"Dans la réalité, Q est une femme et sera ravie de vous rencontrer si vous voulez travailler pour nous", a lancé Alex Younger, lors d'une remise de prix réservés aux femmes dans le domaine de la technologie à Londres, cité vendredi par les médias.

Q a toujours été joué par un acteur masculin dans la série des James Bond, contrairement au personnage de son chef qui a été incarné par Judi Dench de 1995 à 2015.

Alex Younger, connu sous le nom de code "C", a également révélé que les "vrais" gadgets utilisés par ses services étaient beaucoup plus sophistiqués que ceux imaginés par Q.

"Les gadgets que nous utilisons --ou technologie opérationnelle, comme nous l'appelons- défient l'imagination des auteurs de romans d'espionnage", a-t-il assuré. "La technologie est au coeur de notre activité comme jamais auparavant", a-t-il souligné.

Il a enfin appelé à "dépasser le mythe" de James Bond qui, selon lui, gêne le recrutement pour ses services du renseignement extérieur.

"Le bon côté de Bond, c'est que nos adversaires pensent qu'il y a un officier du MI6 derrière chaque buisson et que nous sommes 10.000 fois plus importants qu'en réalité", a-t-il dit. "Mais le problème c'est qu'il crée un stéréotype sur le genre de personne qui travaille pour le MI6 --distingué, venant d'Oxford-- alors que nous voulons recruter dans tous les milieux et avoir les meilleurs quelles que soient leurs origines", a-t-il dit.

AFP

"Dans la réalité, Q est une femme et sera ravie de vous rencontrer si vous voulez travailler pour nous", a lancé Alex Younger, lors d'une remise de prix réservés aux femmes dans le domaine de la technologie à Londres, cité vendredi par les médias.Q a toujours été joué par un acteur masculin dans la série des James Bond, contrairement au personnage de son chef qui a été incarné par Judi Dench de 1995 à 2015.Alex Younger, connu sous le nom de code "C", a également révélé que les "vrais" gadgets utilisés par ses services étaient beaucoup plus sophistiqués que ceux imaginés par Q."Les gadgets que nous utilisons --ou technologie opérationnelle, comme nous l'appelons- défient l'imagination des auteurs de romans d'espionnage", a-t-il assuré. "La technologie est au coeur de notre activité comme jamais auparavant", a-t-il souligné.Il a enfin appelé à "dépasser le mythe" de James Bond qui, selon lui, gêne le recrutement pour ses services du renseignement extérieur."Le bon côté de Bond, c'est que nos adversaires pensent qu'il y a un officier du MI6 derrière chaque buisson et que nous sommes 10.000 fois plus importants qu'en réalité", a-t-il dit. "Mais le problème c'est qu'il crée un stéréotype sur le genre de personne qui travaille pour le MI6 --distingué, venant d'Oxford-- alors que nous voulons recruter dans tous les milieux et avoir les meilleurs quelles que soient leurs origines", a-t-il dit.AFP