"C'est de la propagande sans aucun fondement", a déclaré à l'AFP Fawad Aman. "Les forces de sécurité afghanes contrôlent (...) le long des frontières, les principales villes sont sous notre contrôle, les grands axes sont sous notre contrôle", a-t-il ajouté.

A la faveur de l'entame du retrait définitif des forces internationales d'Afghanistan, les insurgés ont lancé début mai une offensive tous azimuts contre les forces afghanes, qui leur a permis de s'emparer de vastes portions rurales du territoire et d'importants postes-frontières avec l'Iran, le Turkménistan, le Tadjikistan et le Pakistan. Jeudi, un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a affirmé qu'"environ 90% des frontières (du pays) sont sous (leur) contrôle", sans autre détail, un chiffre invérifiable de façon indépendante.

Le gouvernement afghan a déjà fermement démenti une précédente assertion des talibans qui avaient affirmé début juillet contrôler 85% du territoire. Mercredi, le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a estimé que les talibans contrôlaient "environ la moitié" des districts (subdivision administrative des provinces, ndlr) afghans, mais aucune des grandes villes du pays.

Le 14 juillet, les talibans se sont emparés, dans le district de Spin Boldak, d'un important poste-frontière avec le Pakistan qui débouche sur la province pakistanaise du Baloutchistan (Sud-Ouest), réputée abriter une partie de la direction des talibans dans la ville de Quetta ou recevoir les blessés talibans qui s'y font soigner. Ce poste-frontière connecte également l'Afghanistan, enclavé, à la route menant au port de Karachi, sur la côte de la mer d'Arabie.

Le gouvernement afghan a accusé vendredi les talibans d'avoir tué une centaine de civils dans ce district de Spin Boldak depuis qu'ils en ont pris le contrôle. "Les talibans brutaux (...) ont attaqué les maisons d'Afghans innocents, les ont pillées et ont tué environ 100 personnes innocentes", a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mirwais Stanekzai, sur Twitter.

Le porte-parole du ministère de la Défense a répété ce chiffre à l'AFP. "Malheureusement, partout où ils prennent le contrôle, la première chose qu'ils font est de détruire les installations publiques et harceler les gens, les déplaçant de force, pillant leurs biens et malheureusement c'est arrivé dans le district de Spin Boldak", a-t-il déclaré, assurant que le chiffre de "100 civils tués" sur place "est correct".

"C'est de la propagande sans aucun fondement", a déclaré à l'AFP Fawad Aman. "Les forces de sécurité afghanes contrôlent (...) le long des frontières, les principales villes sont sous notre contrôle, les grands axes sont sous notre contrôle", a-t-il ajouté.A la faveur de l'entame du retrait définitif des forces internationales d'Afghanistan, les insurgés ont lancé début mai une offensive tous azimuts contre les forces afghanes, qui leur a permis de s'emparer de vastes portions rurales du territoire et d'importants postes-frontières avec l'Iran, le Turkménistan, le Tadjikistan et le Pakistan. Jeudi, un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a affirmé qu'"environ 90% des frontières (du pays) sont sous (leur) contrôle", sans autre détail, un chiffre invérifiable de façon indépendante.Le gouvernement afghan a déjà fermement démenti une précédente assertion des talibans qui avaient affirmé début juillet contrôler 85% du territoire. Mercredi, le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a estimé que les talibans contrôlaient "environ la moitié" des districts (subdivision administrative des provinces, ndlr) afghans, mais aucune des grandes villes du pays.Le 14 juillet, les talibans se sont emparés, dans le district de Spin Boldak, d'un important poste-frontière avec le Pakistan qui débouche sur la province pakistanaise du Baloutchistan (Sud-Ouest), réputée abriter une partie de la direction des talibans dans la ville de Quetta ou recevoir les blessés talibans qui s'y font soigner. Ce poste-frontière connecte également l'Afghanistan, enclavé, à la route menant au port de Karachi, sur la côte de la mer d'Arabie.Le gouvernement afghan a accusé vendredi les talibans d'avoir tué une centaine de civils dans ce district de Spin Boldak depuis qu'ils en ont pris le contrôle. "Les talibans brutaux (...) ont attaqué les maisons d'Afghans innocents, les ont pillées et ont tué environ 100 personnes innocentes", a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mirwais Stanekzai, sur Twitter.Le porte-parole du ministère de la Défense a répété ce chiffre à l'AFP. "Malheureusement, partout où ils prennent le contrôle, la première chose qu'ils font est de détruire les installations publiques et harceler les gens, les déplaçant de force, pillant leurs biens et malheureusement c'est arrivé dans le district de Spin Boldak", a-t-il déclaré, assurant que le chiffre de "100 civils tués" sur place "est correct".