Derek Chauvin s'est battu avec un homme avant de tirer deux coups de feu, le blessant grièvement. Il a été réprimandé pour avoir utilisé un langage désobligeant et un ton dégradant envers des civils. Il a été cité dans un procès pour brutalité. Mais il n'a reçu aucune mesure disciplinaire autre que deux lettres de blâme, rapporte le New York Times.
...

Derek Chauvin s'est battu avec un homme avant de tirer deux coups de feu, le blessant grièvement. Il a été réprimandé pour avoir utilisé un langage désobligeant et un ton dégradant envers des civils. Il a été cité dans un procès pour brutalité. Mais il n'a reçu aucune mesure disciplinaire autre que deux lettres de blâme, rapporte le New York Times. Ce n'est que lorsque Derek Chauvin, 44 ans, a été vu dans une vidéo avec son genou gauche coincé dans le cou d'un homme noir, Georges Floyd, couché pendant près de neuf minutes et se plaignant de ne plus pouvoir respirer, que l'officier blanc, a été suspendu, licencié puis accusé de meurtre et incarcéré.Le cas de ce policier n'a rien d'exceptionnel outre-Atlantique. La manière dont les policiers sont réprimandés pour leurs fautes dans le pays n'a jamais été revue pour le pouvoir fédéral et très peu d'agents sont ainsi sanctionnés ou licenciés lorsqu'ils commettent des fautes graves. Même si l'indignation s'est accrue dans l'opinion publique à propos des décès aux mains de la police ces dernières années, il reste très difficile aux États-Unis de tenir les agents pour responsables. C'est dû en partie au poids politique des syndicats de police, à la réticence des enquêteurs, des procureurs et des jurys à remettre en question la décision d'un policier et de la grande latitude que la loi offre aux policiers pour utiliser la force.Les services de police eux-mêmes ont souvent résisté à la révision civile ou ont traîné les pieds lorsqu'il s'est agi de revoir les sanctions disciplinaires. Même si les chefs de police orientés vers le changement dans des villes comme Baltimore et Philadelphie - qui, ces dernières années, ont été le théâtre de décès très médiatisés d'hommes noirs par des officiers blancs - se sont battus pour punir ou écarter les mauvais acteurs.De plus, ce défi majeur aux États-Unis a renforcé les divisions raciales, les forces de police, en grande partie blanches, étant accusées de partialité et de brutalité à l'égard des communautés noires, latinos et autres minorités. Chaque mort déclenchant une vague de protestations. À Minneapolis, les autorités ont rapidement pris des mesures contre Derek Chauvin et trois autres officiers impliqués dans la mort de Georges Floyd, les licenciant un jour après la diffusion d'une vidéo montrant la scène. Mais cela ne signifie pas que les officiers sont partis pour de bon, car les fonctionnaires peuvent faire appel de leur licenciement et les officiers gagnent souvent, rappelle le New York Times. Dave Bicking, membre du conseil d'administration de "Communities United Against Police Brutality", a déclaré que de nombreuses mesures disciplinaires sont annulées parce qu'elles sont comparées à des cas précédents, ce qui rend difficile pour les services de renverser un passé de clémence envers les policiers ou de répondre à l'évolution des attentes de la communauté.Dave Bicking a décrit une histoire de tentatives de nettoyage des forces de police de Minneapolis, qui sont majoritairement blanches et qui, depuis des décennies, sont accusées de recours excessif à la force, en particulier par les résidents afro-américains.À Minneapolis, une ville réputée pour sa politique progressiste, ses jolis parcs et ses emplois solides, le fossé racial est profond. De l'éducation aux salaires, les Afro-Américains sont désavantagés : ils sont moins nombreux à décrocher leur diplôme et gagnent environ un tiers de moins que les résidents blancs.Et alors que les résidents noirs représentent environ 20 % de la population de la ville, les données du département de police montrent qu'ils sont plus susceptibles d'être arrêtés, interpellés et victimes d'un recours à la force que les résidents blancs. Et les Noirs représentent plus de 60 % des victimes des fusillades de la police de Minneapolis entre fin 2009 et mai 2019, selon les données.Durant cette période, lorsqu'il y avait une commission d'examen pour traiter les plaintes, elle recommandait des mesures disciplinaires, mais le chef de la police de l'époque refusait souvent de les imposer, explique Dave Bicking, qui faisait partie de la commission. Dans tout le pays, les commissions d'examen civiles ont été notoirement laxistes, recueillant les plaintes, mais ne pouvant faire appliquer aucune recommandation.En 2012, le conseil civil de Minneapolis a été remplacé par une agence appelée Office of Police Conduct Review. Depuis lors, plus de 2 600 plaintes ont été déposées, mais seulement 12 ont abouti à des sanctions disciplinaires à l'encontre d'un officier, a déclaré Bicking. La censure la plus sévère a été une suspension de 40 heures.Maria Haberfeld, experte en discipline policière au John Jay College of Criminal Justice de New York, a déclaré que le nombre de plaintes déposées à l'encontre de Derek Chauvin s'élevait en moyenne à moins d'une par an, ce qui n'est pas inhabituel pour un policier de rue, et probablement pas assez élevé pour déclencher un système d'alerte précoce.Mais le nombre exact de plaintes déposées à l'encontre de Derek Chauvin ne semble pas simple à déterminer. Alors