La Commission européenne souhaite laisser entrer les voyageurs venant d'Algérie, d'Australie, du Canada, de Géorgie, du Japon, du Monténégro, du Maroc, de Nouvelle-Zélande, du Rwanda, de Serbie, de Corée du Sud, de Thaïlande, de Tunisie, d'Uruguay, et de Chine sous condition de réciprocité. Cependant, les États membres de l'UE restent libres d'appliquer ou non cette recommandation qui sera révisée régulièrement.
...

La Commission européenne souhaite laisser entrer les voyageurs venant d'Algérie, d'Australie, du Canada, de Géorgie, du Japon, du Monténégro, du Maroc, de Nouvelle-Zélande, du Rwanda, de Serbie, de Corée du Sud, de Thaïlande, de Tunisie, d'Uruguay, et de Chine sous condition de réciprocité. Cependant, les États membres de l'UE restent libres d'appliquer ou non cette recommandation qui sera révisée régulièrement.La Belgique n'ouvrira pas tout de suite ses frontières à ces pays, précise le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin. "Suite à l'adoption le 30 juin de la recommandation européenne qui autorise progressivement les voyages non essentiels depuis une quinzaine de pays hors de l'Union européenne, la Belgique a entamé ses consultations avec les experts des services publics concernés pour aboutir à une réouverture prudente de ses frontières", déclare-t-il.Marc Van Ranst déplore la décision de la Commission européenne. "Les virologues ne sont pas enthousiastes à l'idée d'ouvrir les frontières européennes. C'est dangereux. De plus, la situation dans un pays peut changer tous les jours. Il n'y a aucune garantie : dans un pays ou une région sûre, il pourrait y avoir une épidémie majeure demain et vous devriez alors refuser l'accès à l'Europe aux voyageurs en provenance de ces pays", explique-t-il au quotidien Het Laatste Nieuws.Il souligne également l'importance de ne pas se fixer sur la situation dans un pays, mais dans une région. Il rappelle que c'est de cette manière qu'ont eu lieu de nombreuses contaminations en Belgique après les sports d'hiver. "Avec le recul, aujourd'hui, tout le monde trouverait normal de ne pas laisser rentrer ces skieurs en Belgique ou de les mettre en quarantaine. En ce qui concerne les voyageurs en provenance de pays non européens, une décision similaire devrait être prise maintenant. Une décision difficile, car en pratique, la quarantaine est une mesure très lourde".Restez à la maisonPersonnellement, Marc Van Ranst a décidé de ne pas prendre d'avion cet été. Il estime que le risque est trop important. "Je ne voyagerai certainement pas en dehors de l'Europe. J'envisage tout au plus de faire une excursion à l'Efteling aux Pays-Bas (NDLR : un parc d'attractions situé au sud des Pays-Bas), pas plus loin. Mon point de vue est le suivant : restez à la maison".Avec AFP