Le FBI, l'agence fédérale de police et de renseignement des États-Unis, passe à côté d'éléments essentiels de la vie de Sirajuddin Haqqani. Pour son âge, l'agence applique une marge de 7 ans. Il a probablement 48 ans, mais peut-être seulement 41, et est né entre 1973 et 1980. La photo diffusée par le FBI est vague et accompagnée de croquis. Sirajuddin est né soit en Afghanistan, soit au Pakistan. Il a grandi au Nord-Waziristan, au Pakistan. Son père était pachtoune, sa mère est arabe.
...

Le FBI, l'agence fédérale de police et de renseignement des États-Unis, passe à côté d'éléments essentiels de la vie de Sirajuddin Haqqani. Pour son âge, l'agence applique une marge de 7 ans. Il a probablement 48 ans, mais peut-être seulement 41, et est né entre 1973 et 1980. La photo diffusée par le FBI est vague et accompagnée de croquis. Sirajuddin est né soit en Afghanistan, soit au Pakistan. Il a grandi au Nord-Waziristan, au Pakistan. Son père était pachtoune, sa mère est arabe.Depuis de nombreuses années, Haqqani est le chef du réseau Haqqani, un groupe autonome au sein des talibans qui, contrairement à l'ensemble des talibans, a été qualifié de "terroriste" par les États-Unis. Le groupe fournit des combattants en Afghanistan et gère des écoles coraniques du côté pakistanais de la frontière. Ces dernières années, Sirajuddin Haqqani a été le cerveau d'une série d'attentats suicides qui ont frappé Kaboul, d'assassinats politiques ciblés et d'enlèvements d'étrangers, de préférence d'Américains, pour qui ils peuvent exiger une rançon.Actuellement, le réseau détient encore au moins un Américain enlevé, probablement du côté pakistanais. Ce dernier, Mark Frerichs (un contractuel de 57 ans), a été enlevé à Kaboul en janvier 2020, après que les talibans avaient libéré leurs deux derniers otages américains lors de négociations de paix avec l'administration Trump. En échange, trois hauts responsables du réseau Haqqani ont été libérés. Le réseau Haqqani, rapporte The NewYorker, avait besoin d'un autre enlèvement pour servir de monnaie d'échange dans les négociations. Au désespoir de la famille Frerichs, le nouvel enlèvement ne faisait pas partie des négociations. L'Américain demeure détenu jusqu'à nouvel ordre.Attentats Le FBI considère Sirajuddin Haqqani comme responsable ("veut l'interroger à ce sujet") de l'attentat contre un hôtel de Kaboul en janvier 2008, où six personnes ont été tuées, dont un Américain. Haqqani a d'ailleurs revendiqué la responsabilité de cet attentat. Il est également soupçonné d'avoir planifié l'attentat manqué contre le président afghan de l'époque, Hamid Karzai, en 2008. Il est soupçonné d'être responsable d'une attaque contre l'ambassade américaine à Kaboul et contre une base de l'OTAN le 12 septembre 2011 (huit morts). Il est également accusé de deux attentats contre l'ambassade d'Inde à Kaboul. Dans l'une des attaques attribuées au réseau, une école a également subi des dommages collatéraux. Plusieurs élèves sont morts.Il était tellement dans le collimateur pendant la période des attentats que les États-Unis du président Obama ont organisé une attaque de drone contre lui en 2010. Cependant, celle-ci a manqué la cible. En 2013, l'adjoint de Haqqani a été tué par un drone.En août dernier, Haqqani était un chef militaire de premier plan, peut-être le plus important, dans l'offensive qui a conduit à la victoire rapide des talibans. Par la suite, il est devenu responsable, entre autres, du maintien de l'ordre à Kaboul."Un atout de la CIA"Sirajuddin Haqqani est le fils et le successeur du fondateur du réseau Haqqani, Jalaluddin Haqqani, décédé en 2018. Haqqani père est parti en guerre contre les Soviétiques en Afghanistan avec l'approbation et le soutien de l'administration Reagan aux États-Unis et de l'agence de renseignement militaire pakistanaise ISI. La CIA le qualifiait d'"atout de grande valeur". Dans les années 1980, Haqqani père a pris Oussama ben Laden sous son aile. Le jeune Ben Laden a acquis une expérience de la guerre au sein du réseau, comme de nombreux combattants étrangers. Lorsque les troupes américaines ont retrouvé le chef d'Al-Qaida à Tora Bora fin 2001, Ben Laden a été mis en sécurité par le réseau Haqqani. Selon les agences de renseignement, les liens du réseau avec Al-Qaïda sont toujours intenses.Le père Haqqani est mort dans son lit après une longue maladie, ont souligné les talibans, dans le but de faire taire les rumeurs selon lesquelles sa mort avait été moins paisible. Quoi qu'il en soit, Jalaluddin avait été relégué au second plan et remplacé comme leader par Sirajuddin.Le fils Haqqani est censé représenter l'aile la plus radicale et la plus dure des talibans, même si depuis quelque temps, il tente d'adopter un ton plus modéré. En février 2020, il a écrit un article d'opinion pour le New York Times où il écrit: "Je suis convaincu qu'une fois libérés de la domination et de l'ingérence étrangères, nous trouverons ensemble le moyen de construire un système islamique où tous les Afghans ont des droits égaux, où les droits que l'Islam accorde aux femmes - du droit à l'enseignement au droit au travail - sont protégés, et où le mérite forme la base pour l'égalité des chances".Est-il effectivement devenu aussi modéré qu'il prétendait l'être en 2020, un mois après l'enlèvement de Mark Frerichs ? De nombreux Afghans, y compris ceux qui ont manifesté mardi, craignent que non. En tant que ministre de l'intérieur, Haqqani est chargé de la gestion des manifestations, et de la manière dont sont traitées les femmes (le ministère de la condition féminine a été dissous et aucune femme n'a été incluse dans le cabinet, ni aucun non-taliban).En 2010, il semblait encore représenter la ligne d'Al-Qaida. Il défendait les décapitations et les attentats-suicides contre l'Occident. À l'époque, il avait appelé les musulmans occidentaux à "s'intégrer, se raser, porter des vêtements occidentaux" en prévision d'actes de résistance : "Soyez patients".La main du Pakistan ?Sur le sous-continent, et certainement en Inde, la désignation de Haqqani est considérée comme une victoire pour le Pakistan. Le réseau Haqqani reste très étroitement lié au service de renseignement militaire pakistanais, l'ISI, et l'arrivée de Haqqani susciterait, selon les médias indiens qui s'appuient sur des sources du renseignement indien, du ressentiment parmi les autres branches des talibans, en particulier auprès du mollah Abdul Baradar (explique India Today). Baradar était le négociateur en chef lors des pourparlers avec les États-Unis et était considéré comme le visage modéré des talibans. Il avait pensé devenir Premier ministre, toujours selon India Today, mais il est maintenant nommé vice-premier ministre dans le gouvernement provisoire.La presse indienne n'est pas la seule à voir les choses sous cet angle. Le jour où Sirajuddin Haqqani est devenu ministre de l'Intérieur, des femmes afghanes ont manifesté devant l'ambassade du Pakistan à Kaboul. Elles criaient des slogans et porté des bannières et des pancartes contre l'ISI, et pour les droits des femmes.