que la ville présente un dossier comportant 17 plaintes à son encontre, le dossier de la police ne comporte quant à lui qui 12 plaintes. Tandis que celui du conseil "Communities United Against Police Brutality" possédait d'autres numéros de plaintes qui ne figuraient ni dans le dossier de la ville ni dans celui du commissariat. La nature des plaintes n'a pas été divulguée.Derek Chauvin est l'un des quatre policiers qui sont intervenus le jour de la mort de George Floyd. Les autres agents, identifiés par les autorités comme étant Thomas Lane, Tou Thao et J. Alexander Kueng, ont également été licenciés et font toujours l'objet d'une enquête. Ni M. Lane ni M. Kueng n'ont fait l'objet de plaintes pour faute professionnelle, selon le département. Mais M. Thao en a eu six durant sa carrière et a également fait l'objet d'un procès. Lui et un autre officier ont frappé à coups de poing, de pied et de genou un Afro-Américain, laissant l'homme avec des dents cassées et des contusions.Selon le procès, l'incident s'est produit au début du mois d'octobre 2014, alors que l'homme, Lamar Ferguson, alors âgé de 26 ans, rentrait chez lui à pied avec sa petite amie. Une voiture de police s'est approchée et la petite amie a continué à marcher.Le procès indique que M. Thao a demandé à Lamar Ferguson de mettre ses mains sur le toit de la voiture et l'a ensuite menotté. La plainte indique que l'autre officier a alors "faussement déclaré qu'il y avait un mandat d'arrêt" pour l'arrestation de M. Ferguson concernant un incident impliquant des membres de sa famille. M. Ferguson a déclaré aux agents qu'il n'avait aucune information à leur communiquer.Au cours de la rencontre, "l'officier Thao a ensuite jeté à terre" M. Ferguson, "menotté et a commencé à le frapper".Patrick R. Burns, un des avocats qui a représenté M. Ferguson, a déclaré dans une interview vendredi que la ville avait réglé l'affaire pour 25 000 dollars. "Ce que j'ai appris de cette affaire et de plusieurs autres que j'ai traitées contre des policiers, c'est que certains des agents pensent qu'ils n'ont pas à respecter leurs propres lois", a-t-il déclaré.Le chef du syndicat de la police, le lieutenant Bob Kroll, fait lui-même l'objet d'au moins 29 plaintes. Trois d'entre elles ont abouti à des mesures disciplinaires, a rapporté The Star Tribune en 2015. M. Kroll a été accusé de recours excessif à la force et d'insultes à caractère racial, dans une affaire qui a été rejetée, et a été cité dans un procès pour discrimination raciale intenté en 2007 par plusieurs officiers, dont l'homme qui est aujourd'hui chef de la police de Minneapolis. Teresa Nelson, directrice juridique de "l'American Civil Liberties Union" du Minnesota, a déclaré que les tentatives des dirigeants de la police de la ville de réformer la culture du département ont été sapées par M. Kroll, qui, selon elle, minimise les plaintes et s'efforce de réintégrer les agents qui sont licenciés, quelle qu'en soit la raison.Elle a déclaré que lors d'une réunion en 2015, après une fusillade policière fatale, M. Kroll lui a dit qu'il considérait les plaintes à l'encontre de ses agents comme des fautes au basket-ball. Il m'a dit : "Si vous n'avez pas de fautes, vous ne travaillez pas assez dur", a-t-elle dit.Changer les politiques et la culture d'un ministère peut prendre des années, même si la volonté est là.En 2009, le département de Minneapolis a mis en place un système d'intervention précoce pour suivre les signaux d'alerte sur certains comportements de policiers. Ces systèmes sont censés identifier les "problèmes potentiels de personnel".Dans une affaire similaire au décès de M. Floyd, David Cornelius Smith, un homme noir atteint de maladie mentale, est mort en 2010 après que deux officiers qui essayaient de le maîtriser l'aient maintenu en position couchée pendant près de quatre minutes. Le chef de l'époque a défendu les officiers, et ils n'ont jamais été sanctionnés, a déclaré Robert Bennett, un avocat qui représentait la famille de M. Smith.En 2013, la chef de police de l'époque, Janeé Harteau, a demandé au ministère de la Justice de revoir le système d'alerte du ministère. Un rapport fédéral a constaté qu'il avait des "défis systémiques" et a mis en doute sa capacité à "créer un changement de comportement durable".Les systèmes d'alerte précoce sont considérés comme un élément clé pour redresser les ministères en difficulté, selon les criminologues. Mme Harteau, qui a quitté son poste de direction à la suite d'une fusillade policière mortelle en 2017, a déclaré avoir pris de nombreuses mesures pour réformer le département, notamment en formant les agents sur les préjugés et en rendant obligatoire l'utilisation de caméras corporelles. Mais le syndicat de la police, dit-elle, l'a combattue à chaque fois.En 2016, le département a mis à jour sa politique d'utilisation de la force pour obliger les officiers à intervenir s'ils voient leurs collègues faire un usage excessif de la force.Il n'est pas clair si un système d'alerte précoce amélioré aurait permis de repérer Derek Chauvin, qui a également été impliqué dans au moins trois fusillades dans sa carrière, ou les autres officiers impliqués dans la mort de George Floyd.Selon Mme Haberfeld, les services de police ne changeront pas tant qu'ils n'investiront pas beaucoup plus dans le recrutement et la formation, domaines dans lesquels les États-Unis sont loin derrière les autres démocraties.