été dépêché depuis Resolute Bay, dans l'archipel canadien (au nord du territoire inuit du Nunavut), mais ne pouvant se poser sur zone, et à la seule vue des équipements au sol, les secours ont alors décidé d'appeler la GRC, a raconté sa porte-parole.

Les opérations de recherche étaient toujours en cours lundi, même si les chances de retrouver les chercheurs sont minimes, a indiqué à l'AFP la porte-parole de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), Yvonne Niego. "Il est très probable qu'ils aient coulés. Tous les signes mènent à croire qu'ils sont tombés sous la glace", a-t-elle déclaré, notant qu'au quel cas, l'environnement polaire rendrait impossible la récupération des dépouilles. Les deux Hollandais, Marc Cornelissen et Philip de Roo, menaient des recherches sur l'épaisseur des glaces depuis près d'un mois au nord du cercle Arctique. Leur mission devait durer deux mois. Ils ont disparu depuis le 29 avril, lorsqu'un message de détresse a été reçu par leur équipe aux Pays-Bas. Un avion a immédiatement été dépêché depuis Resolute Bay, dans l'archipel canadien (au nord du territoire inuit du Nunavut), mais ne pouvant se poser sur zone, et à la seule vue des équipements au sol, les secours ont alors décidé d'appeler la GRC, a raconté sa porte-parole.