Le contexte est tendu. Le 20 mai, dans les Fourons, une fête flamande dégénère et de violents affrontements ont lieu. Pierres, bâtons, fourches... A en croire la presse, même un chien wallon aurait attaqué un citoyen flamand ! La presse, précisément, ne parvient pas à s'accorder sur l'identité des responsables. Au Nord, on estime que les Wallons ont transformé la fête en champ de bataille. Et on condamne José Happart, dont la seule présence est perçue comme un geste de provocation. Au Sud, p...